Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 octobre 2017 6 14 /10 /octobre /2017 16:07
Le Semi  tout Rennes court
Le Semi  tout Rennes court

Le Semi de Tout Rennes Court

475 ème course
Depuis 1982 " tout Rennes court " est un rendez-vous incontournable. Tout Rennes Court, c’est la grande fête populaire de la course à pied et du sport. 
Personne n’est oublié, scolaires, jeunes, adultes, seniors, hommes et femmes, sportifs débutants ou confirmés, athlètes de haut niveau et personnes handicapées (accompagnées). 
Tout Rennes Court, c’est un événement gratuit pour toutes et tous. Tout Rennes Court, c’est une organisation associative et indépendante. Elle fonctionne grâce à ses bénévoles, à l’aide du milieu associatif Rennais et au soutien de partenaires institutionnels ou économiques.

Le Semi  tout Rennes court
Le Semi  tout Rennes court

Rennes célèbre la course à pied tout au long du week-end. Avec comme temps forts, les deux courses phares que sont les 10 km et 21,1 km.

Les deux courses les plus fréquentées de Tout Rennes Court vont encore positionner l'événement parmi les grands moments de la course à pied sur le territoire.

 5 800 runners sur le 10 km CMB et 3 200 sur le  Semi Ouest France .

Avec Eric, nous prenons la direction de Rennes à 07h00. C'est parti pour un peu plus de deux heures de route.

Le départ du semi est prévu  à 11 h 15.

Le Semi  tout Rennes court
Le Semi  tout Rennes court

Je m'aligne donc sur le semi une semaine après mon marathon de Jersey. J'ai l'habitude de courir cette distance. D'ailleurs j'ai fait, il y a un mois le semi Auray Vannes (1h51'). Je me donne pour objectif entre 1h45'et 1h55' en sortie de récupération.

Le Semi  tout Rennes court
Le Semi  tout Rennes court

11h15 : le départ est donné, il faut maintenant se faufiler entre les coureurs dans les rues assez étroites du départ. Il faut dire que le fait d’être mélangé dans les sas, tout le monde est bousculé.

Le premier kilo, un peu compliqué, il y a beaucoup de monde. Quelques rétrécissements où ça se tasse un peu. L'avantage c'est que ça évite de partir trop vite. Eric est un peu devant moi. Pas facile de rester à 2 dans cette foule.

Deuxième kilomètre, passage rue de l'Alma, la machine se met en route, je garde un œil sur ma montre pour essayer de bien maîtriser mon allure à 11,5 km/h.  

Troisième kilomètre Boulevard Jacques Cartier, ça monte un peu, ma FC aussi. Mais à ce moment-là je sens que ça va plutôt bien, les jambes tournent correctement. Pas de mauvaise surprise de ce côté-là.  Une pluie fine nous tombe dessus.

Le Semi  tout Rennes court
Le Semi  tout Rennes court

Les 4 et 5 ème kilo sur le boulevard Villebois puis l'avenue Mouezy défilent.

 Je suis bien, je discute même un peu avec mes voisins. On compare nos allures données par les montres, ça roule. J'arrive toujours à garder un bon 11km/h.
Jusque-là je gardais toujours un œil sur Eric, j’étais un peu derrière, mais à ce moment-là je sens que je  décroche. Je ne m'inquiète pas trop, on avait décidé dès le départ, que chacun faisait sa course, bien que nous ayons le même objectif une sortie cool. 

Le Semi  tout Rennes court
Le Semi  tout Rennes court

En arrivant sur les quais de la Vilaine, je décide d’accélérer, pas le choix si je veux atteindre l'arrivée en moins de deux heures.

Un virage à droite, pour déboucher sur une section de pavés glissants avec un passage devant les jardins du parlement de Bretagne.

Puis c'est la descente place de la Mairie, à gauche l'Opéra et à droite l'Hôtel de Ville. Les conditions sont loin d’être idéales, les pavés sont très glissants et il pleut toujours.

Le Semi  tout Rennes court
Le Semi  tout Rennes court

On est dans le centre de Rennes, le monde est présent sur le bord des routes, il y a quelques groupes de musique sur le parcours, c'est agréable.

De retour sur les quais direction Place de Bretagne où les coureurs se croisent après une belle montée rue de la monnaie.

Boulevard de la tour d'Auvergne pour un passage sur la ligne de départ. Fin de la première boucle.

Je passe la barre des 10  kilomètres en moins de 52 minutes, alors qu’il me reste une seconde boucle à effectuer. 

Le Semi  tout Rennes court
Le Semi  tout Rennes court

Cependant, dès le début de cette seconde boucle, je sens que la fin de la course ne va pas être une partie de plaisir, d’autant plus que la pluie a redoublé d’intensité. Je suis trempé, et mes jambes commencent à se raidir. Heureusement, il y a du public sur le bord de la route pour nous encourager, même si la pluie a dû en décourager une partie.

Les kilomètres s’enchaînent, je rattrape de plus en plus de monde, tout va pour le mieux.

Au 18 ème, les jambes deviennent dures. J'ai une petite baisse, mais je sais que l'arrivée approche. Je me fais rattraper par un groupe de 5 coureurs accompagnés d'un gars qui court "tranquillou" et qui passe son temps à discuter. J'essaie de prendre la roue.

Le Semi  tout Rennes court
Le Semi  tout Rennes court

Le deuxième passage au  centre de Rennes fait mal. Dans la montée et sur les pavés je sens que mes appuis sont moins stables.

Les deux derniers km sont durs. Mon temps moyen au km , il oscille entre 5'10''et 5'30''. Je me dis que ça va le faire.

Après quelques virages, l'arrivée approche et les gens sont présents de chaque coté de la route sur ces derniers mètres, c'est plaisant.

Le Semi  tout Rennes court

Je trouve l’énergie pour accélérer sur les quelques centaines de derniers mètres, au moment de l’arrivée sur l'Esplanade Charles de Gaulle. Un coup d’oeil au chrono lorsque je franchis la ligne d’arrivée : 1h55min38s. Les conditions météorologiques n’ont pas été évidentes pendant la course. Je ne reste d’ailleurs pas à m’éterniser sur la ligne d’arrivée. Je retrouve Eric, je suis alors frigorifié, et je n’ai qu’une seule envie : me sécher et mettre des vêtements secs. 

Je regarde ma montre, je me retrouve avec 21,4 km, j'ai si mal géré que ça ma trajectoire, pour un temps réel de 01h54'03"  c'est juste mais ça passe.

En regagnant la voiture on en profite pour discuter et livrer nos impressions sur la course.

Le Semi  tout Rennes court
Le Semi  tout Rennes court

Une course super bien organisée, certaines courses payantes devraient prendre exemple, tout est bien huilé, les bénévoles sont présents, des ravitaillements, la sécurité est au rendez-vous.

Concernant le parcours, il est sympa, il y a du monde presque tout du long, les gens vous encouragent. Attention cependant il n'est pas plat, vous devrez faire face à de nombreux faux plats et quelques côtes avec des passages sur pavés.

Sur un plan perso, je suis content de mon temps sur la distance (bon ok c'était pas compliqué, mais après un marathon tout de même). Je suis dans l'objectif que je m'étais fixé.

Résultats officiels :

Temps: 01h54'03"

1824 ème sur 2708

58 ème M3h sur 91

Moyenne 11,10 km/h

soit 5'25" au kilo

Le Semi  tout Rennes court

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter.

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le lien "écrire un commentaire".

Merci d'être venu passer un moment avec moi et à la semaine prochaine pour les

« Foulées Folgoatiennes »

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2017
commenter cet article
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 16:16
Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

Le Marathon de Jersey

474 ème course

Le Standard Chartered Jersey Marathon est une épreuve qui se déroule sur la magnifique île de Jersey dans les îles Anglo-Normandes appartenant aux Britanniques.

Trois courses sont proposées, un Marathon, un Marathon Relais et une course Fun,  qui attirent quelques 3000 participants avec plus de 60% des marathoniens provenant de l'île et 18 pays représentés.

Avec une atmosphère professionnelle et conviviale, l'évènement accueille divers types de coureurs, les athlètes d'élite se disputent le prix et le chrono, tandis que les équipes d'entreprises se disputent le prestige de gagner le trophée et beaucoup d'autres comptent faire quelque chose de vraiment incroyable.

La course commence à 09h00 à St Helier et nous emmène dans les ruelles, les voies pavées et les routes à circulation. Un défi agréable pour les nouveaux coureurs et les concurrents expérimentés.

Toutes les courses sont exécutées conformément aux règles britanniques d'athlétisme.

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

À 30 kilomètres des côtes françaises dans la baie de Saint-Malo, Jersey est la plus grande des îles anglo-normandes, avec une surface de 116 km2, ce qui n’est pas bien étendu. Sur cette île en granite, il fait bon vivre,  et se balader le long des jardins. Les noms de rues sont en français, mais on y parle anglais.
Jersey est sillonnée par 600 kilomètres de petites routes bordées de haies impeccables, avec des vaches couleur caramel aux gros yeux tendres, des plages et des rochers où tous les sports sont pratiqués. 
Les Anglais sont sportifs, les Jersiais le sont encore plus. La plupart font du jogging après ou avant le travail. Il faut dire que les plages de sable et les longs sentiers en stabilisé le long des baies constituent une véritable invitation. 

Un réseau de 150 kilomètres de pistes cyclables permet de traverser l’île, ou d’en faire le tour.

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

La veille de la course nous avons, avec Christiane, arpenté les rues de St Helier et visité  la partie Ouest de l'île.

Dans la soirée, nous avons rejoins l'équipe de Guipavas Oxygène pour la pasta party au village marathon. Il y avait le choix entre pâtes…et pâtes, avec trois sortes de sauces. Afin de ne pas risquer l’indigestion, j'opte pour quelque chose de connu, la bolognaise, ou plus exactement une grosse barquette de Penne bolognaise, classic recipe with ground Jersey beef.  Le menu spécial marathon se conclue avec un excellent Rich chocolate brownie with toffee sauce & vanilla Chantilly, hum, un pur délice.

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

Couché à 23 heures un peu stressé quand même… Est-ce le marathon? Quoiqu’il en soit la nuit sera pénible. Je n’ai dormi que d’un œil (le gauche) et je me suis levé du pied … gauche. Eh oui, vous l’avez bien compris, nous sommes sur le territoire britannique où tout est à l’envers et où pour traverser la rue il faut tourner la tête d’abord à gauche puis à droite. D’ailleurs, cela est  écrit sur la chaussée juste avant de traverser.

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

C’est le grand jour et je me sens finalement assez bien. Je rejoins d’autres coureurs pour un petit déjeuner light aujourd'hui. Le trajet à pied dure environ 15 minutes, il fait gris et lourd. Les façades des rues de St Helier sont justes magnifiques à cette heure matinale. Je reste un peu en léthargie durant le trajet en essayant d’économiser mes forces. 

Ahhhhh le marathon, la distance mythique de la course à pied, courir un marathon est vraiment un événement spécial.

Le parcours de ce marathon, comprenant un bon dénivelé, je ne vais pas prétendre à un record, je me contenterai de le finir en 04h00.

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

J’arrive près d’une heure en avance. L’attente est longue, très longue. Il ne fait pas chaud, il y a du vent, le doute s’installe, ai-je fais le bon choix de partir en cuissard et tee-shirt léger? 

 Il y a 12 ravito, c’est bien plus qu’il ne m’en faut. 

 L’émotion semble différente ici avant le départ, très peu de coureurs s’échauffent, les gens sont décontractés, ils viennent pour un loisir, c’est franchement étonnant.

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

Du départ à "Waterworks Valley" 4,8 ème km

Mon cardio monte l’espace d’un instant… une grande respiration, un regard complice à Christiane et je gagne la ligne de départ.
9h : le coup de feu retentit. Me voilà parti pour les 26,22 miles sous un ciel menaçant. 

L’ambiance est bon enfant dans les rues de St Helier. Rapidement, la file s’étire et je peux apercevoir ma tendre et chère à deux reprises me prendre en photo.

Ne pas m’emballer dans les premiers kilomètres. Mon rythme c’est 5’30 du kilomètre. Et puis de toute façon, le sentiment en parcourant ce premier kilomètre est tellement délicieux que je n’ai qu’une envie: qu’il dure une éternité .

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

A la sortie de St Hélier, nous alternons entre petites routes où les voitures nous croisent à gauche et les chemins ombragés où le silence est brisé par le martèlement de nos pas et nos souffles hachés dans l’effort.

Ma vitesse de croisière enclenchée, je peux profiter du paysage dans la montée du "chemin des moulins".

Premier ravitaillement, j'entame la conversation avec une résidente de Jersey mais elle a beaucoup de mal à discuter en courant. Alors je prends le large, pas forcement dans le but de la distancer, mais au moins courir sans la gêner. 

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

"Waterworks Valley" à "St Ouen's Village"  14,40 ème km

Ça monte toujours et tout va idéalement bien. Je suis cool, je cours l’œil sur ma montre pour réguler mon rythme au cordeau.

 La bosse passée, le paysage de Jersey défile, les rues sont étroites et la circulation n’est pas stoppée par endroit. Nous traversons des jolies bourgades et les gens sont super sympas et nous encouragent sans discontinuer. J’attaque mon troisième gel énergétique. Le gel, c’est un petit tube contenant une substance au goût bizarre qui est sensé apporter ce qu’il faut d’énergie pendant la course. Pour ma part, je suis parti avec une ceinture garni de 8 tubes j’ai toujours l’impression d’être un cow-boy avec sa cartouchière. Le régime c’est un gel tous les cinq kilomètres.

On emprunte une grande avenue qui nous ramène vers le centre de St Mary puis St Ouen. Miles 7… Miles 8…. Miles 9, on alterne les petites montées et courtes descentes. Je suis ébahi par le nombre de personnes dans les rues qui hurlent, qui nous encouragent.

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

"St Ouen's Village" à "Les Quennevais"  25,60 ème km

La pluie a fait son apparition.

Pas de référence kilométrique, nous sommes sur le sol britannique et par conséquent les références sont en Miles. Après une adaptation nécessaire j’arrive à la « half Race » soit la moitié de la course et ses 21 kms et des poussières.

On traverse St Peter, mon rythme est toujours bon. En fait j’admire le bourg, j’essaie de ralentir… mais je suis absorbé par les gens… partout…. Les bénévoles sont à fond, ils hurlent, sautent. Je me souviens  d'un groupe d'enfants qui me tendait les mains avec une pancarte « Touch for Energy » 

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

"Les Quennevais" à "Corbière" 32,8 ème km

La pluie et le vent me gênent, le paysage me semble flou parfois. En tout cas après avoir longé l'aéroport, j'arrive au bout de la pointe de Corbière. Montées, descentes, mes jambes ne sont pas encore fatiguées et ma montre s’affole parfois, mais j’arrive à tenir un rythme confortable. C’est fou le nombre de participants qui me doublent avec des dossards relais.

Le voilà le fameux trentième, ce n’est pas le mur mais je sens que je dois ralentir sinon j’arriverai en miettes. Alors, sans regret je passe sous les 11 km/h.

Les spectateurs applaudissent ou lancent des mots d’encouragement « well done », « good job » ou « you’ve got it » .

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

La Baie de St Aubin

 

Le temps me parait comme suspendu. Je ne ressens pas d’ennui, de lassitude, de volonté d’en finir contrairement à certaines de mes sorties longues où je voulais vite arriver. Là non, je me dis que je vis un truc super cool, que les gens sur les bords du parcours sont sympas et drôles. L’énergie qu'ils dégagent me porte. En arrivant sur la promenade de la baie de St Aubin, ma montre me lâche, plus de batterie. Je n'ai plus de repère, le moral ramasse un petit coup.

Ces 7 derniers kilomètres vont me coûter cher en énergie. Nous sommes sur une piste cyclable en bordure de mer. C'est une longue, très longue ligne droite, avec un vent de côté. Pas de possibilités de s’abriter et vu le nombre assez faible de participants, il n’y a pas de gros peloton, que des coureurs isolés. Je me retrouve souvent seul. Je vais moins vite, mais je maintiens quand même un 10,5 km/h.

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

J’aperçois au loin la tour de St Helier. J'ai la chance d'être rejoint par Jo et nous allons faire les derniers kilomètres ensemble. J'ai renoncé à accélérer, je sais que je finirai. J’ai encore le courage de sourire et de remercier d’un signe de la main les nombreux passants qui applaudissent à notre passage. On arrive au bout du bout de l'esplanade. 

Il nous reste à traverser la Marina du port de St Helier, que c'est long. 

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

« 200 meters left  » me signale un bénévole. Ça y est, la libération est proche. Je me débarrasse de ma bouteille d’eau, nous dépassons un couple. La foule applaudit, je lève les bras en l’air. 
Je serre les dents, les fesses, tout ce que je peux, je mets toute la force qui me reste dans les jambes et dans un coin de ma tête.

Une petite douche d’adrénaline et mes jambes s’envolent jusqu’à l’arrivée.

Un silence de quelques secondes dans la foule précède mon franchissement de la ligne d’arrivée.

Bip ! C’est fini! Je souris et me sens en forme mais le bénévole qui m’accueille ne semble pas convaincu. En effet, après une course, j’ai souvent les traits tirés. Je pense que ma tête l’inquiète. Pour le rassurer je m’assois sur une chaise et il m'enveloppe dans une couverture de survie. Deux jeunes femmes s’approchent de moi. En anglais : " Bonjour Dominique, alors, comment s’est passée votre course?  " Je leur réponds que je suis heureux d'avoir fini mon dix huitième marathon.

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

Un sac nous est remis à l'arrivée avec la médaille, un tee-shirt, une gourde etc...
Ensuite, Christiane me rejoint, je récupère mon sac à la consigne pour me changer et me mettre très vite au sec. 
Une pinte de bière accompagnée d'un énorme burger sont offerts à chaque concurrent. Je ne suis pas épuisé, mais j’ai faim.

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

La joie est aussi belle qu'aux autres marathons, mais différente. Ici je savais que ce serait difficile, que ça allait être dur les 26 miles sous la pluie et le vent mais cette fois je ne me suis pas laissé submerger, j’ai vraiment vécu consciemment ma course. Pas d’absence…Je crois que c’est ça qui est différent avec un premier marathon. On sait exactement ce qui nous arrive, ce mélange du « j’en peux plus » VS « je veux le faire ». On est déjà préparé à ça. Pas de surprise. Je crois qu’on gère mieux ces sensations car on sait qu’elles vont nous tomber dessus. On est d’autant plus déterminé à terminer et ne vouloir rien lâcher.
Un autre ? Mais oui mille fois oui. Je crois que le marathon est vraiment une course qui surpasse toutes les autres : ambiance, sensation, entrainement, dépassement de soi… Tout. Il n’y a que pour ce format de course que je ressens autant d’émotions, de plaisir, de bonheurs, de fierté… d’épanouissement. C’est fou de dire ça alors qu’on a juste l’impression après de marcher comme un canard avec des boulets aux pattes.

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

Lundi et mardi nous avons poursuivi la découverte de l'île. 

Après notre dernier breakfast, nous partons une dernière fois découvrir une partie de la capitale. Cette fois ci, direction Elizabeth Castle en bus amphibie.

Voilà, c’est donc la fin de notre séjour. En cinq jours, que de chemin parcouru. Nous avons, grâce au marathon, découvert un petit bijou qui mérite d’être exploré. L’accueil, les paysages et même la météo ont été parfaits.

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

Résultats officiels :

Temps: 04h09'30"

225 ème sur 402

7 ème V3h sur 24

Moyenne 10,20 km/h

soit 5'50" au kilo

Médaille et tee-shirt en souvenir.

Mon dix huitième marathon : Jersey
Mon dix huitième marathon : Jersey

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter.

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le lien "écrire un commentaire".

Merci d'être venu passer un moment avec moi et à la semaine prochaine pour le

« semi marathon de Rennes »

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Marathons
commenter cet article
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 19:28
Trail de l'Estran
Trail de l'Estran
Trail de l'Estran
Trail de l'Estran

Le Trail de l'Estran

(473 ème Course) 

A Travers L’ESTRAN, un Trail SOLIDAIRE au profit de l’association « Enfants de Trestel » du Centre de rééducation et de réadaptation de Trestel (22660 Trévou-Tréguignec).

Depuis le petit port de la Roche Jaune jusqu’à la magnifique plage de Trestel, vous ferez un voyage unique au rythme de la marée, dans des paysages sauvages, colorés par la mer et balayés par la brise.

La Casse pattes, l’enfer, Beg Vilin, Pors Hir, le Gouffre, Gouermel, Pellinec, Port Blanc, les Dunes, le Royau, autant de sites enchanteurs qu’il faudra surmonter pour avoir le bonheur de vivre l’accueil des enfants handicapés de Trestel.

Trail de l'Estran
Trail de l'Estran

 Direction les Côtes d'Armor pour « Le plus beau trail marin de France » les organisateurs le revendiquent ainsi avec, comme terrain de jeu, le bord de mer entre Trévou-Tréguignec, Plougrescant et Plouguiel.

Inscrit sur le 32 km, je peaufine ma préparation pour le marathon de Jersey.

Il y a plusieurs écoles pour la pratique dite de "la sortie longue".

Certains préfèrent ne pas cumuler 2h00 de sortie pour ne pas contrarier la masse musculaire. La nouvelle école veut que l'on effectue une sortie de 31 kms, 10 jours avant l'épreuve.

Physiologiquement et surtout psychologiquement, ça permet de tester et de dépasser ce que l'on appelle communément "le mur du marathon" .

Trail de l'Estran
Trail de l'Estran

C'est sous des trombes d'eau que je prends le car qui nous emmène sur la zone de départ  "la roche jaune ". 

Aujourd’hui, tout l'art sera de faire une sortie longue "pépère" sans bobos.  

J'avais décidé de courir à 9 km/h de moyenne sans savoir si cela est trop ou pas assez ambitieux par rapport au parcours. Pour finir, après les commentaires de certains coureurs, je vais courir au feeling en gardant une main sur le frein dans les parties les plus glissantes pour ne pas me blesser. 

Un parcours quasiment plat, mais une course pourtant considérée comme très difficile car les différentes surfaces sont  hyper-techniques et imprévisibles puisque recouvertes par la mer en moyenne 12 heures par jour.

Trail de l'Estran
Trail de l'Estran

Le public et l'ambiance sont au rendez-vous sur la ligne de départ.

J'ai couru à plusieurs reprises sur cailloux, algues, vase, c'est quelque chose de très particulier que je maîtrise assez bien.  Par contre, strapping obligatoire des chevilles, pour passer sans trop de risques les interminables zones de vase et de cailloux recouverts d'algues glissantes.

Rendez-vous sous l'arche de départ devant le café le "Pesked".
La pluie a cessé et je me régale déjà des moments que je vais passer.
Nous sommes 200 au départ, vétus du tee shirt bleu obligatoire.

Je pars cool. La première boucle se fait sur partie asphaltée sur 3 km et en montée. Le seul bitume que je verrai d'ailleurs. Puis nous attaquons la grève avant de repasser sur le lieu du départ.
C'est maintenant que la course commence vraiment.

Trail de l'Estran
Trail de l'Estran

Dès qu'on attaque la grève, des coureurs mettent le turbo et je préfère les laisser filer pour ne pas me mettre dans le rouge.
Je fais une course à distance, je perds régulièrement du terrain sur eux mais je n'explose pas.
Je rattrape pourtant 4 ou 5 concurrents.
Le début de l'estran est difficile, les cailloux, la vase, les algues... Il faut tout anticiper!!!
En tout cas,  j'en prends plein les yeux et plein les narines...

Trail de l'Estran
Trail de l'Estran

Je passe à côté d'un pêcheur qui débarque sa pêche, sa caisse est pleine.
Premier ravitaillement au km 15 (Pors-Hir), je rattrape 2 autres concurrents qui se sont arrêtés.
Une nouvelle anse à traverser avec une belle mare au milieu, de l'eau jusqu'aux genoux sur 80 mètres... ça rince les chaussures.
Je rattrape quelques coureurs au tee shirt vert (concurrents du 50 kms)
 dans un passage technique où il faut enjamber des rochers sur 200 mètres, j'adore. Je fais tout de suite la différence et creuse un trou conséquent.

Je suis bien, je fais un voyage unique au rythme de la marée, dans des paysages sauvages, colorés par la mer et balayés par la pluie et une légère brise. 

Trail de l'Estran
Trail de l'Estran

Déjà le 2ème ravito  au km 26 (Pellinec), je ne vois pas le temps passer.

 C'est sur cette partie que j'ai mieux compris pourquoi on nommait le coin la côte de granit rose. Les galets ont une couleur magnifique.

 Un verre d'eau chopé au vol et ça continue. Le parcours est de plus en plus difficile. Je salue des bénévoles transis de froid en plein milieu d'une gigantesque étendue de vase collante.

Je rattrape toujours quelques coureurs, mais ça revient derrière, certains ont plus de jus que moi dans cette partie.
Je me fais doubler par 4 coureurs qui m'encouragent.
 

Sable sec, collant ou mouillé, vase, cailloux, algues, rochers, passages aquatiques se succèdent dans des paysages sauvages à couper le souffle.

Trail de l'Estran
Trail de l'Estran

J'attaque maintenant la traversée de l'anse de Gouermel. Ici plus vraiment de chemin, les bénévoles-signaleurs que je croise         m' indiquent le point de passage obligatoire à viser au loin, à moi de choisir la trajectoire entre le sable, la  vase, les cailloux, les algues et les étendues d'eau pour y arriver. Après trois quart d'heure de solitude, je contourne maintenant l'île de Buguéles et d'autres petits îlots, ce qui éloigne les coureurs de plus de 2 km de la côte.

C'est maintenant des rochers à escalader avec des jambes de plus en plus raides. J'alterne marche et course.

Trail de l'Estran
Trail de l'Estran

S’enchaînent de nouveau des parties de cailloux instables et de la boue visqueuse. Je gère mon effort sans prendre de risque, quitte à marcher dans les parties hyper-techniques, et sans chercher à suivre les coureurs qui me doublent. Je préfère économiser mes forces car les premiers signes de fatigue se font sentir, en voulant relancer dans une partie plus facile, je chute.

J'attaque une portion parsemée de gués profonds qu'il faut franchir en prenant garde à ne pas être déséquilibré par le courant. Je manque de trébucher plusieurs fois dans cette zone où le sable est en plus parsemé de cailloux. Au bout de 3h00 de course je suis encore bien mais j'ai de plus en plus de mal à lever les pieds.

Je n'aurais jamais oser m' aventurer seul si loin de la côte, plongé dans l'insolite et les contrastes de l'estran, tantôt en mer, tantôt sur terre, l'appréhension et l’angoisse s'ajoutent au plaisir de la course à pied et à la découverte. 

Je ralentis donc un peu le rythme pour rejoindre sans accros la côte.

Trail de l'Estran
Trail de l'Estran

27 ème kilomètre après 3 heures de course, je foule les quais de Port Blanc.

Le plus dur est passé, j'ai bien envie de lancer toutes mes forces dans la bataille des 5 derniers kilos.  Il reste encore quelques passages de cailloux assez techniques avant d'arriver à la plage du Poulpry.

A la sortie de la plage du Royau, je vais chuter une troisième fois.

Trail de l'Estran
Trail de l'Estran

Au 30 ème kilomètre, on longe le centre de rééducation et de nombreux enfants nous applaudissent. Enfin la plage de Trestel où l'on fait une longue boucle, j'essaie d'accélérer sur le sable mais ma foulée est très rasante, j'ai l'impression de faire du sur place. La pluie continue n'arrange pas les choses. 

Voila c'est fini en 3h 34m, contant, belle "perf" malgré tout.

 J'ai fait une belle course, j'ai pris du plaisir pendant plus de trois heures.
J'ai fait face à l'imprévu, dans une aventure magnifique tout en faisant la part des choses entre aller au bout de mes rêves et mettre en danger mes articulations. 

Trail de l'Estran
Trail de l'Estran

En conclusion 

Bon, on dira ce que l'on veut, un trail maritime, c'est quelque chose. J'ai pris mon pied durant plus de 30 bornes.

La beauté du parcours et l'esprit convivial de la course me pousse à y retourner l'année prochaine (sous le soleil).

Le parcours emprunte au maximum l'estran et délaisse le goudron et les chemins pour une course rythmée par la marée. La Casse-pattes, l'Enfer, le Gouffre, ou les Dunes, le nom des sites traversés laissent rêveur. 

Trail de l'Estran
Trail de l'Estran

Résultats officiels :

Temps: 03h35'11"

103 ème sur 180

3 ème M3h sur 7

Moyenne 09,00km/h

soit 6'40" au kilo

En cadeau, le tee-shirt obligatoire pour courir.

Sandwich-bière(s) pour reprendre des forces.

Trail de l'EstranTrail de l'Estran

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter.

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le lien "écrire un commentaire".

Merci d'être venu passer un moment avec moi et à la semaine prochaine pour le

le « marathon de Jersey »

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2017
commenter cet article
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 16:31
Les 13 ème Foulées Bleues
Les 13 ème Foulées Bleues
Les 13 ème Foulées Bleues
Les 13 ème Foulées Bleues

Les Foulées Bleues de Concarneau

(472 ème Course) 

Départ face à la mer pour un circuit moitié chemin, moitié route, avec un  passage en "Ville Close" et une arrivée au centre ville.  La course se déroule, avec toujours une grosse partie vue sur la mer. Elle emprunte la nouvelle voie verte qui relie le Dorlett à Kerguéres. Un parcours bien sûr toujours très varié, plein de paysages différents et où la principale difficulté des années passées a été légèrement gommée.

Départ : 10h30 au niveau du quai de la Croix, près du pôle nautique, face à la mer.

Arrivée : place de la mairie

Distance : 13,4 km

Les 13 ème Foulées Bleues
Les 13 ème Foulées Bleues

Encore un dimanche sans grasse matinée…aille ça pique ! J’avale rapidement mon petit déjeuner  pour avoir le temps de me préparer soigneusement et ne rien oublier. Depuis l’année dernière j’avais en tête de retourner aux foulées bleues de Concarneau et d'y passer la journée avec Christiane. C’est donc hyper motivés que nous faisons route vers la ville close.

 Le soleil fait son apparition en entrant dans la cité bleue, ça nous annonce une belle journée. Je trouve une place sur le parking devant le "Beffroi" symbole de la ville. Il nous faut 5 minutes pour nous rendre sur la place de la mairie et récupérer mon dossard,  aujourd’hui le 119. Un bonjour à Fabrice qui une nouvelle fois a revêtu la tenue de Speaker.  Un petit tour sur les quais avant d’aller me préparer. Il est déjà temps de regagner la ligne de départ.

Les 13 ème Foulées Bleues
Les 13 ème Foulées Bleues

Après un échauffement en musique sur le front de mer, les 720 coureurs (un record) se massent sous l'arche de départ, l’ambiance est sympa.

10 h 30 c'est parti. Le départ se fait au niveau du quai de la Croix. Cinq cent mètres après on entre dans la « Ville Close » pour une boucle de 1 km dans la cité historique fortifiée par Vauban.

C'est sous les applaudissements d'une foule dense que les coureurs ont pris d'assaut la citadelle. Un moment très sympa, courir au milieu des touristes et des devantures de magasins multicolores.

De la sortie de la « Ville Close » et jusqu’à la plage des Sables Blancs, 2 km sur la corniche le long de l'océan, une partie plate sans difficulté jusqu'au 1 ravitaillement.

Les 13 ème Foulées Bleues
Les 13 ème Foulées Bleues

Les premiers kilomètres se passent plutôt tranquillement, j'allonge ma foulée progressivement et trouve un rythme de croisière. Je double quelques personnes et, même si je ne suis pas là dans un esprit de compétition, ça me met en confiance.

 1er ravitaillement, je ne m'arrête pas. 

Maintenant place à la campagne concarnoise. Le bois du Dorlett et la voie verte, deux kilomètres en faux plat montant, c'est  long. Au kilomètre 7  la fin de cette voie verte marque le « sommet » de la course, place à la descente vers le centre équestre de Kerguéres. Un secteur magnifique en pleine nature qui n' est autorisé qu'aujourd'hui. Je pensais que la descente serait une partie de rigolade, et bien au contraire, il faut rester très concentré pour ne pas se fouler une cheville car le chemin est boueux, semé de cailloux et de racines. Le début est difficile, j’ai perdu mon rythme de la montée.  Je fais attention où je mets les pieds,  l'allure baisse.

Les 13 ème Foulées Bleues
Les 13 ème Foulées Bleues

Déjà la mi course, le deuxième ravito,  je ralentis pour attraper de quoi boire , cette baisse de régime me freine un peu dans ma course. J'ai un peu de mal à repartir. d'autant que la fatigue commence à très légèrement se faire sentir. Mais je tiens bon et retrouve du jus en arrivant au bord de mer. 3 km de chemin côtier entre l’anse de Saint Jean et la plage des Sables Blancs. Vue magnifique sur la mer, un petit coucou au drone qui nous filme. Même s’il n’y a pas de gros dénivelé sur cette section, les relances ne manquent pas. Un passage de 300 m très maritime sur la plage des Sables Blancs et voilà le 12 ème km passé.

Les 13 ème Foulées Bleues
Les 13 ème Foulées Bleues

Encore une partie de chemin, une toute petite bosse à avaler et arrive enfin l’Allée Jean Marie Le Bris, cette portion descendante et hyper roulante est favorable à un finish rapide. L'arrivée approche ça me donne un coup de fouet. J'accélère un peu,  je rattrape une bonne vingtaine de coureurs qui était 100-200 mètres devant moi.

Les 13 ème Foulées Bleues
Les 13 ème Foulées Bleues

J'arrive au centre ville. La foule est vraiment au rendez-vous.  Après un dernier effort, un virage à droite et c'est  l’arche d’arrivée place de la Mairie. J’accélère et zou, je passe enfin la ligne. Temps officiel  1h 13' et 19".  Contrairement à certains parcours, ici je ne me suis pas ennuyé une minute.  Après cette débauche d’énergie, je peux profiter des bienfaits de l'excellent  ravitaillement final. Nous avons assisté à la remise des récompenses et au tirage de la tombola, avant un petit apéritif.

Les 13 ème Foulées Bleues
Les 13 ème Foulées Bleues

Résultats officiels :

Temps:  01h13'19"

410 ème sur 714

22 ème M3h sur 45

Moyenne 11,05 km/h

soit 5'26" au kilo

 

Deux bières en souvenir.

Les 13 ème Foulées Bleues

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter.

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le lien "écrire un commentaire".

Merci d'être venu passer un moment avec moi et à la semaine prochaine pour 

« le Trail de l'Estran »

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2017
commenter cet article
16 septembre 2017 6 16 /09 /septembre /2017 08:34
43 ème Semi Auray-Vannes
43 ème Semi Auray-Vannes
43 ème Semi Auray-Vannes

Le Semi Auray - Vannes

(471 ème Course) 

Cette année encore, le très attendu semi-marathon Auray-Vannes a lieu le 10 septembre.

Plus de 5 000 passionnés seront présents à cette grande fête du sport.

Cette année encore, le semi-marathon international Auray-Vannes s’avère  très attendu des amateurs et habitués du genre. Et ce n’est pas un hasard si en 42 éditions, l’épreuve est devenue le troisième « semi » de France et surtout une fête populaire renommée où règne une ambiance particulière entre les 5 000 coureurs et le public.

Au départ de la course, des favoris ou challengers, des initiés ou amateurs, des vétérans et des plus jeunes, tous fiers de porter leurs dossards et prêts à repousser leurs limites.

Le départ du semi-marathon est donné d’Auray  à 15 h. Pour les avertis, c’est une course en ligne, sur route, dans la campagne et sur les bords du Golfe du Morbihan.

43 ème Semi Auray-Vannes

09h15, je récupère ma binôme du jour "Ramona" et c'est parti pour deux heures de route. 

C'est mon 5ème "Auray-Vannes" (après 2011, 2012, 2013, 2014) j'arrive en terrain connu mais terrain connu ne veut pas dire partie facile, lors des 4 autres éditions, je me souviens de certains passages "en souffrances". 

43 ème Semi Auray-Vannes

Bon il est temps maintenant d’aller chercher les dossards. Le village expo est accueillant, il y règne une bonne  ambiance, des sportifs partout, de la musique, et des stands qui présentent les prochaines courses importantes: Marathon de la Rochelle, Vannes, Paris, le semi St Pol Morlaix, le Raid du Golfe, …

Me voila donc avec mon dossard numéro : 1709.

Retour à la voiture, le temp passe très rapidement, nous avons juste le temps de manger, un repas léger, principalement constitué comme vous pouvez vous en douter de pâtes, pour moi.  Nous entamons la discussion sur la course, notre préparation, état, tenue etc etc, très classique. Ramona souhaite terminer en 1h55'. Aujourd'hui, je ne cours pas pour le classement, mais uniquement pour essayer de garder une allure stable aux environs de 05'30" au kilo pour terminer le semi en 01h55' avec Ramona.  Bon on verra ça après la ligne d'arrivée.

43 ème Semi Auray-Vannes
43 ème Semi Auray-Vannes

Les prévisions météo ne sont pas bonnes, il fait gris et frais, il y a beaucoup de vent, et la pluie doit faire son apparition dans les minutes qui viennent. 

 15h00 : Le coup d’envoi est donné à une marée humaine vraiment impressionnante. 
 Je passe la ligne de départ, les dés sont jetés. Je souris et tout doucement on se fraye un chemin à travers cette multitude de runners multicolores. Il y a du monde mais pas besoin de se bousculer, il y a suffisamment d’espace pour que tout le monde court à son rythme. Le premier km en montée est un peu laborieux, comme un rodage. Ma montre indique plus de 6 mn sur ce premier kilo, je m'y attendais, c'est notre échauffement.
Au bout de 4 km, la côte de Bono, elle tire un peu cette montée mais elle passe facilement.

Ravitaillement en vue, je découvre avec stupéfaction que c’est moins la bousculade qu’à ma dernière participation. 
J’attrape une bouteille d’eau à la volée. Je bois 4 gorgées en courant ( Bien plus simple de boire avec une bouteille qu’un verre en plastique ).

On continue notre folle échappée. Passage au km 5 avec un peu plus d'une minute d'avance.

Tout ce que je peux dire, c’est que les 5 premiers kilomètres ont passé à la vitesse de la lumière. 

43 ème Semi Auray-Vannes
43 ème Semi Auray-Vannes

Coucou les gendarmes aux 7,5 ème kilomètre. Pas vraiment de raison de nous faire flasher vu notre vitesse mais leurs encouragements nous donnent le sourire.
Les 8 premiers km, je ne les ai presque pas vus passer. Il n’y avait pas trop de montées ou descentes, c’était un peu des faux-plats par moments, mais maintenant c'est la côte de Baden.

Les ravitaillements sont bien fournis en boisson énergisante, eau, chocolat, fruits secs, sucres … je prends une bouteille d'eau et je repars. Je suis toujours à une allure moyenne de 5'20".

Passage au km 10 en 51'53" avec deux minutes d'avance sur le plan. Ma protégée a décroché un peu dans la côte, mais je pense qu'elle va revenir dans la longue descente vers le Moustoir. 

43 ème Semi Auray-Vannes

 A partir de maintenant, nous avons subi une pluie battante. J' étais tellement trempé que j'avais l'impression d'avoir pris un seau d'eau sur la tête. La pluie me laissera après quelques kilomètres, indifférent. L'ambiance reste humide et fraîche, ce qui est inhabituel  pour moi qui n'aie fait que des éditions sous le soleil et la chaleur. 

43 ème Semi Auray-Vannes
43 ème Semi Auray-Vannes

Au 12 ème km,  le Moustoir, les choses ont commencé à se corser, autour de moi beaucoup peinent et marchent, j'ai commencé à rattraper du monde. La fameuse montée me fait lever le pied pour ne pas emballer le cardio et  pouvoir repartir sur de bonnes bases à la bascule.  Heureusement, les gens sur le bord de la route étaient nombreux à nous encourager, et pour se motiver, il n’y a vraiment rien de mieux.

43 ème Semi Auray-Vannes
43 ème Semi Auray-Vannes

Les kilomètres ont continué à défiler. Voici la dernière côte “officielle” , les faux plats ne sont  pas pris en compte dans les descriptions de courses. La fameuse côte du Vincin, la dernière grosse difficulté au 18 ème. Elle m'a fait souffrir les autres années et j’ai décidé de la vaincre une nouvelle fois. Comme quoi tout est vraiment dans la tête, parce que quelques mètres avant j’étais à la peine, mais là dans cette fichue montée, alors que beaucoup de monde autour de moi marchent, je cours sous les encouragements du public.

Je raccourcis la foulée, je garde la cadence, je sais que derrière il y aura moyen de récupérer. C'est raide quand même.
Ayé çà devient plus roulant, je relâche. 

La dernière difficulté est passée. Maintenant c’est “facile”. 

Après, je ne sais pas si ce sont les endorphines qui se sont emballées, mais à partir de l'entrée dans Vannes, j'ai commencé à accélérer un peu. Il pleut de plus en plus, par moment j'ai du mal à garder les yeux ouverts. Les jambes fonctionnent bien, je me suis calé sur  5' au kilo. 

43 ème Semi Auray-Vannes
43 ème Semi Auray-Vannes

Le 21 ème km est proche, un virage enfin et je rentre dans le stade, avec du public (sous des parapluies) qui  motive. La ligne finale est à l'opposé, mais que ça me paraît vraiment loin.

Et là j'accélère, j'ai des ailes, je double quelques coureurs pour l’honneur. 

Ce demi tour de stade est interminable, pourtant je suis à plus de 15 km/h, j’arrive à sprinter sur les derniers 50 m,  et je franchis l'arche final. 

Je termine en 01h51'48" 

Je n'ai pas mal aux jambes, parce qu’on a plutôt bien géré notre course, on n’a jamais tapé dans le rouge et malgré tout on a fait le temps qu’on s’était fixé. Ramona passe la ligne en 01h55'03" 

Bravo à toi , tu t’es bien battue malgré la difficulté.  Vraiment bravo pour cette performance.

43 ème Semi Auray-Vannes
43 ème Semi Auray-Vannes

Un véritable spectacle aussi bien pour les spectateurs que pour les coureurs.

 Les célèbres côtes sont le théâtre d’un engouement hors du commun, digne du tour de France et de la folie des supporters dans les virages des plus grands cols. Les coureurs en ont chaque année des frissons. Car le programme est costaud : dès le 7 ème km, côte de Baden, on grimace ; à peine le temps de se retaper et c’est le Moustoir, puis la côte du Vincin où seuls les spectateurs vous empêcheront, peut-être, de marcher…Les kilomètres défilent ensuite plus facilement avant l' arrivée en apothéose sur la piste de Kercado.

Et parce que je ne vais pas m’arrêter là. Je cherche déjà pour l'année prochaine du monde pour venir courir le Semi-Marathon de Disney mi septembre (oui, courir au milieu du parc avec Minnie et Mickey !!!)  Un an pour préparer le déplacement, pour sortir de sa zone de confort, pour repousser ses limites… et pouvoir dire : Je l’ai fait.

43 ème Semi Auray-Vannes
43 ème Semi Auray-Vannes

Résultats officiels :

Temps réel : 01h51'29"

Temps officiel : 01h51'48"

1464 ème sur 3187

64 ème M3h sur 187

Moyenne 11,40 km/h

soit 5'17" au kilo

 

Le bol et le tee shirt en souvenir

43 ème Semi Auray-Vannes
43 ème Semi Auray-Vannes
43 ème Semi Auray-Vannes

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter.

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le lien "écrire un commentaire".

Merci d'être venu passer un moment avec moi et à la semaine prochaine pour les

« Foulées Bleues de Concarneau »

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2017
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 21:21
Les Boucles de Saint Thonan
Les Boucles de Saint Thonan

Les Boucles de St Thonan

(470 ème Course) 

10 ème épreuve du challenge de l'élorn 2017

 

 Deux tours de 5 km autour de Saint Thonan, voilà le menu de cette épreuve du Challenge de l'Elorn. 

C'est ma septième participation sur ce circuit qui ne présente pas de difficulté particulière.

Accessible à tous, même à ceux qui n'ont pas l'habitude de courir en compétition.

Vous découvrirez en plus de la campagne saint Thonanaise, une ambiance conviviale.

Deux distances sont proposées :  5 km départ à 9h30, idéal pour une reprise en douceur, ou pour une séance de foncier pour ceux qui pratiquent un autre sport le reste de l'année.

 10 km départ à 10h30, pour les plus aguerris. La boucle de 5 km est à parcourir 2 fois, sympa pour vos supporters.

Les Boucles de Saint Thonan
Les Boucles de Saint Thonan

Dès le lever, la journée commençait mal, même très mal : dehors, des cordes et une pluie monstre qui me cinglaient le visage, il fallait être motivé pour se présenter au départ des boucles de St Thonan version 2017.

Un petit échauffement pour stimuler  mes articulations,  un échauffement réussi, c’est l’assurance d’éviter les blessures et d’adopter rapidement l’intensité requise.

Je croise beaucoup de connaissances, je discute. Il est temps de retrouver la ligne de départ où seulement 280 participants cette année sont prêts à s'élancer.  Je rejoins le peloton avec l'idée de faire tourner les jambes à 12 km/h . Je suis en récup. de Châteaulin, c'est donc relativement confiant que je prends le départ.

Feu !. Je laisse filer l'avalanche et je regarde ma montre afin de vérifier l'allure. Je suis dans le bon tempo. Le 1er km en légère montée est réalisé en 05'07".

Les Boucles de Saint Thonan
Les Boucles de Saint Thonan

Le 1er ravitaillement est au 4 ème km. Un coup d'oeil au temps de passage 19'35" .

A peine avons nous passé le ravito que déjà s'offre la partie sinueuse dans les hameaux de Lesnon et Mestallic, puis c'est la place St Nicolas  avant d'attaquer la côte.

 La vitesse chute à 10,7 km/h au plus raide de la bosse. Le 5ème kilomètre est situé sous l'arche et la pente devient beaucoup plus douce, mais ça monte avec un vent assez fort de face. 24'48" à la mi course toujours dans les temps. Je pense à cet instant que les 50' seront accessibles. 

Les Boucles de Saint Thonan
Les Boucles de Saint Thonan

 II pleut comme vache qui pisse et le ciel n’annonçe guère mieux pour la deuxième boucle.Cette côte, je la réalise en conservant la même cadence cardiaque que sur le plat. Je ne veux pas me mettre dans le rouge. Arrive le sommet au km 6, ouf. On descend mais le vent et la pluie m'empêchent de profiter pleinement du léger dénivelé négatif. Je dépasse à peine les 12 km/h. Nous sommes maintenant sur du plat le long d'un champ. Ma foulée n'est plus la même, elle a perdu de son amplitude mais pas de son efficacité. Du moins c'est ce que je ressens.  

Les Boucles de Saint Thonan
Les Boucles de Saint Thonan

Des hallebardes nous cinglent le visage, il fallait être motivé pour  se promener dans la campagne thonanaise ce dimanche matin. J'éprouve de bonnes sensations. J'ai toujours un bon  équilibre respiratoire. Je déroule et avec mon petit groupe on double encore. Les kilos défilent, deuxième passage au ravito. Pas besoin de se rafraîchir et aucune sensation de déshydratation. Il y a de la relance dans le final. Je passe le km 9. Il ne reste quasiment  plus rien. Il ne faut pas lâcher.  Je reste derrière  Yvon et dans la montée finale on accélère. Oui il en reste encore un peu.  Je vois la ligne d’arrivée. Je sprinte. J’ai mal. Le chrono qui s'affiche fait plaisir à voir.
Mais ce qui me fait encore plus plaisir c'est l'état dans lequel je termine ce deuxième 10 bornes en moins de 24 h. Pas mal aux jambes et pas vidé.

Les Boucles de Saint Thonan
Les Boucles de Saint Thonan

Je retrouve les copains pour le réconfort après l’effort au ravitaillement final.  Le débat est ouvert sur " Pour être le moins mouillé possible en cas de pluie, vaut-il mieux courir ou marcher ? " 

C'était pas le chrono espéré, un peu de déception malgré tout. De l’autre côté ce fut une bonne course de récupération. Sinon toujours une aussi bonne organisation et un bon moment de course à pied. Merci à tous, organisateurs et  bénévoles pour cette matinée.

Résultats officiels :

Temps: 00h50'44"

199 ème sur 284

22 ème M3H sur 37

Moyenne 11,80 km/h

soit 5'04" au kilo

 

Un gobelet rempli de fruits secs en souvenir.

Les Boucles de Saint Thonan

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter.

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le lien "écrire un commentaire".

Merci d'être venu passer un moment avec moi et à la semaine prochaine pour

le Semi-Marathon « Auray-Vannes »

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2017
commenter cet article
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 17:47
41 èmes Foulées Châteaulinoises
41 èmes Foulées Châteaulinoises

Les Foulées Châteaulinoises

(469 ème Course) 

Courir à Châteaulin organise la 41ème édition des Foulées Châteaulinoises. Ces foulées sont le point d'orgue de trois jours de fêtes patronales. 
La course se veut conviviale et festive puisque ce 10km mesuré se déroule en 3 boucles passant au coeur de la fête foraine et sur le halage du canal de Nantes à Brest. 
Le départ se fait à 20h00 rue Saint-Pol Roux et l'arrivée est devant la mairie de Châteaulin.
 

41 èmes Foulées Châteaulinoises
41 èmes Foulées Châteaulinoises

Mon objectif est simple, constant à 12km/h et rester sous les 50 minutes. D'autant plus que sur le plan personnel, mon niveau d'énergie est couci-couça depuis quelques jours, et mes quadriceps avaient déjà été en meilleur état. J'aime beaucoup le circuit de Châteaulin, qui offre une belle course avec trois tours difficiles, une épreuve très bien organisée, bravo à l’organisation et aux bénévoles. 

Récupération du dossard à 6 euros, il faut le préciser ça devient rare. J'ouvre une petite parenthèse qui fera grincer les dents de certains organisateurs " De nombreux dossards sont  trop chers, et axés sur le business plutôt que sur le plaisir des coureurs " je ferme la parenthèse.  

Quinze minutes d'échauffement et je rejoins les 235 inscrits sur la ligne de départ. Le coup de pistolet est donné, c'est parti ! Une fois la ligne de départ franchie, les coureurs occupent toute la largeur de la chaussée.

41 èmes Foulées Châteaulinoises
41 èmes Foulées Châteaulinoises

Je me suis alors rangé complètement à droite, ce qui m'a permis de dépasser sans être retardé et surtout d'être pris en photo par Christiane, qui est venue me soutenir.

Après une petite montée, direction le centre ville, on passe une première fois la ligne d'arrivée au milieu des manèges avec toutes les odeurs typiques, (beignets, nougats, barbes à papa) puis direction les berges de l'Aulne pour 1,5 km sur le chemin de halage jusqu'à l'écluse.

Honnêtement, heureusement que je suis parti sur un petit rythme car j’ai senti dès le début que mes jambes étaient encore bien fatiguées des 22 km de la semaine dernière. 

41 èmes Foulées Châteaulinoises
41 èmes Foulées Châteaulinoises

Virage à gauche et début de la montée, une borne, là on ne rigole plus. En haut de la côte c'est le ravitaillement suivi de la descente vers le centre ville. Tout va bien, plus que deux tours.

J'ai été très facile sur ce premier tour, et me faire doubler en sachant que j'en ai sous la semelle était grisant ... pas d'affolement, je suis dans l'allure prévue et je termine cette 1ère boucle en 15'30" (12,8km/h). Dès le 2ème tour, j'ai des problèmes avec mon dossard, j'essaie tant bien que mal de régler le problème, il se déchire de nouveau (un kleenex mouillé). Je dois m’arrêter pour l'enlever et le mettre dans ma poche. Je rage un peu, il faut maintenant faire l'effort et appuyer un peu plus pour rattraper le temps perdu. Je commence donc à remonter quelques coureurs.  Vers le 5ème km, je reviens sur un groupe et continue dans la côte à mon rythme. Un peu en avance sur l'objectif, je passe au 2 ème tour  en 33'00" (12,1km/h). Je  commence à être dans le dur. Désormais, je pense que je ne pourrai pas accélérer plus dans le dernier tour et que la fin de course va être difficile, surtout la dernière montée. 

41 èmes Foulées Châteaulinoises
41 èmes Foulées Châteaulinoises

Le troisième tour, je l’attendais car après 6 participations, je sais que c’est une difficulté plus sur le plan moral que physique, bien que quand même la côte… bref. J'ai bien récupéré sur la partie plate le long de l'Aulne, et  je me motive en me disant que cette fois-ci rien ne peut plus m’empêcher de terminer en moins de 50 minutes. Le troisième tour sera celui que j'aurai bouclé le moins rapidement, en 16'01". Je tourne tout le temps à plus de 12 de moyenne. Je fais la plupart des km à 4'45"/4'55" . Tant que je suis à cette allure, je laisse aller. Mais dès que j'arrive en haut de la côte pour la troisième fois  je décide d'allonger la foulée, ça ne devrait pas être trop risqué alors j'accélère en restant  attentif afin de maintenir une allure compatible avec le cardio. Alors, qu’est-ce que ça donne… Eh, pas mal du tout,  j’ai assez de réserves pour bien envoyer, je dépasse quelques concurrents, j’allonge au maximum et je retrouve de bonnes sensations. 

41 èmes Foulées Châteaulinoises
41 èmes Foulées Châteaulinoises

Je passe la ligne en 49'33" ,  content de cette perf. Le chrono est correct et il y a eu la manière, ce qui me satisfait. J'ai fait le travail que j'avais prévu sans avoir trop souffert et j'ai pris du plaisir. C'est bien là l'essentiel. Le temps était  au rendez vous et le public  nous a encouragé pendant ces 10 kms.  Je suis satisfait de ma course au vu de mon état de fatigue. Direction maintenant le ravitaillement d’arrivée est WAHOU : avec les très appréciées "brochettes de fruits frais", c’est juste parfait.

41 èmes Foulées Châteaulinoises
41 èmes Foulées Châteaulinoises

Honnêtement, chapeau  pour l' organisation sans faille et un grand merci aux bénévoles.

Un dossard à six euros, un parcours sympa dans une ambiance de fête, un ravitaillement final excellent, un cadeau souvenir très apprécié, un tirage au sort et un apéro gratuit pour clôturer la fête ... sans oublier de belles photos et une vidéo de la course, que demander de plus.

Je vous invite à me rejoindre l'année prochaine pour les 42 ème foulées Châteaulinoises.

Résultats officiels :

Temps: 00h49'33"

135 ème sur 219

4 ème M3h sur 11

Moyenne 12,11 km/h

soit 4'57" au kilo

 

Un sac garni en souvenir.

Cidre, gâteaux, crêpes.

41 èmes Foulées Châteaulinoises

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter.

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le lien "écrire un commentaire".

Merci d'être venu passer un moment avec moi et à demain pour 

« Les Boucles de St Thonan »

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2017
commenter cet article
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 08:30
Marathon de Barfleur en Duo
Marathon de Barfleur en Duo

La Marathon de Barfleur en Duo

(468 ème Course) 

Il est des marathons comme des hommes. Certains sont fait pour les meilleurs chronos, d’autres sont citadins et enfin certains ont du goût pour la nature et la beauté des sites. Le marathon de la Pointe de Barfleur fait partie de ceux là.

La création d'un marathon est une aventure pour tout le monde, l'organisation, les bénévoles, les habitants, et les coureurs. Ici l' ambition est de vous faire découvrir un territoire haut en couleurs en plus de l'exploit sportif.

Marathon de Barfleur en Duo
Marathon de Barfleur en Duo

Voici le récit de mon escapade à Barfleur à l’occasion du marathon en duo avec Michel.

08 h, nous nous retrouvons à "La Forest". La motivation et la bonne humeur sont déjà au rendez vous. Nous embarquons tentes et vélos dans mon carrosse, spécialement astiqué pour l'événement, et c'est parti pour 5 heures de route. Direction la pointe Est du Cotentin. Tout se déroule comme prévu. 

Marathon de Barfleur en Duo
Marathon de Barfleur en Duo

Barfleur, classé parmi les plus beaux villages de France nous accueille sous un soleil magnifique. 

Cap sur le camping municipal " La Blanche Nef ".

On nous attribue un emplacement idéal, qui jouit d'un panorama remarquable sur le bourg et le phare de Gatteville.

Une bonne heure nous sera nécessaire pour l'installation. 

 

Marathon de Barfleur en Duo
Marathon de Barfleur en Duo

Direction le bourg, en vélo pour retirer nos dossards.

Toutes les missions du jour sont accomplies.

 Il est donc temps de se détendre un peu. 

Marathon de Barfleur en Duo
Marathon de Barfleur en Duo

Retour au camping pour les préparatifs. Un petit cérémonial qui à lui seul revêt une importance particulière à l’aube des grands jours.  Un repas moules frites ( la fameuse blonde de Barfleur) suivi d'une longue balade en vélo dans les ruelles de la cité viking pour digérer avant de regagner les bras de morphée.

Une bonne nuit, un peu perturbée par des nuisances sonores intempestives du clocher de l'église St Nicolas.

Marathon de Barfleur en Duo
Marathon de Barfleur en Duo

Je me réveille quand même en forme. Le jour de l'épreuve tant attendu est finalement arrivé… Nous avons une furieuse envie de découvrir enfin ce parcours mythique et on se sentait prêt à vivre cette nouvelle aventure.

On prend notre petit déjeuner, puis direction le bourg pour un bon café. Nous croisons des amis marathoniens. Les bénévoles s'activent de toute part, la sono est lancée et la musique nous met encore un peu plus dans l’ambiance. On retourne au camping pour se changer, nous sommes sereins avec le sourire….

Marathon de Barfleur en Duo
Marathon de Barfleur en Duo

L'heure fatidique approche, une photo et voilà Michel est prêt à s'élancer pour la première boucle de 20 km.

Il fait beau, le soleil chauffe déjà et pas un souffle de vent.

Marathon de Barfleur en Duo
Marathon de Barfleur en Duo

09h30 c'est parti pour Michel.

Marathon de Barfleur en Duo
Marathon de Barfleur en Duo

Je n'ai plus qu'à attendre....

Les deuxièmes relayeurs se concentrent derrière le tapis de chronométrage et scrutent au loin l'arrivée de leur binôme.

Ça va être à mon tour je vois Michel, il franchit le tapis bleu après deux heures et quatre minutes de course.

Il a tout donné, je récupère la puce et sans un mot j'entame ma boucle en le laissant récupérer.

Marathon de Barfleur en Duo
Marathon de Barfleur en Duo

Une fois la course lancée, le stress et les interrogations s’évaporent avec les premières gouttes de sueur. Il ne me faut que quelques minutes pour trouver un bon rythme et partir à l’assaut de ces 22 kms. Après 15 minutes de course, je suis rassuré en voyant "Michel" me prendre en photo, il a bien récupéré.

 

Marathon de Barfleur en Duo

Les coureurs sont très éparpillés et les échanges sont limités, chacun semble concentré sur son objectif, approximativement le même que moi. Drôle d’ambiance, j’en profite pour admirer le paysage tant que j’en ai encore la lucidité. Les kilomètres défilent et ma petite voix intérieure me répète en boucle « je me sens fort, je vais y arriver ». Malgré tout, j’ai appris à ne pas trop prêter attention à cette petite voix aux pensées trop versatiles. Je la sais capable de m’envoyer dans le fossé au premier coup de moins bien. Je check la machine : pas de fatigue, pas d’essoufflement, pas de point de côté, pas de douleur…ok on continue.

Marathon de Barfleur en Duo
Marathon de Barfleur en Duo

Le panneau annonçant le passage de la mi parcours à peine franchie, je ressens le besoin de ralentir le rythme. Dommage, car après moins d'une heure de course, j’ai fait la moitié du chemin. Il fait de plus en plus chaud et dans ces conditions, le retour vers Barfleur le long de la côte s’annonce difficile. Et voilà que ma petite voix intérieure en profite pour me lâcher à son tour. A l’image de l’allure, le moral est en chute libre à ce moment de la course. Le ravitaillement qui se présente est des plus bénéfique. Je m'asperge, je bois et je repars avec une bouteille d'eau.

Marathon de Barfleur en Duo

Le parcours nous offre maintenant des surfaces de courses différentes, route, sentiers, chemins et  sable, sans dénivelé important mais que ça fait mal aux gambettes  les changements d’appui. Il faut immanquablement se remobiliser pour éviter de s’enfermer dans une spirale négative. Il n’est pas question de baisser les bras, ce n’est pas les quelques secondes lâchées à chaque kilomètre qui m’empêcheront de rallier l’arrivée. La machine à calculer se met en marche, le capital de temps accumulé fond comme neige au soleil. Toutefois, il est encore largement envisageable d’aller décrocher un temps sur la distance. Mais pour ça, il va falloir serrer les dents pour continuer d’avancer. Heureusement, je suis loin d’être le seul à subir les assauts de la chaleur. En observant autour de moi, je m’aperçois même que je reprends quelques places. Ma motivation est toute trouvée, je m’accroche à l’idée d’aller chercher le mec de devant, puis le suivant, et ainsi de suite.

Marathon de Barfleur en Duo

Musculairement tout de même ça commence à bien tirer, dans les mollets notamment. Un peu plus loin ce sont les ischios qui sifflent aussi. Continuant sur une allure, avec quelques secondes au kilo de plus, il n'y aura pas d’autres alertes musculaires. 

Les spectateurs massés sur les derniers kilomètres apaisent un peu la souffrance d’une foulée qui n’a plus rien d’académique mais qui permet encore d’avancer.

Je suis dans une partie aussi difficile que plate. Beaucoup de gens marchent en souffrant. A moins qu’ils ne souffrent en marchant, ce qui au final revient au même. J’aperçois le panneau 40  alors que je n’avais pas vu le 39. Ben je peux vous dire que ça a été une excellente surprise.

Marathon de Barfleur en Duo
Marathon de Barfleur en Duo

Entrée dans Barfleur tout le monde applaudit, on entend la musique de la ligne d’arrivée. Ça donne la pêche! Et là, je vois enfin Michel, en mode touriste qui me prend en photo. On franchira les derniers mètres ensemble après 04h09.

Plus que jamais la ligne d’arrivée se présente à moi comme une délivrance après deux heures et cinq minutes de course. Une nouvelle fois j’ai vaincu les 22 bornes, certes loin de mon objectif initial, mais heureux d’avoir participé à cette grande fête du sport avec Michel.

Temps réel : 04h09'43"   classement 64 ème

1 er  relai 20 km : 02h04'19"  classement 69 ème

2 ème  relai 22 km :  02h05'10" classement 61 ème

Avoir la chance de courir un marathon dans un cadre aussi majestueux, et sur un parcours aussi difficile, vaut vraiment le détour. Je ne regrette pas mon choix, et c’est avec de superbes images plein la tête que je vais maintenant pouvoir tracer ma route vers d’autres objectifs, en attendant peut-être de pouvoir revenir un jour prendre une revanche ici.

Marathon de Barfleur en Duo

Résultats officiels :

Temps: 04h09'43"

64 ème sur 84

Moyenne 10,14 km/h

soit 5'55" au kilo

 

Médaille et tee shirt en souvenir.

Marathon de Barfleur en Duo

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter.

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le lien "écrire un commentaire".

Merci d'être venu passer un moment avec moi et à la semaine prochaine pour les

« Foulées  Châteaulinoises»

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2017
commenter cet article
24 août 2017 4 24 /08 /août /2017 08:30
42 ème Montée du Ménez Hom
42 ème Montée du Ménez Hom
42 ème Montée du Ménez Hom

La Montée du Ménez-Hom

(467 ème Course) 

 Du haut de ses 330 m, le Ménez-Hom, guetteur paisible à l’entrée de la presqu’île de Crozon, domine de ses rondeurs la baie de Douarnenez, la plaine du Porzay au sud et la trouée de l’Aulne maritime au nord. Point culminant des Montagnes noires, il offre un magnifique panorama sur la Presqu’île de Crozon.

La 42 ème Montée du Ménez-Hom est organisée par le Comité d'Animation d'Argol qui nous propose plusieurs épreuves:

- La Montée du Ménez-Hom, course nature de 22,5 kms, avec 12,5 kms de route, 10 kms de chemins et sentiers qui nous amènent au sommet pour découvrir des paysages formidables avant de redescendre sur Argol. Départ 9h30, place de l'église.

- Marche Nordique chronométrée de 22,5 kms ( challenge Nordique de Bretagne), parcours identique à celui de la Montée du Ménez- Hom.

- L'Argolienne, course nature de 9,5 kms, nouveau parcours qui vous fera découvrir " la montagne " d'Argol en empruntant de nombreux chemins. Départ 9h45, place de l'église.

- Une marche nordique loisirs ( non chronométrée) de 9,5 kms, parcours identique à celui de l'Argolienne. 

- Une marche rando de 9,5 kms à travers la campagne d'Argol. Départ libre de 8h à 10h. 

42 ème Montée du Ménez Hom
42 ème Montée du Ménez Hom

La course de 22,5 kms, qui a des passages difficiles reste toujours aussi populaire, dans un esprit bien sportif. C'est l'une des plus vieilles courses du Finistère avec cette année 250 coureuses et coureurs à prendre le départ sur la place du bourg. Tout au long du parcours 5 ravitaillements sont proposés.  Quel plaisir d’épingler une nouvelle fois un dossard, pour la montée du Ménez-Hom. Retrait du sésame le "43", petit échauffement sous une légère bruine, le temps passe vite, il est déjà l’heure de se placer sur la ligne de départ. C’est donc confiant que je rejoins les autres concurrents devant l'église. J’ai quand même dans l’idée de prendre un départ prudent et de rester sage. On ne sait jamais… j'ai un semi la semaine prochaine donc pas de casse.

42 ème Montée du Ménez Hom
42 ème Montée du Ménez Hom

Le départ est donné. Départ tout en douceur dans la rue principale, avant d’attaquer les choses un peu plus sérieuses, 5 kilomètres de départementales, montées, descentes, faux plats montants se succèdent. 4'50" le 1er kilo, je continue sur le même rythme, je n’ai pas envie de me mettre dans le rouge. Je cours à la fréquence cardiaque en essayant de ne pas dépasser certaines limites. Je passe au kilomètre 6 en 30'40 (12km/h). Un virage à droite pour quitter le bitume et c'est une belle patate dans le bois sur un chemin assez large. Le fameux virage à droite marque le début de la longue montée vers le sommet, 270 m de D+ en 4 kilomètres. A la sortie du bois, c'est un paysage lunaire qui s'ouvre devant nous avec son long sentier caillouteux qui monte, qui monte et qui monte. Certaines parties sont roulantes au début, la pente n’excédant pas 10%. Puis arrivent des portions un peu plus raides, voir beaucoup plus raides avec 15%, je dois ralentir fortement et même marcher pour ne pas exploser le cardio. La vue sur la presqu’ile de Crozon est magnifique.

42 ème Montée du Ménez Hom
42 ème Montée du Ménez Hom

Un passage magnifique et mérité au sommet, accueilli par des bénévoles pleins d'enthousiasme au ravitaillement, cela fait du bien. J’avale un gel rapidement avec un peu d'eau, histoire de ne pas risquer la panne d’essence, et je reprends rapidement le large dans la longue  descente sans pour autant pouvoir recoller aux coureurs de devant. Bref, tout va bien. Je suis passé au sommet après 1h07' de course.

42 ème Montée du Ménez Hom
42 ème Montée du Ménez Hom

Je fais quelques calculs, je pronostique mon temps final, en 02h20'. Connaissant parfaitement le profil de la course, je sais qu’à ce moment là, il nous reste 4 kilomètres de descente, puis 7 autres bien vallonnés. La descente n’est pas très technique et vraiment roulante, on arrive en bas assez rapidement. Après les 30 minutes de déclivité, c’est finalement ici que commence la course.  Je maintiens mon allure, les quadriceps commencent à devenir douloureux. C’est de plus en plus difficile de relancer après des petits tronçons "marchés".

42 ème Montée du Ménez Hom
42 ème Montée du Ménez Hom

Ca remonte encore, un joli passage en sous-bois qui aide à garder le moral. Le retour sur la route, annonce la dernière difficulté puis la descente finale vers l’arrivée. J’entends que ça revient derrière, ça serait dommage de se faire dépasser maintenant. J’accélère un peu le rythme, je sais qu’il nous reste moins d’un kilomètre.  Pour finir je passe la ligne en 2h10'. J'ai tenu une moyenne au dessus de 10 km/h sur les 22.5 km et pas loin de 500 D +.  Je finis à la 182 ème place au général. Je suis très satisfait de ce résultat, j’aurais peut être même pu mettre moins avec un peu plus de culot, car j’en avais encore sous le pied,  mais je suis vraiment satisfait , et je me dis que j’ai vraiment fait le bon choix.

42 ème Montée du Ménez Hom

Résultats officiels :

Temps: 02h10'09"

182 ème sur 238

12 ème M3h sur 17

Moyenne 10,40 km/h

soit 5'47" au kilo

 

Une serviette  en souvenir

42 ème Montée du Ménez Hom

 Une douche et je rejoins avec Christiane le "TEAM CAM" (Daniel, Jean No,Yves Marie, Jean Claude et Ghislaine) pour participer dans la bonne humeur au repas organisé par les  jeunes agriculteurs de la région.

Menu : kir (s), Jambon à l'os, frites, crêpe, café. 

La Montée du Ménez-Hom a été une nouvelle fois un succès avec plus de 500 participants.  Merci aux organisateurs et aux bénévoles pour l’accueil sympathique.

L’année prochaine, n’hésitez pas, venez, pour le parcours, pour la vue, pour l’ambiance et l’état d’esprit, vous ne le regretterez pas.

42 ème Montée du Ménez Hom
42 ème Montée du Ménez Hom

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter.

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le lien "écrire un commentaire".

Merci d'être venu passer un moment avec moi et à la semaine prochaine pour le

« Marathon de Barfleur en Duo »

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2017
commenter cet article
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 19:19
33 ème Foulées de Brasparts
33 ème Foulées de Brasparts

Les Foulées de Brasparts

(466 ème Course) 

Déjà un an que toute l’équipe des Marsupilamis de Brasparts vous a concocté et fait découvrir ses nouveaux circuits au cœur des Monts d’Arrée dans le Yeun Elez.

Deux distances au choix, avec les départs du sommet du mythique Mont St Michel, qui se trouve sur la commune de St Rivoal, et les arrivées au bourg de Brasparts. Le départ du 11 km se fera à 16h30 et celui du 20km à 17h00. Les dossards seront distribués à la salle des fêtes à partir de 14h30. Des navettes vont vous conduire tout au long de l’après-midi jusqu’au point de départ.

La sécurité de tous les coureurs est une des préoccupations, c’est pourquoi un médecin et une infirmière sillonneront en quad les circuits pour pouvoir intervenir rapidement. Ils seront aidés par une équipe de sapeurs-pompiers du centre de secours.

Mais les Foulées de Brasparts, qui mélangent sport, effort, sécurité, tourisme, amitié, convivialité, détente, ne peuvent pas se terminer à l’arrivée du dernier coureur. La soirée sera l’occasion pour la centaine de bénévoles, les coureurs, les accompagnateurs et toutes les personnes qui souhaitent passer un agréable moment dans une ambiance d’après course, de se retrouver autour du cochon grillé et du bal.

33 ème Foulées de Brasparts

Une semaine après Ploaré, je me retrouve à Brasparts pour un trail de 11 kms à travers les bois et landes.

Arrivé vers 15h00 au centre du bourg, avec Christiane nous prenons la direction de la salle des fêtes pour retirer les dossards. Aujourd’hui j’épingle  le " 69" .  Je prends place ensuite dans le car qui achemine tous les athlètes à la source de cette épreuve. Le départ se situe au Mont St Michel de Brasparts, le point culminant des Monts d'Arrée grâce à sa superbe petite chapelle qui surplombe l'ensemble des landes et le lac de Brennilis.    

33 ème Foulées de Brasparts

L'objectif,  moins d'une heure. Lorsque je me range derrière la ligne, je sais que j'ai bien récupéré de ma semaine d'entrainement. C'est ma 7 ème participation, et j'adore cet endroit où la nature offre des paysages magnifiques, et le départ de la course est toujours un moment émouvant. Nous sommes environ 250 concurrents pour parcourir les 11 kilomètres qui nous séparent de Brasparts, il nous faudra traverser,  la bruyère et les bois des alentours, des chemins parsemés de cailloux, des branches, des trous, des ruisseaux  et de la boue avec des petites et grandes montées, des longs faux plats, et des descentes très techniques. Comme j'ai de bonnes jambes en ce moment, je suis parti  avec détermination.

33 ème Foulées de Brasparts
33 ème Foulées de Brasparts

16 h 30, les coureurs se rassemblent. Je me place en  début de  peloton. Et c’est parti ! On descend d’abord  par  la route, ce qui  permet de bien étirer le peloton puis on oblique à droite, pour prendre un chemin caillouteux, toujours en descente.  Le spectacle de tous les coureurs descendant le chemin en une longue chenille multicolore, toutes générations confondues est comme toujours, impressionnant. On traverse les marais de Yeun Ellez, formés par une  terre noire gorgée d'eau, qu'on appelle aussi Tourbières. 

33 ème Foulées de Brasparts
33 ème Foulées de Brasparts

Après s'être échauffé sur 3 kilomètres de descente, il faut monter. La côte fait mal, chacun la  passe à son rythme, mais dans la descente qui suit, regroupement général. On est 5 ou 6 avec, notamment Nicolas. Retour sur des petits chemins, ça zig-zag en descendant au fond d'une vallée, je m’amuse. C' est assez étroit, je sens que j'ai de l'aisance. Les sensations sont bonnes et depuis le départ je me trouve bien calé dans un petit groupe. On alterne montées descentes,  je m'arrête au ravitaillement, un  petit verre d’eau et c’est reparti.   Je continue dans mon petit groupe, sachant que  maintenant une grande partie est en descente. 

33 ème Foulées de Brasparts
33 ème Foulées de Brasparts

Je ferai les 5 bornes suivantes en maintenant mon rythme et en m’appliquant pour garder mon équilibre dans les passages les plus délicats. Mes sensations sont bonnes, jambes légères et foulée rapide, donc je remonte progressivement sans trop compter, j’absorbe même une grosse montée sans ralentir.  On revient sur du plus roulant. Ça va vite.

Malheureusement à moins d'un kilomètre de l'arrivée, j’en oublie d’être attentif et je fais une grosse erreur de parcours qui me coûte 3 bornes supplémentaires.  Sur le coup je peste !!!!!!!!!!!!!

 Une erreur de parcours, et oui j'ai suivi comme un mouton, sans lever la tête . 15 minutes de perdues, le temps de faire une boucle pour  reprendre le bon chemin.  Je retrouve Nadine et la course reprend. La dernière montée se passe très bien en compagnie de ma copine.

 Une erreur de chemin fatale,  je m’en veux car j’ai raté un podium sur une erreur de concentration.

33 ème Foulées de Brasparts
33 ème Foulées de Brasparts

Résultats officiels :

Temps: 01h18'05"

233 ème sur 250

17 ème M3h sur 22

La soirée aurait dû se poursuivre par le traditionnel "Cochon grillé", où coureurs, accompagnateurs, et bénévoles se retrouvent dans une bonne ambiance.  

Pas cette année, j'ai un petit coup de gueule à faire passer.  Aujourd'hui les tickets repas sont passés à 12 € . Je ne suis pas Crésus , 24 € pour deux  plus 8 € d'inscription ça devient excessif.

 J'ai connu  le repas fourni comme cadeau à l'inscription puis 5, 8 et 10 euros l'année dernière.

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter.

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le lien "écrire un commentaire".

Merci d'être venu passer un moment avec moi et à la semaine prochaine pour la

« Montée du Menez-Hom »

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2017
commenter cet article

Mes Courses 2010,2011,2012,2013,2014,2015,2016,2017

  • : Le blog Dominique court.over-blog.com
  • Le blog Dominique court.over-blog.com
  • : Course à pied
  • Contact

Compteur

L'heure

Calendrier

Courir pour Owen

Distance parcourue en 2017 :

916 kms

Clic sur l'affichedossard pour Owen

Texte Libre

Clique