Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 18:56
Kerlouan000.jpg
Kerlouan001.jpg
Kerlouan002.jpg
        27 ème Semi du Pays Pagan
        (221 ème Course)
   

Kerlouan012.jpgLa 27ème édition du semi marathon du pays Pagan est organisée par l’association Kerloisirs (Kerlouan). Cette épreuve constitue la 5ème étape du challenge de l’Elorn. C’est un superbe parcours de 21,1 kms qui permet aux coureurs de sillonner les routes de Plounéour Trez, Kerlouan et Brignogan.
Le semi qui traditionnellement part de Kerlouan, Brignogan-Plages,  ou Plounéour-Trez: le lieu de départ change chaque année. Cette année, le départ sera donné à 10 h du centre de Plounéour-Trez, pour un parcours à 65% le long de la côte, parmi un décor magnifique.       

Kerlouan030

Kerlouan018.jpg

Je vais faire court, la nuit a été courte (couché à 03h00 debout à 07h00), ce matin je  me sens pas très pessimiste ; j’ai les jambes lourdes et fatiguées de la soirée ( Très agréable, d’ailleurs, merci ERIC ). Je suis sur les rotules, au sens propre comme au figuré.
Un réveil difficile, dehors le temps est clair et le thermomètre indique 0°. Après un petit déjeuner léger, je dois gratter la gelée blanche de mon pare brise avant de faire route. J'arrive vers 09h15 à Plounéour Trez,  pas de vent, et un soleil qui je pense va bientôt réchauffer nos corps.
Récup du dossard le "107" et retour à la voiture pour me changer. 09H40, il est plus que temps que je m'échauffe un peu. Je rencontre plein de connaissances, ça discute, ça papote. Je suis obligé de refaire un retour par la case "je m'échauffe" pour être finalement sur la ligne de départ avant 10h.   
Kerlouan021.jpg
    Il faut économiser ses forces et son souffle avec assez d’adresse pour arriver jusqu’au but.
    Ma course: Je pense que je vais souffrir sur ce demi-marathon, mais voilà  j’aime les longues sorties. Je ne me sens pas super en forme, pour la course, je me sens len-----t. Et donc peu confiant.
10h00 : top départ. Dans une atmosphère plutôt fraîche mais sous un beau soleil, le peloton de 400 coureurs était ainsi lâché  dans les rues de Plounéour Trez. Je suis dans le 1er tiers comme d'hab, ça part moyennement vite, je reste tranquille et j'essaie de garder une bonne respiration. J’ai couru le premier kilomètre « au feeling », un bon effort mais bien gérable et je l’ai rentré en 4’54. Je me suis alors dit que 5’00 allait être un bon rythme pour ce semi. Durant les 3 premiers km, je suis dans le groupe où l'on discute énormément, devant, ils sont déjà  loin. Nous sommes sur du plat (ou presque).    
Kerlouan022.JPGA partir du 4ème, nous montons et c'est interminable mais les heures passées à m'entraîner me font garder la tête sur les épaules même si le souffle est vraiment court. A partir de la montée, je vais tout faire tout seul, soit presque 17 km en mode gestion, seul comme un grand.
Les sensations sont bonnes, tout baigne, pourvu que cela dure ! Après ce " tour de chauffe " on plonge sur Kerlouan. Il fait beau, la traversée du bourg est magnifique et les couleurs sont superbes, on est gâté. Petit salut à Jacquot qui fait la signalisation. Planqué !    
Au 9ème, la vue du célèbre corps de garde du Ménez Ham situé à 20 mètres au dessus du niveau de la mer, (au milieu d'un chaos de granite qui le protège et le dissimule) nous indique le début d'un petite descente, j'en profite pour lever le pied et retrouver une bonne respiration. La descente me fait du bien, je n'ai pas envie de trop brûler d'énergie.
 Kerlouan011.jpgKerlouan009.jpg
L'histoire du village de Menez-Ham: les Douaniers au XVIIIe siècle le construisirent pour surveiller la côte. Pour assurer leur discrétion, ils avaient camouflé les maisons parmi les roches, limitant les ouvertures et couvrant les toits de chaumes et de terre.
Au km10, ça remonte et je ne peux m'empêcher de regarder ma montreKerlouan023 49'50", je suis parfaitement dans les temps pour passer au 12ème en 1 heure. Nous avons ensuite une succession de montées et de petites descentes jusqu'au km 14. Au niveau de la plage des crapauds, les bénévoles du 3ème ravitaillement nous attendent. Je sais maintenant que je peux utiliser les ravitos sans perdre de temps et que mon corps s’adapte de mieux en mieux à l’effort,  ma FC baisse dans cette deuxième partie pour un effort d’une même intensité. Ce qui est un peu curieux mais… à creuser. Franchement, je suis scotché !!! Je continue à stabiliser ma  vitesse et s'ouvre devant moi une longue ligne droite, un beau macadam, que du bon !!! Je me repose un peu sur le kilomètre suivant. Au km 15, à la faveur d’un virage à droite, j’ai pu jauger ma position. J'ai aux fesses un groupe de cinq coureurs et je ne veux pas qu'ils me rattrapent. Devant un autre groupe à 100 mètres, je suis en chasse-patate et ça c’est moins cool. Tant pis, de toute façon, faut bien avancer, non ? Là, le terrain est mauvais pour moi, une petite Kerlouan010montée de 400m qui me scie les jambes, je serre les dents, c'est là que je connais un coup de mou. Je l'attendais celui-là, ça fait partie de la     course. Mon moral  en prend un coup. L'accroche au niveau du sol est vraiment pas bonne, les secondes se rajoutent inexorablement. Le temps au kilo vient de grimper à 5'30. Kerlouan025.JPGAu 16ème kilomètre c'est la traversée du bourg de Brignogan, le moral revient et je décide de mettre les bouchées doubles, s' ils veulent me rattraper, il va falloir venir me chercher. Je ne me retourne plus, j'appuie chaque fois plus fort, la tête, qui commande mes moindres faits et gestes depuis le début est à son maximum.
Mon allure va ensuite rester sous les 5'10" au kilo pendant les deux Kerlouan024kilomètres suivant. Ma FC reste toujours raisonnable, mais les jambes commencent à être vraiment raides… l’acide lactique commence
 sûrement à s’accumuler, mais l’arrivée n’est plus très loin et le parcours monte sur le finish ce qui ne facilitera pas les choses ! 
 Kilomètre 20, c'est précisément là que j'ai fini de rigoler. J'avais fait mon malin devant le groupe, genre warrior, eh bien là c'était fini. Plus de warrior, juste un bourricot qui a commencé à avoir un mal de chien dans les jambes et une énergie en chute libre. Traîner les pieds en courant, je l'ai fait. Comprendre l'expression "avoir les jambes coupées" en live et sans trucage, je l'ai testé. Bref, j'en ai chié. Dans la montée de la rue Pelleuz,  je me suis mis en mode "j'ai plus de jambes mais j'avance quand même grâce à ma volonté". Abominable. Bon vous connaissez tous ce que c'est. Les derniers 500 mètres ont été finalement moins durs, tant le but devenait proche. C’est très gratifiant. Génial ! Je regardais ma montre et je me disais "moins de 1h50, tu peux le faire!"  dans les derniers 200 mètres, je gratte  deux places, je suis comme un fou, je cours, je cours, je cours, je ne lâcherai pas. Je " sprinte "  pour gratter encore une place avant l'arche et finir sous les ovations des groupies ( dans mes rêves seulement ).Kerlouan017 La délivrance: Je passe la ligne et tout le stress redescend d’un seul coup, je ne peux contenir ma joie liée à toute cette décharge d’adrénaline. Je mets au moins 1’, à récupérer,  je souffle enfin, c’est fini. Je suis super content de ma gestion de course. J’ai su gérer mon semi, ne pas m’inquiéter et remonter la pente quand mon esprit commençait à me jouer des tours. Mine de rien, un semi c’est quand même une sacrée expérience humaine. Face à soi, on doit faire avec les doutes qui vous assaillent, vous disent d’arrêter pour ne plus souffrir. Mais si vous persistez un peu, vous vous rendez compte que vous êtes capable, sans cesse de repousser vos limites.
Kerlouan019.JPGLa course s'est bien passée et j'en tire de grands enseignements. Je réalise un temps honorable (pour moi) de 1h47'23" soit une minute de plus que ma dernière performance sur ce semi. Une 225 ème place sur 391 arrivées.
J'ai réussi à rester mobilisé malgré le manque de sommeil et un repas trop copieux la veille.
J'essaie tant bien que mal de garder le cap vers le marathon de Poitiers mais ce n'est vraiment pas évident, surtout qu'après ce semi, la fatigue s'est installée, sans parler de ce cruel manque de sommeil.
Mais après l’effort, le réconfort ! Je retrouve Sylvie et Serge les héros du jour (100 et 101 ème) tout sourire de leur superbes perfs. Sylvie termine 2ème féminine au général  en 01h35mn, soit 13,3 de moyenne.
             Bravo  les filles                                             Un tee-shirt de plus en cadeau   
Kerlouan020  Kerlouan007 
                 ani018-R.gifésultats officiels : 
Temps: 01h48'25"
      225 ème sur 391.
50 ème V2h sur 91   
Challenge V2h 123 ème
Moyenne 11,80 km/h
   soit 5'05" au kilo 
    Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter (c'est gratuit)
Vous pouvez également laisser des commentaires dans le liens en bas à gauche "écrire un commentaire"
Merci d'être venu passer un moment avec moi et à la semaine prochaine pour les"Foulée de St Evarzec"   
        
Kerlouan003.png
    Vitesse 
Kerlouan005.png
    Cardio 
Kerlouan004.png
    Dénivelé 
 

Partager cet article

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2013
commenter cet article

commentaires

ghislaine 27/04/2013 13:03

toute mes Félicitations pour ton semi bien mené malgrés la veille (ANNIF)....j'aime ta façon de te voir:WARRIEUR et Bourrico....J'AIMEEEEEEEEEEE

tu n'as pas etait applaudis sur la ligne..A BON...alors imagine moi..ils démontaient:))))

Chouteau Monique 26/04/2013 22:23

Félicitation pour un semi après une soirée de fête avec un repas typique breton copieux.
Ton rôle de cocher était certainement moins épuisant que cette course.
Bonne motivation car ce n 'est pas le cas de tout le monde.
Moi la première et je le regrette car les paysages devaient être magnifique.

Mes Courses 2010,2011,2012,2013,2014,2015,2016,2017

  • : Le blog Dominique court.over-blog.com
  • Le blog Dominique court.over-blog.com
  • : Course à pied
  • Contact

Compteur

L'heure

Calendrier

Courir pour Owen

Distance parcourue en 2017 :

808 kms

Clic sur l'affichedossard pour Owen

Texte Libre

Clique