Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 09:07

Clic pour la musique

La 5 ème Corrida de Landerneau
La 5 ème Corrida de Landerneau

Tout d’abord, je remercie une nouvelle fois tous les lecteurs

du blog pour vos messages d’encouragements et de soutien

que j’ai reçus dans les commentaires du blog, 

soit par email ou sur facebook. 

C’est très gentil de votre part. Cela fait plaisir à lire.

"La Corrida de Landerneau "

(282 ème course)

 5 ème édition

 

Bien qu'étant une jeune course dans le paysage breton

(5 ème édition seulement), la Corrida de Landerneau

est déjà bien installée dans le calendrier, ayant organisé

le Championnat du Finistère en 2011,

le Championnat de Bretagne en 2012 et aspire à devenir

une course référence. Elle sera support cette année

du championnat du Finistère du 10 km.

Le parcours est relativement plat, en circuit

(une boucle de 2 km et deux boucles de 4 km)

dans le centre ville de Landerneau, en partie le long des

quais. Cela augure donc de bonnes performances

chronométriques.

La 5 ème Corrida de Landerneau
La 5 ème Corrida de Landerneau

La Corrida, seul le plaisir de courir a de l'importance.

Direction la salle Kerros pour récupérer le dossard.

Aujourd'hui le numéro "131"  sera épinglé sur ma poitrine.

Un peu de vent, température fraîche sans soleil mais ça va.

Je fais un petit échauffement sur le parcours.

Il est vraiment roulant ce circuit.

Il y a beaucoup de très bons coureurs, ceux qui sont là

pour battre leur record, ceux qui viennent des grands

clubs…et beaucoup comme moi qui sont venus

prendre du plaisir… Bref, une belle après-midi

s'annonce pour les 600 participants du 10 kms.

La 5 ème Corrida de Landerneau

Allez c'est parti, je vois que devant ils partent comme

des malades, ce coup-ci je me dis que je vais freiner

pour ne pas me faire avoir. Mon souffle est bon ça roule.

Je suis dans la foulée de Jean Noël et Jean-Claude

du Team Cam.

On passe le 1er kilo en 4'39" une moyenne de 13

ça va vite. Devant ça galope je me dis qu'il y a

du level devant. On me dépasse de tous les côtés.

Un passage sur le pont habité, il y a du monde.

La 5 ème Corrida de Landerneau

Comme prévu, je reste dans la foulée de Jean No,

du moins j'essaie.

Je m'arrange pour ne pas laisser trop de concurrents

venir se placer entre moi et les deux maillots noirs.

Côté sportif, mes sensations sont au beau fixe

 avec un déroulé super.

Arrive le 3 ème kilomètre, 13'46" de course et

 l'allure est toujours la même.

Passage au 4 ème en 18'20", la cadence est stabilisée

à 13 km/h.

Il y a beaucoup de monde sur le quai du Léon.

La 5 ème Corrida de Landerneau
La 5 ème Corrida de Landerneau

Passage une première fois au Rond point du pont Voas Glas,

c'est la mi-course, 5ème km en 22 minutes 59. 

Aux sensations, je ne cherche pas à me mettre à

quelconque allure, juste à me sentir bien. 

Je ne regarde quasi pas ma montre.

Je contrôle simplement l’allure à chaque fois

qu’elle beep (tous les kilomètres).

Je suis à plus de 13 km/h mais ne cherche pas à me

freiner, je reste dans la foulée de Jean No …

Je me sens très bien. Souffle contrôlé, cardio

visiblement tranquille.

J’ai une sensation de facilité et j’en suis le premier surpris.

La 5 ème Corrida de Landerneau
La 5 ème Corrida de Landerneau

On tourne et on descend vers les quais de cornouaille, 

on repasse devant le pont habité.

Un petit coucou à François qui pour l'occasion a revêtu

le costume de bénévole.  

Les spectateurs sont venus en nombre sur les quais.

La ligne droite est longue avant de franchir l'élorn. 

Changement de rive et c'est parti pour un dernier tour.

Un petit arrêt au stand ravitaillement, il fait chaud et j'ai soif.

La 5 ème Corrida de Landerneau
La 5 ème Corrida de Landerneau

Je me contente de boire un peu et je me dis. 

« C’est pas possible, tu vas le payer à un moment ou à un autre » 

Après le ravito, il reste la bosse à franchir.

Mais par rapport à la semaine dernière c'est

 une "vaguelette de bitume". 

Mes deux colocs de course ont pris une vingtaine

de mètres d'avance.

Je continue donc ma progression, je reviens sur eux

 lentement mais sûrement.

Je me fais un peu doubler mais j’arrive encore à en

doubler un peu plus, du moins je crois.

La 5 ème Corrida de Landerneau
La 5 ème Corrida de Landerneau

De retour sur le quai de l'Elorn la foule me donne des ailes.

 On croise une deuxième fois les premiers.

Croiser les coureurs, ça peut paraître démotivant

mais quand on a la chance de voir la tête de course,

même furtivement, c’est plutôt sympa.

C’est vrai que l’on n'a jamais l’occasion de les voir

en action, nous les petits moutons bien gentiment garés

dans le troupeau. Et c’est marrant de les voir passer. 

Tous ces loups sont vraiment très affutés. 

La 5 ème Corrida de Landerneau
La 5 ème Corrida de Landerneau

Enfin l'arche, 0h47'40'' : c'est le temps qu'indique

mon chrono au terme de cette superbe

épreuve Landernéenne.

Dépasser mes propres limites a été "kiffant" pour

employer un terme que je n'utilise jamais mais qui,

là, correspond tellement à l'état d'esprit dans

lequel je me trouvais !

Motivation, abnégation, et surtout un bel effort,

une nouvelle expérience. Ensuite vient l’occasion

de partager une tranche de vie et de rigolade avec

une multitude d'amis dans la salle,

pour le ravitaillement final.

Le temps de la récupération est maintenant venu.

Le rideau se baisse sur cette riche journée qui m' aura

une nouvelle fois offert de bons moments.    

La 5 ème Corrida de Landerneau
La 5 ème Corrida de Landerneau

La 5ème édition de la Corrida de Landerneau a été

une très belle réussite.

Avec un temps clément, coureurs et spectateurs

ont été au rendez-vous.

Merci aux bénévoles et aux photographes. 

 

Un maillot Technique en cadeau pour l'édition 2014   

 

 ésultat Officiel

Temps: 00h47'40"

332 ème sur 580.

40 ème V2h sur 75

Moyenne 12,97 km/h

soit 4'40" au kilo

 

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous

à la newsletter (c'est gratuit)

 

Vous pouvez également laisser

des commentaires dans le lien en

bas à gauche "écrire un commentaire"

 

Merci d'être venu passer un moment

avec moi et à la  prochaine pour

les " 10 kms de Lesneven"   

La 5 ème Corrida de Landerneau
La 5 ème Corrida de Landerneau
La 5 ème Corrida de Landerneau
Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2014
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 16:49
La Cap Iroise 3ème édition
La Cap Iroise 3ème édition
La Cap Iroise 3ème édition
La Cap Iroise 3ème édition

"La Cap Iroise "

(281 ème course)

 3 ème édition

La CAP IROISE est une course nature organisée sur la

commune de Ploudalmézeau.

Nouveauté cette année : 2 distances : 18 km et 9 km .

Départ et arrivée sur le port de Portsall, 9 h 30 pour le 18 km

et 9 h 45 pour le 9 km.

Les circuits empruntent différents types de surfaces :

chemin, dunes, sable, routes.

                              

Réaliser le rêve d'un enfant malade est une action

merveilleuse qui n'a pas de prix au vu du résultat

et du bénéfice moral de l'enfant.

Courir à Ploudal, a été touché par les actions

menées par cette asociation.

C'est pourquoi, elle a décidé de soutenir

" Un rêve un sourire " en lui reversant 1 Euro par inscription.

La Cap Iroise 3ème édition
La Cap Iroise 3ème édition

Arrivé 08h15 à Portsall, je me dirige vers le port.

Le retrait du dossard "47" s’effectue très rapidement

  à "  l’Ancre AN EOR ".

Les bénévoles sont très sympas et l’ambiance bon-enfant.

Un petit échauffement avant de rejoindre mes quatre

camarades  de club.

L'ambiance sur la ligne de départ est sympathique,

il y a des coureurs dans tous les sens qui s'échauffent.

Mais y sont fous ces coureurs devaient se dire les

braves gens qui se réveillaient par le bruit des

runnings sur le bitume...

La Cap Iroise 3ème édition
La Cap Iroise 3ème édition

Pour cette 3 ème édition, plus de 600 amoureux de

course nature se sont inscrits en ce jour de fête des mères.

L’ambiance monte de plus en plus, le mini échauffement

achevé, nous nous plaçons au milieu du peloton, 

 tout à fait confortable et respirable.

Dernières vérifications lacets, tenue, ceinture, petit

message d’encouragement l’un à l’autre et c’est parti.

A 09h30, c'est sous un grand ciel bleu que

le départ est donné à la première vague, les

 350 concurrents du 18kms s'élancent du môle de

Portsall pour un parcours exigeant.

La Cap Iroise 3ème édition
La Cap Iroise 3ème édition

Une petite boucle dans les rues du bourg nous amène

vers une longue plage de sable blanc.

Un peu enfermé dans le peloton,

je profite de ce plus grand espace pour essayer de

gagner quelques places.

J'ai une allure qui me permet dans un premier

temps de profiter, du parcours, de l’ambiance,

de savourer en quelque sorte.

La Cap Iroise 3ème édition
La Cap Iroise 3ème édition

En sortant de la première plage, on emprunte le sentier

côtier vers la pointe de Penhir.

Puis retour dans le sable, 500 mètres de plage,

dur pour les jambes mais également

pour le souffle, ce sable mou.

En sortant de la plage, un peu d'escalade, et nous

voilà sur le sentier côtier avec une succession de plages

et de dunes jusqu'à Tréompan.

Je garde mon petit rythme de croisière, de toute

manière, je ne peux pas aller plus vite.

La Cap Iroise 3ème édition
La Cap Iroise 3ème édition

Kilomètre 7,5 changement de décor, après la mer

et le sable ce sont de longues portions de chemins

dans la campagne et dans les bois.

Cette partie du parcours permet de récupérer.

Cette portion est très roulante, je m'efforce de rester 

tranquille en retrait, avec le reflexe de ne surtout

pas me blesser. Je passe au 8 ème kilo en 45'08', un peu

vite, mais bon, les jambes répondent bien ce matin.

Je suis accompagné par Eric avec qui je vais courir le

Marathon de Caen dans 15 jours.

Le ravitaillement au Manoir de Lestremeur, kilomètre 9,

est le bien venu. 

C'est un cadre magnifique, dommage 

je n'ai pas le temps de trop flaner.

La Cap Iroise 3ème édition
La Cap Iroise 3ème édition

Après l'arrêt au stand rafraîchissement, je pars derrière

un groupe de trois coureurs, je reste patiemment

calé dans leur foulée, puis les sentant plus en difficulté

que moi, je décide de les dépasser doucement. 

Tentant de s'accrocher, ils restent quelques centaines de

mètres avec moi, mais se voient contraint de céder

progressivement du terrain dans la montée d'un bois.

Au bout de 12 kms, un coup d’œil sur le chrono, 1h08…

tout va bien mais c’est vrai que depuis le ravito

le parcours est roulant et puis " plus j' irai vite,

plus vite je rejoindrai l'arrivée".

La Cap Iroise 3ème édition
La Cap Iroise 3ème édition

Puis arrive la troisième partie beaucoup plus technique,

avec un passage de rivière dans un tunnel, l'eau

est froide avec pas mal de courant, plus un bon bain

de boue à la sortie.

Je continue à remonter des concurrents.

Le chemin n'est jamais monotone, les portions ne

durant jamais bien longtemps.

Des bénévoles sont positionnés à tous les embranchements

et ont toujours quelques mots d'encouragements. 

La Cap Iroise 3ème édition
La Cap Iroise 3ème édition

Puis nous longeons un bras de mer, avec des passages

dynamiques, techniques et glissants (rochers et vase)

qui ont ravi l'ensemble des participants. 

Mais nous n'étions pas encore au bout de nos peines.

Il reste l'ascension du "Guiligui" , cette montée nous

emmène sur un  promontoire dominant

le port de Portsall, difficile la montée finale mais

quel  panorama magnifique.

La Cap Iroise 3ème édition
La Cap Iroise 3ème édition

Puis c'est la descente vers le port. Je reprends mes

esprits et poursuis l’effort tentant d’accélérer.

Le final est en vue, j’ai encore des chances de rattraper

quelques coureurs pendant la traversée de la baie,

c'est dur mais c'est le prix à payer. 

Arrivé sur un sol dur, j’attaque les derniers mètres

au mieux, encouragé par les spectateurs et promeneurs

et enfin la ligne d’arrivée, que je franchis en 01h47mn.

La Cap Iroise 3ème édition
La Cap Iroise 3ème édition

Un parcours exigeant composé en grande partie de

plages et de dunes mais aussi de passages

en rivières permettant une thalasso à l'oeil.

Un grand bravo à "Courir à Ploudal" pour

cette magnifique édition.

Je garde en mémoire les magnifiques paysages,

mais aussi la difficulté du parcours.

Tout en profitant du ravito final, je fais un brin de

cosette avec les membres de la Forêt qui m'ont rejoint. 

La Cap Iroise 3ème édition
La Cap Iroise 3ème édition

En conclusion un grand merci aux organisateurs pour

la qualité de cette manifestation, tant pour le tracé que

pour la logistique entourant la course, et pour ces

superbes passages en bord de mer, permettant d'avoir

de magnifiques panoramas pour qui prend le temps

de lever un peu la tête.

Tous les participants se sont vus remettre un bandeau

multifonction et une crêpe.

Merci également à tous les photographes pour

l'excellent reportage photo de la course.

Une course qui mérite d’être courue !

La Cap Iroise 3ème édition
La Cap Iroise 3ème édition

ésultats officiels :

Temps: 01h46'56"

176 ème sur 314

 32 ème V2h sur 66

     Moyenne 10,30 km/h 

soit 5'50" au kilo 

 

Très belle vidéo du 18km par Ronan Calvarin

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter (c'est gratuit)

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le lien en bas à gauche "écrire un commentaire"

Merci d'être venu passer un moment avec moi et à la prochaine pour

 les "10 km de Lesneven"

Vitesse

Vitesse

Cardio

Cardio

Dénivelé

Dénivelé

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2014
commenter cet article
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 07:01
La course du train-patates
La course du train-patates
La course du train-patates

" L'Aber-Plab : La course du train patates "

(280 ème course)

 6 ème épreuve du Challenge de l'Elorn

La joie de courir organise tous les ans la course des moulins.
Cependant, cette année elle a décidé de changer de circuit en  proposant une course en ligne sur l'ancienne voie ferrée entre l'Aber-Wrac'h et Plabennec devenue en 2012 la "véloroute des Abers". L'organisation souhaite offrir aux coureurs un nouveau parcours avec une histoire : celle du train patates.
Cette course se fait en partenariat avec le souffle des Abers à Lannilis et EOL à Landéda. 

La course du train-patates
La course du train-patates

Arrivé à 08h00 salle du complexe sportif de Kerveguen

à Plabennec pour retirer mon dossard le "148". 

 Ensuite avec René, je fais route vers la gare routière

pour embarquer dans l'un des neuf cars mis à notre

disposition pour rejoindre la ligne de départ à l'Aberwrac'h.

Aujourd'hui, le soleil est  présent, c'est bien sympa,

une motivation de plus. 

4 COUREURS DE LA FORÊT SUR L'EPREUVE

La course du train-patates
La course du train-patates

Sur le parvis de la capitainerie de l'Aber Wrac'h

se rassemblent petit à petit les 600 participants du 18 km,

et les 100 du relais.

Il nous tarde à tous de découvrir ce nouveau 

parcours qui fait tant parler....

Le départ est à 10h00, vers 09h30, je pars

m'échauffer avec François, les sensations sont bonnes

sous le grand soleil présent. La course s'annonce bien ! 

C'est un long cortège multicolore qui serpente,

derrière le bagad, dans les rues pour rejoindre

la ligne de départ.

La course du train-patates
La course du train-patates

J’attendais ces 18 km de Plabennec avec

une grande impatience. Au fur et à mesure

des semaines depuis le début de ma préparation

pour le marathon, je réajustais mon objectif par

rapport à l’évolution de mon niveau.

Ce n’est que depuis les 10 km de Bohars, la semaine

dernière, que je me suis senti capable de flirter

avec les 1h30. Ayant couru ces 10 km en 48’,

soit 12,5 km/h, je pensais possible de courir

les 18km à 11,5 km/h, soit environ 1h35,

selon la règle du 1 km/h en moins lorsqu’on

double la distance.

La course du train-patates
La course du train-patates

3, 2,1 C’est parti. Je ne suis pas très bien placé.

Je suis vraiment surpris par la vitesse et je suis

vite dépassé par des bolides, très pressés. 

Voilà le départ est donné, le stress s’évapore

instantanément et je me plonge tout de suite

dans ma course. Je me dis qu’il ne faut pas

partir trop vite et en garder sous le pied.

Ce premier kilomètre est en effet assez lent puisque

passé en 5’23″. Mais je n'ai vraiment pas le choix tant

il y a du monde sur cette première partie du parcours.

Je ne m’affole pas car cela était prévisible. 

La course du train-patates
La course du train-patates

Malgré ce départ en montée, je sens tout de suite

 que j’ai des jambes et que je vais pouvoir faire

 un truc sur ces 18 km. La première montée

 est rude, elle oblige déjà des coureurs à marcher. 

Je parviens à gérer mon souffle et je double 

des concurrents partis trop vite.

La course du train-patates
La course du train-patates

Le passage au 5ème kilomètre en 25' me permet toujours de

rêver à un chrono autour de 1h35 .

 Ca me paraît vraiment prétentieux de pouvoir

espérer ça mais bon, je me sens pousser des ailes ce matin.

La gare de Lannilis, j'avale un gel Energy et je profite du

ravitaillement proposé pour le faire passer avec un peu

d’eau. Je ne me pose pas trop de questions sur mon état

physique. J’ai oublié ma ceinture cardio, sûrement

un mal pour un bien car au moins je ne passe pas

mon temps à contrôler ma fréquence cardiaque. 

Je cours aux sensations et pour le moment ça me réussit.

La course du train-patates
La course du train-patates

Un long faux plat montant au 8ème kilomètre ne me

fait même pas douter, je ralentis à peine.

Les habitués de la route tirent un peu la langue.

A ce moment, je suis bien content de faire du trail

et de m’entrainer en côtes.

Je passe au 10ème kilomètre dans les temps (50'20").

Le seul problème c’est qu'il fait chaud et j'ai soif. 

La course du train-patates
La course du train-patates

J’essaye de me projeter des images positives. 

Je pense aux coureurs blessés qui n’ont pas la chance

de pouvoir courir. J'essaie d'oublier le soleil et le ciel 

bleu de Plouvien. Je m'imagine sur une piste de ski. 

(Bon ok, je suis en plein délire mais ça marche). 

La chaleur n’existe plus, une seule chose compte

 arriver au ravitaillement. Il y a du monde sur le 

bord de la route. Ils ne sont pas très démonstratifs

mais leur présence suffit à me motiver davantage.

J'aperçois le ravitaillement, un frisson me parcourt 

le corps tout entier. Vite boire et me rafraichir......

La course du train-patates
La course du train-patates

Mon vieux corps de V2 n’a pas supporté les premières

grosses chaleurs du printemps. 

1,2,3 puis 4 gobelets pour me mouiller la tête, la nuque,

ça fait du bien. Je bois à petites gorgées et enfin

avant de repartir encore un gobelet sur la figure.

Le coup de chaud est passé, je retrouve mon allure.

J'arrive bientôt au 15ème km, je cours majoritairement

où il y a de l'ombre. Je suis de plus en plus confiant

 ma forme est revenue, je sens l’objectif se rapprocher,

je suis tout de même prudent car une autre défaillance

peut vite arriver. Je passe le 15ème km en 1h 20'!.

Je pense pouvoir engloutir les 16, 17 et 18ème kilomètres

sans trop de difficultés, ça sent bon la fin.

La course du train-patates
La course du train-patates

« Pfft, Pfft, vas-y ! pfft.

 Je vais bien mais je ne veux pas me mettre dans le rouge Pfft, Pfft ». 

La longue côte avant le 17ème kilomètre va vite me ramener

à la réalité.

Je lutte pour que l'allure ne chute pas. Que c'est difficile.

Du premier au dernier, je crois que tous les coureurs

souffrent sur ce passage.

Je serre les dents, j'y suis presque, je ne peux pas

lâcher maintenant. Je double quelques coureurs,

j'encourage ceux qui craquent, je tape dans le dos

d'un concurrent terrassé par une crampe au mollet.

Ca sent bon, je suis à moins de 500 mêtres du bonheur.

Je me dis que je vais m'offrir un sprint de 200 mètres

en entrant sur la piste du stade. Finalement, il n'y a que

dans ma tête que je vais sprinter mais la petite accélération

va me permettre de reprendre quelques coureurs.

La course du train-patates
La course du train-patates

Je passe la ligne en 01heure 37 minutes et 06 secondes.

18,4 kms mesurés sur ma montre, soit une moyenne 

de 11,4 km/h.

2 minutes de plus que mon objectif de départ, 

je rage un peu, je n'ai pas réussi !

La performance est absente, mais l'émotion et le plaisir

sont au rendez-vous, que demander de plus ?

Le ravitaillement final est très bien fourni, j'y attends

François avec un verre de jus d'orange.

Plus j'y pense et plus je suis satisfait de mon temps au vu

des conditions et du parcours.

La course du train-patates
La course du train-patates

Temps : 01h37'06"

303 ème sur 544

75 ème V2H sur 150

141 ème au Challenge v2

Moyenne 11,4 km/h

soit 5,20 ' au kilo

Je tiens à remercier les organisateurs, les bénévoles et les photographes qui ont vraiment été à la hauteur, Merci. 

Je compte bien y revenir l’année prochaine.

En cadeau : Un débardeur avec un kilo de patates.

La course du train-patates
La course du train-patates

Visible à 05'50"

Si vous avez aimé cet article,

inscrivez-vous dans la case

" Abonnement " (c'est gratuit).

Vous pouvez également laisser

des commentaires dans le lien

en bas à gauche "Commentaires".

Merci d'être venu passer un moment

avec moi et à la prochaine pour

" La Cap Iroise" 18 kms à Portsall.

Vitesse

Vitesse

Dénivelé

Dénivelé

La course du train-patates
Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2014
commenter cet article
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 14:38
4 ème Trail d'Hanvec
4 ème Trail d'Hanvec

" Trail d'Hanvec - Forêt du Cranou " 

4 ème épreuve du Challenge Armorik Trail

 (279 ème course)

Un euro par participation sera reversé à l’association

"Avec Toi Margot" de Logonna Daoulas. 

Margot est une petite fille autiste et épileptique

de 9 ans, prise en charge à domicile.

4 ème Trail d'Hanvec
4 ème Trail d'Hanvec

Un dimanche d’exception pour cette

4 ème manche de l'Armorik Trail 2014. 

Record de participation battu, si le ciel était menaçant

à mon arrivée, c'est sous un grand soleil et

une température quasi-idéale que va se dérouler l'épreuve… 

Les 500 participants vont pouvoir profiter pleinement

des sentiers techniques, boueux, variés de la forêt

du Cranou et admirer les panoramas magnifiques.

La pluie de ces derniers jours laisse présager des chemins

glissants et de nombreux  passages gras.

Cinq membres de "La Forest à petites foulées"

au départ de ce trail, qui nous emmènera au plus profond

 de la forêt du Cranou sur des sentiers escarpés

et parfois bien humides !

 

4 ème Trail d'Hanvec
4 ème Trail d'Hanvec

Dimanche matin le réveil est à 6h45 ce qui me permet

de faire un bon p’tit déj et de me préparer sereinement. 

Je veux arriver vers 8h30 à Hanvec, avant le rush,

pour prendre mon dossard.

Je trouve rapidement une place de parking non

loin de la zone de départ.

Je vais retirer mon sésame le "69" dans le calme…

Un petit café avec Gérard de la légion Saint Pierre,

puis je retrouve mes camarades de Club.

Retour à la voiture où je me prépare, vérifie

et ajuste le matériel une dernière fois.

Pas de prise de tête, je prends tout mon temps.

Objectif du jour, prendre du plaisir sur une sortie

longue et tenir compagnie à Peggy

en manque d'entraînement.

Au bourg, l’animation est palpable, les barrières

ont poussé le long de la route, tout est prêt, moi aussi.! 

Après un échauffement qui ne ressemble pas à grand-chose,

direction la ligne de départ en fin de peloton.

 

4 ème Trail d'Hanvec
4 ème Trail d'Hanvec

10h00 très précise, l’organisation lâche les sauvages,

dont nous faisons partie.  La course des 10 et des 23 km

démarre en même temps, soit environ 500 participants.

Tout le monde s’élance et traverse la "rue de l'église"

pour sortir du bourg par la rue de la Madeleine.

Le début est assez facile et le rythme est plutôt élevé

puisque nous descendons majoritairement…

Il y a beaucoup de spectateurs pour encourager la masse

de traileurs qui prennent part à cette épreuve. 

4 ème Trail d'Hanvec
4 ème Trail d'Hanvec

On papote dans le groupe et plus le chemin se rétrécit,

plus l’allure diminue et nous sommes pratiquement

à l’arrêt au pied de la première difficulté au kilomètre 3.

Je profite de cette montée de deux bornes pour prendre

un 1er gel après 30′ de course.

Je bois beaucoup car la température est excellente,

c’est inhabituel mais tellement bon à prendre.

L’ambiance est bonne ! Dans la descente, je coupe

un peu les lacets et je manque de me retrouver le cul

par terre… Qui fait le malin… 

4 ème Trail d'Hanvec
4 ème Trail d'Hanvec

S’ensuit une succession de côtes bien raides

jusqu’au km 11, soit 4 kilomètres d'ascension.

Et enfin le ravitaillement, signe de la fin de

 cette infernale montée. Je me sens bien, je m’hydrate 

correctement depuis le début de la course.

Le sommet offre un magnifique point de vue.

Le paysage est splendide !  

Place maintenant à une longue descente technique

et boueuse, d’au moins 4 km. 

Je donne vraiment tout ce que j’ai, je m'amuse,

je me fais plaisir.

4 ème Trail d'Hanvec
4 ème Trail d'Hanvec

Kilomètre 17, nous voilà tous les trois en bas de cette superbe descente. Je prends conscience que je n’ai pas pris mon 2ème gel énergétique, et ce après un peu plus d’1h50 de course. Vive la cure d'apport glucidique..... !

4 ème Trail d'Hanvec
4 ème Trail d'Hanvec

C’est directement reparti pour une nouvelle bosse

dans les bois, enchainée d’une seconde longue montée

sur un mono trace. Au sommet de celle-ci,

j'ai une impression de facilité étonnante.

Je relativise en me disant qu'il me faut encore tenir 5 km.

Il y a dans la course à pied un moment que beaucoup

de coureurs on touché du doigt sans oser en parler 

certainement, un moment où l'entraînement structuré

et contraignant laisse la place à une sortie "plaisir". 

Un moment où l'organisme extrêmement affuté à la

course semble courir sans effort, sans heurts.

Un état de grâce, une communion avec l'environnement.

Aujourd'hui j'ai cette sensation, et c'est

extrêmement difficile à décrire. 

 

4 ème Trail d'Hanvec
4 ème Trail d'Hanvec

Pont, rivières et escalade "ça c'est du trail ".

Mais comme je suis facile et que je suis là pour le plaisir

j'essaye de motiver ma camarade de route avec quelques

mots d'encouragement.

J'en profite pour admirer le paysage.

Mes jambes courent, elles sont entraînées pour cela,

elles font le boulot que je leur demande,

pendant ce temps là ma tête bat la campagne, 

"le parcours est magnifique".

Je suis pourtant pleinement dans ma course.

4 ème Trail d'Hanvec
4 ème Trail d'Hanvec

L'arrivée approche, on doit encore gravir la dernière

montée vers le bourg, dans laquelle je me force

à courir, mais cela devient quand même dur.

Les kms se sont accumulés  il est temps d'en finir.

Le dernier kilo est toujours difficile,

j'avance en observant la trajectoire

du coureur devant moi puis, virage à droite

et la ligne d'arrivée à 50m.

4 ème Trail d'Hanvec
4 ème Trail d'Hanvec

Je passe sous l'arche final après 2h39’38"

d'une superbe course avec 900m D+ .

Tout était parfait du début à la fin : un parcours

magnifique certes un peu trop boueux,

une bonne ambiance, 2 ravitaillements bien disposés

et une météo extraordinaire.

Longue vie à ce trail que je vous recommande vivement.

4 ème Trail d'Hanvec
4 ème Trail d'Hanvec

C’est fini ! on prend tout doucement mesure de ce

que nous venons de réaliser en nous alimentant

 au ravitaillement final.

Un grand merci à tous les bénévoles sans qui rien

ne serait possible.

C'est, je pense, au 19 ème que mon genou droit

a vu de trop près un caillou, " néké grav' ",

juste le vernis qui a sauté.

4 ème Trail d'Hanvec
4 ème Trail d'Hanvec

Temps : 02h39'38"

 239 ème sur 274

90 ème au Challenge

Moyenne 8,64 km/h

soit 6,40 ' au kilo

 

La vidéo de Laurent 

Si vous avez aimé cet article,

inscrivez-vous dans la case

" Abonnement " (c'est gratuit).

Vous pouvez également laisser des

commentaires dans le lien en bas

à gauche " Commentaires".

Merci d'être venu passer un moment

avec moi et à la prochaine pour 

" La course du train patates "

à Plabennec.

Vitesse

Vitesse

Dénivelé

Dénivelé

4 ème Trail d'Hanvec
Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2014
commenter cet article
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 14:03

Clique pour la musique

23 ème édition des 10 km de Bohars
23 ème édition des 10 km de Bohars
23 ème édition des 10 km de Bohars

" 10 Km de Bohars " 

23 ème Edition

 (278 ème course)

Courir pour le plaisir, lutter contre la sclérose en plaques.

L'association "Une oasis pour la sclérose en plaques"

participe à la course des 10 km de Bohars pour informer

et sensibiliser sur cette maladie, et récolter des dons.

23 ème édition des 10 km de Bohars

Sixième participation, c'est devenu une habitude

en ce début mai.

Aujourd'hui l'objectif, courir à 12,5 km/h de moyenne

pour un temps inférieur à 50 minutes.

 Le temps est pourri pour un 8 mai, mais la

météo défavorable ne devrait pas me faire perdre de

vue mon objectif sur ce parcours sympathique.

L’épreuve est toujours aussi conséquente en terme de

participation puisque ce ne sont pas moins

de 490 coureurs qui prennent part au 10 km.  

  Direction la salle des sports pour récupérer le dossard.

Aujourd'hui " 32 " 

23 ème édition des 10 km de Bohars
23 ème édition des 10 km de Bohars

Dossard en poche, je rejoins le circuit pour assister

au départ des 5 km.

A cet instant, le temps est couvert mais il ne pleut pas.

Les conditions sont de fait optimales pour une

compétition de course à pied.

Au moment d’aller me changer, la pluie commence à tomber.

Je reste à couvert dans ma voiture en attendant l'éclaircie.

Une pensée pour les diffèrentes courses enfants.

L'association Pacifiqu'arts propose de faire voyager le

public en proposant non seulement un

"show" de danses tahitiennes appelé le

"ORI TAHITI", mais aussi d'initier les

enfants et les ados aux loisirs-créatifs.

 

23 ème édition des 10 km de Bohars23 ème édition des 10 km de Bohars23 ème édition des 10 km de Bohars
23 ème édition des 10 km de Bohars23 ème édition des 10 km de Bohars

A 20 minutes du coup d'envoi, je rejoins mes amis

pour une petite séance d'échauffement,

rue Bohars ar Coat (lieu du départ) et

allée des noisetiers. Il ne pleut plus.

23 ème édition des 10 km de Bohars
23 ème édition des 10 km de Bohars

  Je m’approche de la ligne de départ. 

Je suis au milieu du peloton.

Le pistolet pointe alors son canon vers le ciel

gris de Bohars et retentit. Tout le monde s’élance.

Il est peu dire que le départ est une délivrance,

car il commençait à faire frisqué.

Dans les premiers kilomètres, il est important de

ne pas partir en sur-régime, afin de ne pas se griller,

comme de trop nombreux coureurs le font.

Je m’approche de la ligne de départ. Je suis au milieu du peloton. Le pistolet pointe alors son canon vers le ciel bleu de Bohars et retentit. C’est parti. 
23 ème édition des 10 km de Bohars
23 ème édition des 10 km de Bohars

 

La traversée du bourg  jusqu’au podium, est en légère

descente, et mon allure se situe entre 4'30" et 4'45"

J’arrive à tenir cette allure, mais plus proche

des 4'45" tout de même.

Afin d’atteindre mon objectif, il faut que je prenne

un peu d’avance sur la partie plate.

A partir de là, la route s’élève une première fois.

A l’entame de la montée, je commence à imaginer

que je n’arriverais pas à atteindre mon objectif.

J’ai un peu de mal à maintenir l’allure.

Le deuxième km en 5'05".

Il faut garder ce rythme pour terminer en 50 minutes,

conformément à mes prévisions.

La deuxième traversée du bourg se déroule sans

problème avec un pack qui s'est effiloché, 

on commence à courir avec aisance.

23 ème édition des 10 km de Bohars
23 ème édition des 10 km de Bohars

Cinquième kilomètre ; Chouette la mi-course :

Je suis sur un bon tempo et je n’ai pas l’impression

de me griller. Le peloton où je me trouve est dense mais

ça court bien et je limite les zigzags.   

Deuxième passage sous l'arche, parfait, continuer

comme ça aussi longtemps que possible et rester

concentré sur les indications de ma montre. 

Ça tire dans la montée, et si ça ne fait pas vraiment mal,

ça m’inquiète car je me demande si je vais tenir

jusqu’au bout à cette allure.

Cette fois-ci, j’ai perdu un peu de temps dans la montée.

Après le ravito, deux choses me laissent penser que

« ça va le faire » : premièrement, plus les kilomètres

passent, plus je me sens à l’aise, 

et deuxièmement, le plus dur est fait.

23 ème édition des 10 km de Bohars

Je sais que les deux kilomètres qui restent vont se courir

plus vite que 5' au kilo,  je devrais récupérer du temps.

Et même si je ne suis pas très à mon aise dans la dernière

montée, je reste régulier entre 4’55" et 5'05".

Mais, de peur de tout gâcher, j'hésite de faire ce minuscule

effort qui me permettrait de passer le dernier mille en 4’40".

C’est la fin qui approche, je ne veux pas accélérer,

de toute manière je sens que je dois être sous les 50'. 

23 ème édition des 10 km de Bohars

Allez un dernier "petit coup de reins" pour l’arrivée. 

    Certes, ce n’est pas mon meilleur chrono sur 10km

mais c’est sans doute ma course la plus aboutie,

la mieux gérée, celle que j’ai le mieux vécue, 

et avec un grand plaisir.

Et puis, comme toujours à Bohars, l’ambiance était top.

Non, vraiment, je ne regrette pas d’être venu.

Un événement très réussi, apprécié par tous.

23 ème édition des 10 km de Bohars

L’après-course est bien sympa, pour faire durer le plaisir,

je discute, je refais la course sous l'arche d'arrivée.

En cadeau un tee-shirt manches longues.

Direction la salle, où je me suis refait une santé, grâce au

copieux ravito mis en place par les organisateurs.

Organisation parfaite, équipe sympathique

et à l'écoute des jeunes.

Je ne manquerais pas de participer à l'édition 2015.

 Merci ! 

Temps: 00h48'08"

          263 ème sur 475.

35 ème V2h sur 55    

Moyenne 12,47 km/h    

soit 4'50" au kilo 

                                               http://pour.owen.free.fr/
                                               http://pour.owen.free.fr/

http://pour.owen.free.fr/

23 ème édition des 10 km de Bohars

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-

vous à la newsletter (c'est gratuit)

Vous pouvez également laisser des

commentaires dans le lien en bas à

gauche "écrire un commentaire"

 

Merci d'être venu passer un moment avec

moi et à la semaine prochaine pour

le" Trail d'Hanvec"

Vitesse

Vitesse

Dénivelé

Dénivelé

23 ème édition des 10 km de Bohars
Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2014
commenter cet article
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 20:05
35 èmes Foulées "An Aberiou"
35 èmes Foulées "An Aberiou"

" An Aberiou " 

35 èmes foulées de Lannilis

 (277 ème course)

Les Foulées « An Aberiou » fêtent cette année

leur trente cinquième anniversaire.

C’est une course « Hors stade »

ouverte aux licenciés et non licenciés.

Le parcours se développe autour de la salle

« Maurice Kervévan » à Mézéozen où ont lieu

les départs et les arrivées.

Les "Foulées An Aberiou" se déroulent dorénavant

le 1er dimanche de mai.

Départ à 9h00 pour la course de 7 km

et à 10h00 pour la course  de 15 km.

 

35 èmes Foulées "An Aberiou"

Ce matin, c'est sans appréhension que je me lève

pour prendre part à ce qui sera ma sixième participation

à cette course.

Je garde le souvenir d'un parcours exigeant et

vraiment peu adapté à une bonne performance

chronométrique.

J'arrive sur place une heure avant le départ.

Je récupère mon dossard, salue quelques amis qui sont

également présents.

Il est temps de s'échauffer un peu.

Il fait doux et le soleil brille ce matin.

35 èmes Foulées "An Aberiou"
35 èmes Foulées "An Aberiou"

Le parcours est la succession de 2 boucles différentes.

Je décide en guise d'échauffement de trottiner

aux abords de la ligne de départ en me remémorant

les différentes difficultés.

Il est temps de prendre place sur la ligne de départ.

Nous sommes seulement 120 coureurs à nous élancer.

Je laisse les fusées partir devant et je me cale sur

l'allure que je me suis fixée avant la course.

Je boucle le premier km en 4 minutes 30 secondes,

le cardio est un peu haut, du coup je lève le pied.

35 èmes Foulées "An Aberiou"
35 èmes Foulées "An Aberiou"

La première boucle se passe bien, les sensations sont bonnes.

Je maintiens le rythme autour de 5'00 au km.

Je ralentis un peu dans la partie montante

pour ne pas exploser et je lâche un peu les chevaux

sur le reste du parcours.

Je me dis que je vais avoir du mal à tenir jusqu'au bout

mais je prends le risque.

Passage sur la ligne avec le premier ravitaillement.

Les 7 premiers kilos en 35 minutes.

 

 

35 èmes Foulées "An Aberiou"
35 èmes Foulées "An Aberiou"

Après le ravitaillement, une petite partie en ville avant

d'attaquer une longue ligne droite.

J'arrive à maintenir l'allure, je rattrape quelques

coureurs dans ce faux plat montant.

Je passe le 10 ème en 49 minutes.

35 èmes Foulées "An Aberiou"
35 èmes Foulées "An Aberiou"

Je cale un peu dans la côte de Keringall au 12 ème kilomètre.

Le ravitaillement au sommet est bénéfique,

je me refais une petite santé.

Les deux kilomètres suivant se feront sur un rythme

plutôt cool avec comme idée "le dernier kilo rapide".

Je donne tout ce qui me reste dans le dernier kilomètre.

J'arrive à maintenir une allure de 11,5 dans la montée,

je rattrape quelques coureurs dans cette dernière côte.

Il reste 500 mètres, environ 2 minutes à

souffrir avant la délivrance.

Dernière ligne droite, je me fais doubler par un gars 

qui m'encourage à le suivre, j'essaye de m'accrocher.

Je vais rester au contact un moment avant de

lâcher prise 50 mètres avant la ligne.

35 èmes Foulées "An Aberiou"

Je passe la ligne, le chrono officiel indique 1h 17'47",

je vais mettre quelques secondes à stopper le mien.

Direction la salle de sport pour reprendre des forces,

et refaire la course avec les copains.

Un soleil généreux, un ciel dégagé, de superbes

chemins de campagne, 60 bénévoles motivés,

tels étaient les ingrédients des "Foulées an Aberiou".

35 èmes Foulées "An Aberiou"
35 èmes Foulées "An Aberiou"

Merci à toute l’équipe de " An Aberiou ",

merci aux bénévoles et aux supporters,

sans qui tout cela ne serait pas arrivé !!

Un brassard pour ranger le "portable" en cadeau.

Temps : 01h17'47"

70 ème sur 116

14 ème V2H sur 23

Moyenne 11,60 km/h

soit 6,13 ' au kilo

35 èmes Foulées "An Aberiou"

Si vous avez aimé cet article,

inscrivez-vous dans la case

" Abonnement " (c'est gratuit).

Vous pouvez également laisser

des commentaires dans

le lien en bas à gauche

"Commentaires".

Merci d'être venu passer un moment

avec moi et à la prochaine pour les

" 10 km de Bohars "

Vitesse

Vitesse

Dénivelé

Dénivelé

Parcours

Parcours

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2014
commenter cet article
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 19:25
8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "

" An Henchou Treuz "

Trail de Plourin-lès-Morlaix

(276 ème course)

 

Rien de tel pour commencer le mois de mai qu'une

course nature pour venir en aide à une association !

 

Après le noz trail "entre chien et loup" début janvier,

REDEG 29 organise la 8 ème édition du trail

"An Henchou Treuz".

8 ème édition " An Henchou Treuz "

Courir c'est bien mais courir utile c'est mieux,

c'est pourquoi nous reconduisons pour la troisième année

notre soutien à l'association de Carantec

"main dans la main pour Stécy"

qui vient en aide à une jeune fille de 14 ans atteinte

d'une pathologie génétique rare et grave:

la maladie de Niemann-Pick, de type C.

Après les effets des tempêtes successives de cet hiver,

 les organisateurs ont modifié le parcours du trail long

qui s'approche plus de 21 kms.

Mais.........car il y a toujours un mais........,

il est surtout beaucoup plus typé trail

avec de très belles nouvelles portions qui

ne nous laisseront pas de marbre.......

8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "

Plourin Lès Morlaix est une commune incroyablement

riche de vieux chemins réaménagés et d'anciens sentiers

sortis de l'oubli.

C'est donc tout naturellement que les "ribinn"

et "riboul" ont été préférés à l'asphalte...

Voilà déjà la huitième édition, ma cinquième

participation, cette année avec le dossard "49".

Une organisation parfaite et des bénévoles au Top,

tout est réuni chaque 1er mai

pour un accueil chaleureux des quelques

250 participants présents sur le 21 kms.

Temps un peu frais 8°, gris et pluvieux, des conditions

 acceptables pour courir.

8 ème édition " An Henchou Treuz "

Place maintenant au départ, pour un parcours 100% nature,

superbe et varié avec une alternance de chemins roulants

entre terres agricoles et sous bois, mono trace ponctué de

belles bosses sans oublier la traversée attendue ou redoutée

mais très rafraîchissante des différents cours d'eau.

 Après un échauffement du genre Véronique et Davina

(c'est pour les vieux ça.....), je me dirige vers

l'arche de départ. 

9H30 pétante, en avant pour 21 Km, un tour dans le bourg

et le 1er chemin en légère descente dans le bois étire

le peloton. Devant comme tous les ans c'est parti vite.

 

8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "

Les deux premiers kilomètres ont été avalé en 10 minutes,

trop rapide, le peloton s’étire vraiment, et je prends

mon rythme, connaissant le parcours, j'en garde

sous le pied car, le gros du dénivelé positif

se trouve entre le 5ème et le 8ème kilo avec

quelques gros pétards, ce qui n'est pas ma spécialité.

La route commence à grimper, les chemins sont plutôt

secs, heureusement quelques portions  boueuses

dans les endroits humides nous font ralentir un peu.

C'est pas trop la forme, j'ai encore les trente bornes

de dimanche dans les jambes, mes pulsations stagnent

à 160, va falloir calmer la bête.

Je me mets donc dans les pas de deux charmantes

concurrentes, et je suis le train.

8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "

En haut de cette montée nous longeons le bois,

puis nous revenons dans la vallée et de nouveau une

bonne grimpette suivie de presque 1 km,

tout en devers et en faux plat montant, c’est usant

pour les chevilles.

Dans une partie montante, je marche, les mains

sur les genoux et je rattrape ceux qui essayent de courir.

Commence une longue descente, je passe devant,

je lâche les chevaux, trop vite dans le virage et patatra,

je me retrouve étalé de tout mon long sur le chemin, 

rien de grave, je repars.

8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "

Je surveille mon rythme cardiaque qui s'est stabilisé à 145,

ce qui est plutôt correct vu les conditions.

J’essaye juste d’avoir une foulée légère et de me décontracter.

On passe dans le grand tunnel, il s'est carrément incrusté

sur le parcours comme tous les ans.

Pas trop profond cette année mais l'eau est froide.

 Bon, comme je suis un grand gamin je trouve ça génial

alors je patauge dans la flotte pendant un vingtaine de

mètres. Devant c' est une nouvelle

patate qui se dessine, avec de la boue.

Ah dommage, j'avais les chaussures propres, bon tant pis.

Arrivé au sommet, je sens que dans mes chaussures,

il y a un peu de tout : des graviers, des cailloux,

des feuilles… Un castor pourrait fabriquer

un château avec tout ce qu’il y a dans mes godasses.

Je profite donc du ravito pour retirer mes ramasse-boue

et faire un peu de ménage avant de repartir.

8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "

Je me dis qu'il faut bien que je me fasse

plaisir à un moment.

Pendant 2 kilomètres environ, je me lâche sur un

mono trace qui longe l'ancienne voie ferrée de "Coatelan".

Arrive alors un virage à droite qui débouche dans

 des petits sentiers pleins de racines,

le signal pour moi qu'il faut calmer le jeu et

reprendre un rythme d'entraînement.

Je redeviens sage : nous avons des petits passages

bien piégeurs avec pierres et boue, une descente

raide avec une corde, des petites côtes à flanc de colline.

Puis le passage dans un tunnel d'une vingtaine de mètres,

accroupis et les pieds dans l'eau, ça fait mal

aux cuisses et au dos.

8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "

De nouveau retour dans le vallon pour attaquer

le dernier gros morceau avant l'arrivée.

Il doit rester 2 bornes, un coureur à 150 m devant moi,

je reviens sur lui dans cette longue montée,

mais arrivé sur le plat, il relance aussitôt, moi

je cale, 200 m après la montée.

Grrrrrrr, il me colle 100 m dans la vue, je n'arriverai

jamais à revenir sur lui.

On longe les terrains de foot puis virage à gauche

et la ligne droite d'arrivée.

Je prends la 193 ème place sur 234 arrivants,

 avec un chrono de 2h 21' 22″ .

Les sensations étaient bonnes pendant la course,

cela fait plaisir, même si j’ai encore des trucs à bosser

à l’entraînement, le foncier va bien, les cuisses et

les mollets itou, c’est déjà ça !

Un grand bravo à tous les concurrents qui ont

visiblement apprécié le parcours et le déroulement

global de la manifestation.

8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "

Merci à toute l’équipe de " An Henchou Treuz",

merci aux bénévoles et aux supporters,

sans qui tout cela ne serait pas arrivé !!

Un bonnet en cadeau.

Temps : 02h21'22"

193 ème sur 234

 34 ème V2H sur40

Moyenne 9,11 km/h

soit 6,13 ' au kilo

Si vous avez aimé cet article,

inscrivez-vous dans la case

" Abonnement " (c'est gratuit).

Vous pouvez également laisser

des commentaires dans le lien

en bas à gauche

"Commentaires".

Merci d'être venu passer un

moment avec moi et à la

prochaine pour

" An Abériou" 

15 kms à Lannilis

8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "
8 ème édition " An Henchou Treuz "
Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2014
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 16:31
La Balad'iroise
La Balad'iroise

" La Balad'Iroise"

Course nature de 32 kms

(275 ème course)

Au départ du gymnase du Trémeur à Plougonvelin

en passant par Le Conquet, le circuit balisé de 32 km

nous emmènera, en bord de mer et dans la

campagne du Pays d’Iroise.

Le Top départ est fixé à 8h30 pour les courses natures

 de 12 ou 32 km. 

La Balad'iroise
La Balad'iroise

Le mauvais temps est tombé sur la Balad'Iroise,

du vent très fort sans discontinuer et de la pluie dans

le final pour accompagner les quelques valeureux coureurs

du 32 km qui ont cédé à la tentation

d’une sortie longue dominicale.

Comme dirait Serge " il fallait avoir un "pète au casque"

pour sortir par un temps pareil".

Au gymnase, ce n'est pas la foule.

C'est ma première participation et sans doute la dernière.

La Balad'iroise

Que dire de la course en elle-même ?

Le nom déjà "Balad'iroise", effectivement c'est en Iroise, 

Balade c'est seulement pour les marcheurs je pense.

J'ai couru de nombreuses fois ici sur les sentiers côtiers,

j'adore cette sensation d'isolement,

de bulle personnelle, de lumière et de beauté.

Aujourd'hui, rien à voir avec ces sensations :

 L'ambiance est vraiment minable, c'est même pénible.

C'est vrai, je n'étais pas réellement motivé, le vent,

la pluie et le fait de me lever tôt pour un départ à 08h30

ne m'a pas aidé à trouver le sourire.

La Balad'iroise

Le départ a eu lieu dans l'ignorance totale, derrière un mur.

Nous n'étions pas cinquante sur la longue.

 C'est parti,  je n'ai rien vu,

 rien entendu, je suis en queue de peloton.

 Il aura fallu 8 bornes, peu intéressantes (10,5 de moyenne)

 en pleine campagne, pour arriver au Conquet.

Puis le premier passage sur la passerelle du Croaë.

(La passerelle a été érigée (en bois) pour la première fois par l'armée allemande, lors de l'Occupation. Très rapidement le bois s'est décomposé, elle a été reconstruite en pierre, béton cette fois-ci en 1950. Auparavant la traversée se faisait par barque.)

Direction le camping et la plage des Blancs Sablons.

10 kms soit un tiers de la course en 55 minutes.

La Balad'iroise
La Balad'iroise

Je garderai longtemps une image en tête.

Les goélands aux cris moqueurs, un rien espiègles,

vire-voltant au dessus de ma tête. Ils se foutent réellement de moi.

Contre le vent, je lutte pour avancer.

Bienvenue au bord de mer !

La Balad'iroise
La Balad'iroise

Direction la rive droite de ce petit aber qui porte à son

extrêmité le phare de Kermorvan, qui éclaire la mer d'Iroise.

Un sentier côtier difficile et glissant nous permet de faire

le tour de cette presqu'île.

Une zone naturelle est vierge de toute construction,

à part quelques fortifications anciennes et le phare.

Il me faudra parcourir 7 kilomètres pour revenir

sur la passerelle.

La Balad'iroise
La Balad'iroise

Les deux côtés de la pointe sont superbes et changent

radicalement de ton, sur la gauche,

le port du Conquet et la ville, sur la droite,

l'ilette et la plage des Blancs-Sablons.

Le chemin côtier est relativement abrupt,

autant le dire tout de suite, je suis sur un rythme

relativement faible et je l'ai conservé jusqu'au Conquet.

 

La Balad'iroise

Je traverse le Conquet dans l'indifférence totale,

direction la pointe Saint Mathieu. 

Cette partie est magnifique,

 la particularité c'est évidemment le fait

qu'elle se déroule sur le bord de côtes,

ce que j'adore, mais sous un vent très fort,

cela prend tout de suite une autre dimension.

Et je dois dire que j'ai vraiment

apprécié même si je me suis fait quelques frayeurs

dans les parties plus pentues, le risque de se blesser

était omniprésent.

Pour ma part, 2 petites chutes sans conséquence.

La Balad'iroise

Je retrouve "Didier" au détour d'un chemin.

Après quelques belles photos, il m'accompagne

sur un petit kilo.

Ca fait du bien d'être encouragé.

De plus le soleil fait de timides apparitions.

La Balad'iroise

Plus je m'approche de la pointe, plus je me rends compte

que le vent est de plus en plus fort .

Je décide donc de l'attaquer, tant qu'il me reste encore

 des forces et heureusement car je n'avance plus.

Mon coeur est constamment à plus de 150 puls et

ma moyenne tourne autour de 9 km/h.

Sur certaines parties plus exposées, je pense même

plafonner à  8 à l'heure.

Bizarrement, je me sens bien mais j'ai envie d'en finir.

J'avance donc très lentement, je n'ai pas mal

aux jambes, je ne prends pas de plaisir, je suis démotivé.

 

La Balad'iroise

Je passe le phare et direction plein "Est".

Je suis en train de me projeter sur toute cette partie

 où le vent devient favorable.

Et autant dire que je n'ai pas fait les choses à moitié.

Sur certaines portions, je suis allègrement au-dessus

des 10 à l'heure et j'atteindrais même 11 km/h

sur du plat et dans les descentes, sans avoir l'impression

de forcer.

La Balad'iroise

Après avoir parcouru, seul et vent arrière les 8 kilomètres

de sentiers qui relient St Mathieu au fort de Bertheaume,

 je suis au 29 ème kilomètre.

Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin

et me voilà de nouveau confronté au vent pour le retour

à la maison.

Néanmoins, les sensations restent

à peu près bonnes et je suis heureux de découvrir

une moyenne de 10km/h sur les 3 derniers kilo,

largement au dessus de mes espérances.

La Balad'iroise

Je suis de retour dans la salle de sport de Plougonvelin après

03 heures 17 minutes et une poignée de secondes de course.

Je me dirige rapidement vers le ravitaillement

où il n'y a presque personne,

pour prendre une boisson chaude et un morceau de pain d'épice.

On me demande de me rendre sur un autre stand.

Une charmante dame me remet un pot de fleur

en souvenir de la 15ème édition.

En conclusion, même si j'ai mis au final un peu

plus de 3h pour parcourir les 32 kms de ce parcours

technique et  venteux,

je n'ai vraiment plus envie de courir avec des jambes

mais sans la tête. 

Participer avec des copains et par beau temps OUI, 

seul avec un temps de merde NON.

Par contre l'ambiance  Zéro, à revoir.

La Balad'iroise

Heureusement j'ai un jardin.

Même le verre pour le thé est payant.

 

Temps : 03h17'56"

 

Moyenne 09,70 km/h

 

soit 6,11' au kilo

La Balad'iroise

Si vous avez aimé cet article,

inscrivez-vous dans la case

" Abonnement " (c'est gratuit).

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le lien

en bas à gauche "Commentaires".

Merci d'être venu passer un moment

avec moi et à la prochaine

pour " An Henchou Treuz "

20 km Trail à Plourin Lès Morlaix.

Dénivelé

Dénivelé

La Balad'iroise
Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2014
commenter cet article
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 19:40
28 ème Semi du Pays Pagan
28 ème Semi du Pays Pagan
28 ème Semi du Pays Pagan
28 ème Semi du Pays Pagan

" Semi du Pays Pagan "

(274 ème course)

 5 ème épreuve du Challenge de l'Elorn

Semi-marathon comptant pour le challenge de l'Elorn

qui traditionnellement part de Kerlouan, Brignogan-Plages,

ou Plounéour-Trez : le lieu de départ change chaque année.

Cette année, le départ sera donné à 10 h du centre de

Brignogan, pour un parcours à 65% le long de la côte.

Cette course sera le 28ème semi marathon organisé par

l’association Kerloisirs (Kerlouan).

C’est un superbe parcours de 21,1 kms qui permettra aux

coureurs de sillonner les routes de la côte des légendes.

 

28 ème Semi du Pays Pagan
28 ème Semi du Pays Pagan

Une semaine après les 46 kms de l'Aber-Wrac'h,

le but aujourd'hui n'est pas de faire un chrono.

Faire toutes les courses du challenge est l'objectif

cette année encore.

Les deux courses partant en même temps,

je me place en fin de peloton pour ne pas être aspiré

et partir en sur-régime.

Le départ s'est fait à 10h00 sous un ciel gris.

Comme l'avait prévu le "Devin René" la pluie

a cessé juste avant le coup de pistolet.

Je suis parti sur la base d'1h50 (5'10 au km),

j'avais un peu mal aux jambes à l'échauffement mais au

niveau souffle j'étais largement bien.

Nous avons pris la route de la corniche pour rejoindre

le bord de mer.

28 ème Semi du Pays Pagan

Le premier kilo en 5'11"

On longe la mer pendant près de 5 kilomètres,

le vent est contre nous, il faut s'accrocher,

je me sens vraiment bien.

J’encaisse les premières butées sans difficulté,

ne sens pas le faux plat et me permets de maintenir

le même rythme que ce soit sur le plat ou dans les côtes.

(je suis en train de prendre conscience que mon

entraînement et ma régularité sont en train de porter

leurs fruits). Passage au 5ème km en 25'30".

 

28 ème Semi du Pays Pagan

Puis c'est la longue montée vers Plounéour Trez.

Je suis de plus en plus confiant sur ma forme,

 je suis tout de même prudent car une défaillance

est vite arrivée.

J'engloutis les 7, 8 et 9ème kilomètre sans difficulté,

ça sent bon.

J'arrive à Kerlouan, 10ème km en 51'et 13 sec.

En traversant la place de l'église mon chrono affichait

12km/h.

 

28 ème Semi du Pays Pagan

Je commence cependant à sentir la fatigue dans les jambes,

il est temps de prendre un gel, histoire de ne pas manquer

d'énergie et de continuer à cette allure.

Je réalise à ce moment là que mon objectif de 01h50

sera peu être atteint !

Mentalement, c’est hypra dopant !

Je me trouve sur la partie du parcours que je préfére.

Au 12ème km, le camping de Rodaloc, le

Menez Ham, le menhir et sa croix, des lieux magnifiques.

 

 

28 ème Semi du Pays Pagan

On traverse le camping du phare.

Ensuite on longe la plage et le phare de Pontusval

un paysage de carte postale.

Le temps est gris et le vent est toujours aussi fort,

on n' est pas gâté.

Ma FC reste toujours raisonnable, mais les jambes

commencent à être vraiment raides… l’acide lactique

commence sûrement à s’accumuler, heureusement

 l’arrivée n’est plus très loin. 

18ème kilomètre, ça devient vraiment de plus en dur

au niveau des jambes, j'ai hâte que ça se termine.

La moyenne affichée sur ma montre me satisfait toujours

autant.

Petit salut à Michel qui fait la signalisation. Planqué !

28 ème Semi du Pays Pagan
28 ème Semi du Pays Pagan

20ème km, je suis exténué mais l’euphorie de l’arrivée

me permet de maintenir le rythme, je n’arrête pas de

regarder au loin si j'aperçois la montée finale.

Bref, c'est précisément là que j'ai fini de rigoler, j'en ai chié.

Dans la montée de la rue des aubépines, je me suis mis

en mode "j'ai plus de jambes mais j'avance quand même

grâce à ma volonté". Abominable.

Bon vous connaissez tous ce que c'est.

En haut, les derniers 500 mètres ont été finalement

moins durs, tant le but devenait proche.

C’est très gratifiant. Génial !

Je regardais ma montre et je me disais "moins de 1h50,

tu peux le faire!"

Dans les derniers 200 mètres, je gratte deux places,

je suis comme un fou, je cours, je cours, je cours,

je ne lâcherai pas.

Je " sprinte " pour gratter encore une place avant l'arche

et finir sous les ovations. ( dans mes rêves seulement ).

28 ème Semi du Pays Pagan
28 ème Semi du Pays Pagan

Je passe la ligne en 01h49'56".

Tout le stress redescend d’un seul coup, je ne peux

contenir ma joie liée à toute cette décharge d’adrénaline.

Je mets au moins 1’, à récupérer, je souffle enfin, c’est fini.

Je suis super content de ma gestion de course. 

 Mine de rien, un semi c’est quand même une sacrée

expérience humaine. Face à soi, on doit faire avec

les doutes qui vous assaillent, les jambes qui vous

disent de ralentir pour ne plus souffrir.

Mais si vous persistez un peu, vous vous rendez

compte que vous êtes capable, sans cesse de repousser

vos limites. La course s'est bien passée et

j'en tire de grands enseignements pour "Caen".

Je réalise un temps honorable (pour moi) .

Une 282 ème place sur 426 arrivées.

28 ème Semi du Pays Pagan

Et un tee-shirt de plus.

Temps : 01h49'56"

284 ème sur 429

60 ème V2H sur 91

150 ème au Challenge v2

Moyenne 11,52 km/h

soit 5,13 ' au kilo

28 ème Semi du Pays Pagan

Si vous avez aimé cet article,

inscrivez-vous dans la case

" Abonnement " (c'est gratuit).

Vous pouvez également laisser

des commentaires dans le lien

en bas à gauche "Commentaires".

Merci d'être venu passer un moment

avec moi et à la prochaine pour

" La Balad'iroise" 31 kms à Plougonvelin

Vitesse

Vitesse

Dénivelé

Dénivelé

28 ème Semi du Pays Pagan
Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2014
commenter cet article
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 06:42

Cliquer pour la musique

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

Trail extrême de L'Aber-Wrac'h

(273 ème course)

 

Le Trail aventure de la terre à la mer.

2400 coureurs, venus de 35 départements se sont donnés

rendez-vous pour participer aux différentes courses.

Pour moi : le Trail Extrême de 46 kms, tracé entre

terre et mer, le long des rives de l'aber Wrac'h, 

qui offre des paysages magnifiques.

Il nous emmènera jusqu’au Pont de Paluden en passant

par le pont du Diable. Un dénivelé positif de 1100 mètres

permettra de nous surpasser. Le parcours très varié où

les passages insolites sont permanents : cordes,

escalades rocheuses, traversées de rivières,

descentes et montées infernales et même des tunnels

 avec à l'arrivée un  parcours d’agility trail,

…une bagatelle après 46 kms !

Toute l’équipe de Breizh Sport Aventure (B.S.A) et ses

120 bénévoles souhaitent innover et nous surprendre.

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

J'ai décidé d'aller chercher mon dossard la veille

du départ pour être tranquille.

Avec Christiane, nous arrivons au Folgoët vers 16h30.

Là, je reconnais des visages croisés au gré des différentes

courses.  Ah que c'est bon de pénétrer dans le gymnase,

je balaie du regard les lieux, les concurrents et je recherche

les ami(e)s ! Un coucou par-ci, une embrassade par-là,

et un « Comment qu’c’est ? » anonyme…

Le trail est une grande famille !.

Je récupère mon dossard " 153" et nous allons voir le départ

du "Canicross" qui a réuni 60 duos.

Une discipline méconnue dans le département,

un chien et son maître, reliés à l'aide d'une corde,

et qui courent ensemble.

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

Respect de l'environnement avec comme objectif zéro déchet.

La 9 ème édition de l'extrême trail se fait en autonomie

complète et seuls trois ravitaillements en eau sont proposés,

sous forme de rampes. Pas de bouteilles, ni de gobelets.

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

Dimanche 07h30, ce n'est pas encore la grande foule quand

je me présente dans la salle omnisports du Folgoët.

Je retrouve Peggy et après un petit café, je vais me préparer.

La pression monte doucement, l'objectif aujourd'hui 

est de taille.

Emmener Peggy au terme des 46 kms, franchir les barrières

horaires, tous les obstacles du parcours, et passer l'arche

 d'arrivée dans les temps pour être classé.

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

720 concurrents écoutent le briefing des organisateurs

devant la basilique du Folgoët.

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

Rassemblés sur la ligne de départ, et après les dernières

recommandations, nous voilà prêts à nous élancer 

pour un long raid, six bonnes heures d'effort intense.

Pour moi le trail c'est un plaisir, le partager avec des

amis(es) au cours d'une épreuve, c'est un vrai bonheur !!

Aujourd'hui,  je suis un peu stressé, j'ai fait une promesse,

je dois la tenir. J'espère ne pas m'être trompé dans mes

calculs et sur l'état de ma forme.

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

8h30 : Départ, nous nous élançons enfin, musique,

flambeaux et acclamations, tous les ingrédients sont

réunis pour nous donner un énorme frisson dans le dos.

C’est vraiment un truc de dingue !

Nous avions décidé de partir prudemment connaissant la

première partie du parcours et vu la succession de 

petites bosses entre le 7ème et le 15ème, je n'avais pas envie

de nous "cramer" dès le début.

C'est sous un ciel couvert, que nous parcourons les 4

premiers kilomètres dans une ambiance décontract 

sur de larges chemins. Cela permet

de chauffer les machines et d'étirer le peloton.

Place ensuite à des sentiers à flanc de colline,

souvent en dévers dans les bois.

On monte, on descend, on franchit des arbres couchés

par les récentes tempêtes, ça provoque quelques petits

ralentissements salvateurs…

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

Avec 10 kms dans les jambes en 01h09',  moyenne de 7,5

  je suis assez satisfait.

Je me dis qu'au fil des prochains kilos,

nous pourrons monter à 8km/h.

Beaucoup de sentiers en forêt avec quelques bonnes bosses,

pas trop de boue ( je m'attendais à pire, !!). 

On se retrouve dans un petit groupe d'une dizaine d'unités.

Je demande à Peggy de doubler le couple devant

nous qui nous freine un peu et de m'accrocher,

jusqu'au Diouris.

 Le rythme est régulier sur une partie assez roulante.

Kilomètre 15 " La traversée infernale".

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

Un intermède très rafraîchissant et un peu glissant,

dans un décor vraiment sympa.

Au 15 ème, traversée de l'Aber Wrac'h une première fois,

l'eau est froide et le courant assez fort.

Une corde et des bénévoles nous aident à nous

maintenir debout.

Didier, sur l'autre rive prend des photos de tous les

concurrents. Un joli souvenir merci Didier. 

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

Nous avons eu juste le temps de réchauffer les muscles

des jambes sur une partie un peu plus roulante.

Il est temps de rattraper une nouvelle portion privée et

c'est une longue montée sur un chemin large,

suivie d'un long single descendant entre les arbres,

une partie rapide pour ceux qui ont encore les jambes.

Eh oui, à peine récupéré de cette partie, on nous prie

gentiment de prendre à droite et de traverser l'Aber,

cette fois vase, sable et bien sur eau. Beaucoup de monde

pour nous stimuler à la sortie de cette nouvelle baignade.

François était là pour nous encourager.

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

Jusqu'au 20 ème kilomètre le parcours plus ou moins

accidenté, n'est pas trop difficile.

Le fait de courir sur un sentier qui épouse le terrain

et la rivière nous fait découvrir des paysages et

des points de vue rares.

Km 20: Loguivy 1 ère barrière horaire fixée à 12h00.

On passe la barrière à 11h06, nous avons 50 minutes

d'avance. Voilà 02h36 que nous courons.

Moyenne depuis le départ 7,8 km/h.

On poursuit notre périple. Euh, mais il n'y a pas

de chemin c'est normal... ?! Bon bah on y va alors...

On s'accroche à ce que l'on peut pour grimper,

impossible de dépasser alors on suit le mouvement.

La montée n'est pas très longue, mais la pente

tellement raide.

Les jambes à peine reposées, sont à nouveau "sur-sollicitées".

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

On aperçoit le pont vert, le pont routier de Paluden,

c'est la mi-course.

Je sens chez Peggy, un moment de moins bien,

de plus son camel-bag lui blesse l'épaule.

Il nous reste deux kilomètres avant la pause

au Château de Kerhouartz. A chaque virage, je lui dit

que l'on est pas loin.  Et enfin la délivrance le Château est là.

La barrière horaire est fixée à 12h15, il est 11h55,

c'est gagné on ne sera pas neutralisés.

Peggy prend la direction du poste de secours pour se faire

soigner l'épaule, puis c'est le plein des poches à eau,

une ou deux barres vitaminées, et nous voilà

 repartis pour 20 bornes.

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h 9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

Les deux kilomètres suivant se passent sans problème.

Quelques parties vaseuses (c'est bon pour la peau,

les bains de boue...).avant d' arriver au pont du

diable pour la deuxième fois. La marée est basse,

et le passage est beaucoup plus facile et moins spectaculaire.

On y passe après 3h50 de course.

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

Je pense qu'en trail long, quand on ne cherche pas à

réaliser un chrono mais qu'on veut juste boucler la

distance dans de bonnes conditions, la régularité est la clé !

Ici nous avons finalement bouclé les 30 kilomètres en 4h02,

ce qui me va très bien, mais la moyenne est

descendue à 7,4 km/h.

Tout doucement nous arrivons au fameux 

"Tunnel of Love".

Il faut attendre quelques minutes ça bouchonne

à l'entrée. Cela nous permet de faire une pause 

 avant de pénétrer à 4 pattes dans

 ce boyau étroit, sombre, froid et  humide , on y

progresse ainsi sur 25 mètres en légère montée,

mais ce n'est pas tout: On est dans l'eau ....

(claustros, s'abstenir !)

A la sortie j'ai mal partout et il est bon de s'étirer,

avant de reprendre notre périple.

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

A partir de là, le manque d'entraînement de ma compagne

de route se fait sentir. Le rythme n'est pas soutenu et

 chaque montée devient de plus en plus difficile.

Le parcours est vraiment génial, on alterne entre

sentiers et singles en forêt.

On atteint le kilomètre 35,  mon Gps commence

lui aussi à donner des signes de faiblesse.

Le prochain point  fixé est le pont de "Loc Brévalaire"

 au kilomètre 36.

Les sensations reviennent, j'en profite pour accélérer

un peu le rythme.

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

Allez, on continue, les jambes sont un peu lourdes,

mais rien de bien dramatique. J'entends de la musique,

le pont de "Loc Brévalaire" n'est plus très loin.

Je sens mes cuisses qui commencent à dire, et ho ?

il fait soif là, il faut boire pour éviter les crampes...

Un petit coup d'oeil à ma

montre : il reste 9 bornes environ.

Je dégaine alors mon dernier tube de gel,

pas de panique, on y est presque. On traverse le pont assez

facilement. Le soleil était au-dessus de nos têtes,

et sur les surplombs les spectateurs généreux ne

manquaient pas de nous encourager !   

Une équipe de bénévole était postée de chaque coté

du pont pour nous rassurer.

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

C'est reparti, il me faudra de longues minutes pour me

réchauffer les pieds,  et laisser à mes semelles le temps de

retrouver un peu d'amorti.

Engagés dans les montagnes russes qui entourent Lanarvily,

je laisse le soin à Peggy de gérer l'allure.

Oui il y a encore un peu de dénivelé, mais comme

 on papote tous les deux, les kilomètres défilent un par

un. Notre progression est relativement lente, on ne risque

plus grand chose on ira au bout.

40 ème kilomètre, et le dernier piège élaboré par les

organisateurs,"le passage des poutres Guiziou".

Tout se passe bien dans une ambiance "boite de nuit".

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

Puis c'est le dernier tronçon vers le Folgoët.

Nous rattrapons des coureurs qui commencent à peiner.

La fin risque d'être difficile pour eux, surtout

que le final est assez technique avec beaucoup de relances.

Kilomètre 44, nous attaquons la terrible montée

 du "camp de César" qui annonce la proximité de l'arrivée.

Dans la descente qui suit, j’assure ma pose de pieds

et m’aide des branchages pour limiter le poids

porté sur mes chevilles.

C’est nickel, pas de douleur après 44 bornes. 

A 2 kms de la fin, Peggy reconnait la route,

un large sourire envahit son visage.

On termine par le parcours "Agility Trail" que l'équipe

organisatrice nous a réservé : passage des bottes de paille,

 des troncs d'arbres, d'un tobbogan et encore du

 4 pattes dans des grosses buses. En 200 m

on vide les dernières forces qu’il nous reste dans le corps…

puis on franchit la ligne, on se retourne et on sourit !

  Après 06h53mn c'est fini, la délivrance.

Une superbe course, mais très difficile !

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h 9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

Temps officiel : 06h53'47"

Temps de course : 06h26'

562 ème sur 585 classés

74 ème V2 sur 89

Moyenne 7,20 km/h - 8'20" au kilo

Rien n'est impossible au courage.

Félicitations à PEGGY et à tous les participants pour

être allés au bout de leur effort

et une pensée pour ceux qui ont été contraints d'abandonner.

Côté organisation, du très haut de gamme.

On sent une équipe dynamique qui n'a rien laissé au hasard.

Au niveau du balisage, je pense qu'il faut vraiment le faire

exprès pour se perdre.

Enfin mon compte rendu ne serait pas complet si j'oubliais

de remercier les bénévoles et  tous les gens qui nous ont

encouragé le long de cette magnifique balade.

Nous avons reçu un superbe maillot technique à l'arrivée,

que beaucoup d'entre nous arboreront avec fierté en se

souvenant des difficultés surmontées pour l'obtenir.

Une course à refaire.

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h

Deux superbes vidéo à regarder.

Merci à Laurent et Claude

Si vous avez aimé cet article,

inscrivez-vous dans la case

" Abonnement " (c'est gratuit).

Vous pouvez également laisser

des commentaires dans le lien

en bas à gauche "Commentaires".

Merci d'être venu passer un moment

avec moi et à la prochaine pour

" le Semi du pays Pagan"

21,1 kms à Brignogan

Vitesse

Vitesse

Dénivelé

Dénivelé

9 ème Trail de L'Aber-Wrac'h
Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2014
commenter cet article

Mes Courses 2010,2011,2012,2013,2014,2015,2016,2017

  • : Le blog Dominique court.over-blog.com
  • Le blog Dominique court.over-blog.com
  • : Course à pied
  • Contact

Compteur

L'heure

Calendrier

Courir pour Owen

Distance parcourue en 2017 :

808 kms

Clic sur l'affichedossard pour Owen

Texte Libre

Clique