Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 10:27

 

LaRochelle00.jpg

LaRochelle01.jpg

Mon sixième marathon:

"Ne lâche rien, poursuit ton effort, persiste, ne lâche rien, tutoie le point de rupture, rapproche t’en humblement, mais sans le défier"


Le Marathon de La Rochelle (153 ème course)
Enfin samedi matin, de l’action : départ pour La Rochelle, avec Eric et son épouse Ghislaine, dans un superbe camping-car.

Là-bas, nous rejoignons Mme et Mr Boucher qui lui aussi aurait dû courir  le Marathon.

Il fait froid et un épais brouillard recouvre la ville ... brrrr.

Une fois bien garés, nous partons au "village marathon" pour avoir nos dossards. Tout est super bien organisé, ici ça ressemble au grand cirque Barnum !!!

LaRochelle30.jpgLaRochelle02

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On récupère  les dossards avec nos noms et prénoms dessus, ainsi que les tickets repas. On traîne un peu dans le village et on passe dans pratiquement tous les stands. Dehors il y a toujours un max de brouillard ça me stresse.

On retourne au camping-car déposer les prospectus puis retour au village pour retrouver les filles et se rendre à la pasta party.

 

2011 joris, marathon rochelle 025

2011-joris--marathon-rochelle-024.jpg 

 

 

Pasta Party
Comme la tradition le veut, la Pasta Party reste un des moment fort de l’épreuve et de notre week-end. Le  Marathon de La Rochelle respecte la tradition et nous donne rendez vous à sa Pasta Party au cœur de la cité LaRochelle05Rochellaise à l’espace Encan. Une haie d'honneur formée par une cinquantaine de bénévoles nous reçoivent en applaudissant, ça fait chaud au coeur, de plus chaque femme recevait une rose. Au menu de cette Pasta Party : Taboulé rochelais, Spaghetti Bolognaise à volonté, Fromage, Fruit, Yaourt, Vin et eau

La Pasta Party  un grand moment pour nous coureurs mais surtout pour les bénévoles car ils ont réussi à  servir 1500 repas en un minimum de temps pour que chacun mange ses pâtes chaudes.

Le jour "J"

6h00 réveil, on s’enfile le gatosport avec un petit chocolat.
07h00 début de la préparation.

Je colle 2 gros sparadraps renforcés autour des tétons. Elasto également sur mes 2 index du pied que je sais sensibles. Vaseline sur les autres orteils, les chevilles, l’entrejambe, les aisselles. Pommade chauffante sur les jambes et les bras. Ensuite j'enfile mon habit de lumière. 2011-joris--marathon-rochelle-030.jpg8h00 départ avec Eric vers ma ligne de départ, il y a du monde déjà
On repère mon sas de départ, il y a du ravito, des WC, Eric me quitte pour rejoindre sa ligne de départ.

Je garde le poncho sur moi. Je m’échauffe 10 mn cool cool le long de la ligne départ !!!
L’heure approche, je suis super excité, bon sang c'est pourtant pas mon premier marathon !!!  
Je me place dans le sas jaune. Vivement que ça commence !!!  
Je partirai avec 8 gels overstim's à prendre tous les 5 km

Cette 21è édition du marathon de La Rochelle devrait se dérouler sous une météo idéale pour réaliser un bon chrono : pas trop froid, un peu de crachin en début de parcours, mais qui s’est arrêté à temps. Nous étions plus de 5000 inscrits et malheusement que 4500 à l'arrivée.

  LaRochelle25.JPG

Du départ au 5km

Un marathon demande un surplus d’énergie et de motivation.

whouu c’est impressionnant, la foule, une sacrée organisation.

Il y a beaucoup de monde ayant le même objectif que moi, j' essaie de m' avancer le plus en avant de mon sas. "Les jaunes"
8H55 Premier coup de feu pour le départ des handisports, félicitations à eux.
8H58 Second coup de feu c’est notre départ, un peu plus d’une minute pour franchir la ligne, je déclenche donc mon chrono à ce moment là, c’est dense, le premier km est passé en un peu moins de 6 mns. Je me débarrasse du poncho. Depuis le temps que j'en parle de ce marathon ça y est enfin, c’est parti !!!
Ca descend un peu au début , je me cale à 5’00, L’ambiance est terrible, tout ce monde c’est impressionnant.
Je préfère partir lentement. Mais je ne pensais pas aller aussi lentement, on marche presque dans le premier kilomètre. Moi qui vise entre 3h45 et 3h30 soit du 5’ au kilomètre, en bouclant ces deux premiers en 10’46, j’ai déjà presque une minute de retard. D’ailleurs au début du troisième, où l’on commence à pouvoir aller un peu plus vite, je double beaucoup de concurrents.

2011-joris--marathon-rochelle-058.jpg

Ce troisième kilomètre marque pour moi le début de la course, je suis moins gêné et je prends une allure plus rapide. 4’55, c’est presque trop rapide. Mon objectif rejoindre le meneur d'allure des 3h30'  et je me sens bien, alors continuons. Au quatrième, c’est le regroupement avec les coureurs de l’autre ligne de départ. La jonction se fait sans trop de gêne. C’est aussi le moment où je passe devant le lièvre des 3h30 et je peux ainsi régler ma foulée sur le petit peloton qui l'accompagne. C’est le début, tout va bien, beaucoup de monde sur le bord de la route.

Le km5 est déjà là en 28’08’’, je prends un gel et un verre d'eau, je me dis  qu’on est un poil trop rapide, mais il me faut recoller le meneur d’allure 3h30 surtout ne pas le laisser filer.
Du 5km au 10km

2011-joris--marathon-rochelle-045.jpg

A partir du km5, comme dit plus haut, je rejoins le meneur d’allure des 3h30’  et pendant de nombreux km, je prêterai moins attention à mon chrono. Jusqu’au semi, nous conserverons 1’ d’avance sur l’objectif (passage en 1h44’). J’ai rarement eu de si bonnes sensations durant une course. J’ai légèrement ralenti et de ce fait, me suis fait quelque peu distancé par le lièvre mais je passe quand même dans le temps imparti. Je gère ma course à mon rythme, à l’écoute de la moindre gêne ou douleur. Quelques courbatures à signaler mais rien de bien anormal. Ayant encore le meneur en point de mire au km25, je fais un bon effort pour revenir à sa hauteur .  C’est de bon augure pour la suite, c’est signe que j’en avais encore pas mal sous le pied.

du km10 au km30

2011-joris--marathon-rochelle-064.jpg

Je franchis le semi en 1h44'40"  avec 20" d’avance sur mon plan de course.

Km 25 en 2h04'52", 8" d'avance. Le meneur des 3h30 est toujours à coté de moi, mais le groupe a perdu beaucoup d'éléments.

Au km 30

LaRochelle12.jpgPetit coup de mou entre les km 30 et 35.  Les encouragements des nombreux spectateurs massés  le long du parcours  m’ont bien aidés. J'arrive au  34ème kilomètre et je ressens une douleur vive au mollet droit , aussitôt  je m'arrête, je me masse. Le meneur d'allure s'éloigne, j'en ai presque larme à l'oeil. Je le laisse filer de toute façon, je me serais sûrement fait très mal à le suivre. Je reprends ma course au ralenti, avec l'espoir que cette douleur disparaisse. Le ravitaillement approche et je continue à absorber mes gels comme indiqué.  Après l’absorption de mon gel « coup de fouet » (il porte bien son nom, celui-là), je me sens revigoré, mais la douleur persiste.

 

 

 

Au 35km à l'arrivée

LaRochelle08.jpgAbandon ! Capitulation, renoncement. Quel que soit le mot employé, il me fait vibrer. L’acte d’abandon n’est pas chargé d’ondes positives. Dans une culture du sport où les valeurs de volonté, de dépassement de soi, voire de transcendance, sont valorisées, où il faut aller chercher au fond de soi le courage de continuer, la force de tenir, celui qui abandonne est parfois mal vu. De ce fait, là où des douleurs imposeraient de s’arrêter, le coureur continue. L’erreur est de confondre sa propre réalité de coureur avec son idéal, l’athlète de haut niveau. D’abord parce que ce dernier a normalement les moyens physiques de ses ambitions ; ensuite parce que l’abandon pourra être vécu par lui comme un moment possible de son parcours. S’il constate en course qu'il n’est pas dans les temps prévus, la décision d’arrêter peut apparaître stratégique pour ne pas se fatiguer et rebondir plus facilement.

LaRochelle13.jpg

Moi c'est décidé, je continue à courir, à partir de là le combat commence vraiment je sens que je suis en perte de vitesse, ne pas trop ralentir sinon l’avance accumulée fond comme neige au soleil, j’ai de plus en plus de mal à maintenir l’allure. Je scrute l’horizon pour pouvoir apercevoir le plutôt possible l’affichage kilométrique 36ème ils font mal les derniers kilos, mais je double des concurrents qui connaissent de beaucoup plus sévères défaillances et cela m'aide. Je comprends que l’objectif ne sera pas tenu. Je décide de rester à cette allure et de  chasser toutes mes idées noires. 37ème purée plus qu’un petit 5 bornes, niveau chrono les 3h45' restent jouables ne pas s’effondrer, ne pas trop ralentir. Je vais me chercher des éponges pour refroidir  le mollet , 38ème km je commence à chercher les repères pour me situer par rapport à l’arrivée, je suis passé à une moyenne de 5min40 du km . 39ème dans 1km j’ai droit au raid tonic (gel) ce qui devrait me permettre de terminer à la même allure. LaRochelle07.jpg40ème kilomètre plus que 2 km195 là je sens que plus rien ne peut m'arriver, je souffre mais je cours toujours, dernier ravitaillement une bouteille d'eau sur le mollet, il est aux petits soins. 41ème encore 1 km de souffrance. Au 42ème pour finir les 195m, je décide d'accélérer un peu, mais impossible mon mollet me fait mal et mes chaussures pèsent une tonne. Finir, je cours sur le tapis bleu je ne vois plus que l'arche d'arrivée entre les deux tours, j'entends la foule applaudir mais je ne vois personne, j'entends le speaker. Je n’ai plus de jambes, je parviens à garder la même foulée jusqu’à la ligne d’arrivée que je finis par franchir.

LaRochelle10.jpg2011 joris, marathon rochelle 066Félicitations et Remise de la médaille par une charmante hôtesse.

Je réussis tout de même à limiter les dégâts pour finir en 3h46. Je suis un peu déçu de m’être préparé aussi sérieusement durant 3 mois pour, qu'au final  une douleur anéantisse mes chances de réaliser mon objectif. Seule petite satisfaction, j’améliore ma meilleure performance sur marathon.

 

 

 

2011-joris--marathon-rochelle-071.jpg

Remise de la médaille, du coupe-vent et de la bourriche d’huîtres. Je retrouve ensuite Eric pour la photo souvenir. Retour vers le camping-car avec Eric qui termine quelques 15 minutes devant moi.

CIMG0376.JPG LaRochelle04

Encore une fois, comme je l'ai déjà dit, le marathon c’est 30km d’échauffement, 10 km de lutte et 2 km d’euphorie, mais celui qui le termine est déjà vainqueur.

2011-joris--marathon-rochelle-080.jpg

 

ani018-R.gifésultats officiels :

                                              Temps Réel: 03h46'51"

                                              2159 ème sur 4540.

                                              327 ème V2h sur 779.

                                              Moyenne 11,16 km/h

                                              soit 5'58" au kilo

 

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter (c'est gratuit)

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le liens en bas à gauche "écrire un commentaire"

 

Merci d'être venu passer un moment avec moi,

un peu de repos

et à la prochaine pour

 le Trail de nuit de Plouider (15 km)

Marathon 27-11-2011, Fréquence cardiaque - Distance

Marathon 27-11-2011, Altitude - Distance

Marathon 27-11-2011, Vitesse - Distance

Partager cet article

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Marathons
commenter cet article

commentaires

Mes Courses 2010,2011,2012,2013,2014,2015,2016,2017

  • : Le blog Dominique court.over-blog.com
  • Le blog Dominique court.over-blog.com
  • : Course à pied
  • Contact

Compteur

L'heure

Calendrier

Courir pour Owen

Distance parcourue en 2017 :

808 kms

Clic sur l'affichedossard pour Owen

Texte Libre

Clique