Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 17:56

   
 > Pour la musique cliquer
une épreuve nocturne
  CIMG0854.JPGQuimper001-copie-1.jpg
    La Corrida de Quimper
(207 ème course)
La Corrida de Quimper organisée par L'ULAQC depuis plus de 10 ans se déroule en nocturne, au centre ville de Quimper, sur un circuit en boucle valorisant la diversité du secteur piétonnier Quimpérois.
Les fêtes de fin d'année, les illuminations urbaines, le public très nombreux, tout concoure à créer une ambiance particulière et très festive à cette épreuve.
CIMG0856.JPGUne course féminine en ouverture, une course masculine en clôture et au milieu, depuis 2011, une course réservée aux enfants, pour qu'eux aussi profitent de la fête.
Ambiance, orchestres, déguisements multiples chez les coureurs, speaker professionnel, tombola avec de multiples lots de qualité, tout est en place pour que la fête soit belle.
586_dsc-1592-copier_612x459_75sasi__mfw0uo.jpg Ce soir c'est mon grand objectif de fin d'année : Passer sous les 30 minutes aux 7 kms. Après avoir couru en 32'51 en 2010, puis en 32'25 l'année dernière, il me tenait à coeur de franchir cette barrière symbolique ! Depuis 2 mois, je l'avais annoncé et j'en avais parlé à tout le monde, histoire de bien me mettre la pression. Un peu fou mais j'aime avoir la pression. Ca m'aide à tout mettre en oeuvre pour atteindre mon objectif ! Et jusqu'à présent ça m'a toujours réussi...
Arrivé sur place, je vais retirer mon dossard, je discute un peu avec pas mal de monde.
CIMG0853.JPG
A 17h00, je laisse mon sac dans la voiture et je pars m'échauffer. A ce moment là je veux être seul. J'ai besoin de m'enfermer dans ma bulle. Je trottine d'abord tranquillement à 10km/h puis 11, puis 12 et je fais quelques accélérations à 14km/h. Je ne me sens pas au top musculairement mais quand même pas mal au niveau du souffle.
 J'ai le dossard 591. Je rejoins la ligne peu de temps avant le départ.  Derrière, les autres coureurs sont plus de 460 à s'entasser et moi je suis parmi les pros qui courent le 7 km entre 20' et 25'. Le départ cette année est dans le sens inverse des autres années, voilà pourquoi je me retrouve en première ligne. C'est pas tous les jours alors j'en profite. Je suis vraiment dans ma bulle isolé du reste du monde.
18h00 On nous annonce que le départ est reporté, une ambulance, des pompiers ainsi que des voitures de police bouchent la rue.
407_dsc-1625-copier_612x459_75sasi__mfw0kc.jpg
Je décide d'aller trottiner un petit peu pour ne pas prendre froid et je veux m'isoler et ne penser à rien d'autre que mon objectif !!!
  Quand le départ est donné à 18h40 place Médard, les fauves sont lâchés. Bien sûr, tout le monde va plus vite que moi durant les 500 premiers mètres. Je suis quand même rapide au départ mais je calme l'allure afin de ne pas me griller et de respecter mon plan de course : 4'17 au kilo !
Je passe le 1er km en 4'11 et le 2ème en 4'15. Ça me fait 8 secondes d'avance mais je ne m'inquiète pas car je connais le parcours. Je sais que les autres tours sont de plus en plus dur, surtout la côte rue Verdelet et Sallé. Je passe les 3 suivants en 4'10, 4'08 et 3'59. Ça fait donc 20'43 aux 5 kilomètres. J'ai 42 secondes d'avance sur l'objectif.  Depuis le début je ne me sens super fort au niveau des cuisses. J'étais beaucoup plus tonique que mercredi dernier à l'entraînement. Je crois que ça me réussit de couper et de courir seulement 2 fois la semaine qui précède une course courte. 2012.1-0076.JPG
Je récupère très vite après chaque montée, et au niveau du souffle ça va  bien. J'arrive à très bien maîtriser ma respiration.
 Une fois le 5ème passé, j'attaque le dernier tour. Je sais que ça va être dur et que c'est là où la course va se jouer. Je dois tenir le coup et perdre le moins de temps possible sur les 2 prochains km. Dès le 5ème, je sais que si je m'accroche bien et si je ne suis pas cramé au 6ème, alors ça sera gagné. Je passe le 6ème en 4'02. Ça fait 1 minute d'avance et j'ai l'impression d'en avoir encore sous la pédale. Au début du 6ème ça commence à être dur. La dernière ascension, je décide de me faire mal, j'appuie  sur les quadriceps. Je sens que je dois forcer de plus en plus pour maintenir l'allure. La côte est passée. J'ai donc maintenant une avance confortable sur l'objectif et je suis super heureux. Je sais dès ce moment là que j'ai toutes les chances de réussir !!! Le petit  km restant est en faux plat descendant, ça j'aime bien, mes jambes et mon coeur aussi. Automatiquement mon allure s'accélère sans que j'ai l'impression de forcer ou de relancer comme les 2 km précédents. Je passe les derniers virages à fond. Plus d'une minute d'avance sur l'ojectif et là je sais que c'est gagné ! Pourtant je souffre. Je ne pense plus trop à mes cuisses mais je suis à court de souffle. Je ne contrôle plus du tout ma respiration. J'ai besoin d'oxygène et je rejète le CO2 comme je peux. Je ne suis pas loin de la détresse respiratoire, comme beaucoup de mes collègues de course autour de moi.
15f_dsc00996_612x459_75sasi__mfwmg7.jpg
Il ne reste plus qu'une centaine de mêtres c'est dur ! On a beau être surmotivé au départ, à ce moment là de la course on souffre et on a qu'une envie c'est de ralentir, voire de marcher. Alors je me dit de ne rien lâcher et de me battre jusqu'au bout, je m'accroche. Je ne cherche plus à contrôler mon souffle, je le laisse et j'essaie d'accélérer le rythme et la cadence de ma foulée. Plus j'aimerai ralentir et plus j'accélère au contraire, enfin j'essaie. Il reste 50 m et j'ai un horrible point de côté. J'ai mal, j'ai horriblement mal mais je ne veux rien lâcher.  Je m'accroche donc jusqu'au bout, accélérant comme je peux et je finis ce dernier km en 3'53 (15,5 km/h) !

CIMG0857.JPG
Quel bonheur de voir mon chrono afficher 28'31" à l'arrivée !!!!!!!! Je suis HS, j'ai tout donné mais j'ai réussi. Le bonheur m'envahit. Le travail accompli à l'entraînement a payé. On s'entraîne pendant des semaines pour vivre de tels moments de bonheur alors on savoure. Je regarde plusieurs fois mon chrono pour être sûr de n'avoir pas rêvé. Ce n'est pas un rêve, aujourd'hui le chrono s'est bien arrêté avant de passer la barre des 30' ! Heureux !  La détermination à m'améliorer constamment, me rend heureux et me permet de réussir. 

CIMG0861
Du côté de la fête, la bonne ambiance était de mise, chaque participant  a reçu un bonnet souvenir. 
   ani018-R.gifésultats

Temps :  00h28’31"

244 ème sur 458      

16ème V2h sur 65

Moyenne 14,94 km/h

soit 4'01" au kilo

        Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter (c'est gratuit)

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le liens en bas à gauche "écrire un commentaire" 

Merci d'être venu passer un moment avec moi

et à la semaine prochaine pour le Trail 

"ENTRE CHIEN ET LOUP"        

    bonne-annee-anime.gif
Corrida-30-12-2012--Frequence-cardiaque---Duree.png
    Cardio
Corrida-30-12-2012--Vitesse---Duree.png
    Vitesse 
Corrida 30-12-2012, Altitude - Durée 
    Dénivelé 
     
Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2012
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 21:45
Loperhethon000.jpg
    Loperhethon008.png
    3 èmeTrail "Le Loperhethon"
(206 ème Course)
Loperhethon012.jpg
Un mois que j’ai couru le Trail du Téléthon à Loperhet et voilà seulement le compte-rendu. La faute à (comme chaque année) un mois de décembre plutôt chargé.   Alors puisque que j’ai enfin du temps pour moi, je vais vous faire vivre ce dimanche matin.
Mais revenons à l'avant dernière course de l’année : le trail du Téléthon à Loperhet. 5 €uros minimum l'inscription,  pas de chrono ni classement.
J’avais prévu initialement de participer aux 20 kms et m’amuser ainsi une dernière fois sur cette distance, voir même terminer l’année en beauté en faisant tomber mon record du monde personnel  en moins de 120 minutes.. Mais non ! Ne pouvant malheureusement pas me libérer ce dimanche après midi, je me suis donc inscrit aux 10 kms pour cette
    troisième édition du Loperhethon.
    Après cette course, je pourrai entamer une petite trêve hivernale… Deux semaines de coupure partielle avec la course à pied, au milieu de ce mois de décembre, décidément trop chargé de toute façon pour pouvoir m'entrainer sereinement.  
Ça fait longtemps que j’attendais ce dernier trail, principalement pour  le cadre magique qu’apporte les alentours de Loperhet, de plus cette course sans classement est idéalement située en fin de saison. 
Je commence à maîtriser de mieux en mieux le trail et  ce parcours me paraissait propice à toutes les audaces… 
 Loperhethon002.jpg Un départ unique pour les 2 circuits, 10 kms et 20 kms, dans la campagne Lopérhétoise et de Plougastel avec des portions en bord de côte. La pluie des jours derniers s'est calmée finalement et c’est par un temps sec et froid que les 259 coureurs prendront le départ de la course.    
Loperhethon006.JPGUn départ très rapide, sur sol dur pendant tout le premier kilomètre, que je bouclerai (même en prenant garde à ne pas aller trop vite) en 4'22′ juste avant d’attaquer la première difficulté de l’épreuve avec une première côte bien raide où tout le monde ou presque ralentit déjà… Juste histoire de nous rappeler qu’il s’agit bien d’un trail !
Loperhethon004.JPGLa suite du programme:  que du bonheur ! Un peu de  boue, des singles (« sentiers mono-traces » en Français dans le texte) en pagaille,  quelques buttes à grimper,  des petites glissades contrôlées dans les dévers un peu boueux et pour mon plus grand bonheur de longues descentes dans lesquelles je me suis fait vraiment plaisir et où j’ai doublé pas mal de coureurs (trop) prudents.
Plus sérieusement, même si j’ai gagné pas mal de places dans ces descentes, j’étais par contre beaucoup moins à l’aise dès que ça montait de nouveau puisque la moitié des coureurs que je venais de doubler me repassait devant. Pas étonnant cependant puisqu’on ne peux pas dire que j’ai mangé beaucoup de dénivelé positif  à l’entrainement cette semaine.

Loperhethon003.JPGUne course que j’ai trouvé assez rapide avec un dénivelé qui commence à être sympa : 150m D+ pour ces 10 km que je boucle en 00h55'04". Je retrouve avec plaisir mes amis eux aussi satisfaits de leur course, quelle réussite! Place maintenant à la récupération pour démarrer le prochain objectif : La Corrida de Quimper.
Quel plaisir d'entendre à l'arrivée les "merci", "chouette parcours"!

Près de 1300 €uros de recette qui vont s'ajouter aux autres animations de la commune pour l'AFM.  

Loperhethon001
Au menu à l’arrivée :  Casse-Croute, Bière, crêpes et gâteaux faits maison. Un grand bravo à l’organisation qui je l’espère reconduira cette version trail l’année prochaine.
                                                                       ani018-R.gifésultats
Temps : 00h55’04"
Moyenne 10,90 km/h
soit 5'30" au kilo    
Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter (c'est gratuit)

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le liens en bas à gauche "écrire un commentaire"

Merci d'être venu passer un moment avec moi

et à dans quinze jours pour

"La Corrida de Quimper"

*
Loperhethon009
Vitesse
Loperhethon010.png
 

Loperhethon011.png

Dénivelé
Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2012
commenter cet article
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 08:03
nozTrail-2012---affichePetite
Plouider001.png
Plouider005.png
 Plouider Noz Trail
   (205 ème course) 
        Cette année nous soutenons l'association "Un rêve, un sourire"

L'association a pour but de réaliser le rêve des enfants malades et handicapés pour tenter de leur redonner le sourire et un peu d'espoir.

Le Plouider Noz Trail est organisé par l'association Plouider Sports Nature.  Cette seconde édition vous fera découvrir de nuit les chemins creux, les sous-bois, mais aussi le dénivelé positif de notre commune !

Nous vous donnons rendez-vous le samedi 1er décembre 2012 sur le site de Pont du Chatel (Commune de Plouider)

Le départ de ce "Noz" de 15 kilomètres sera donné à 18h30 dans la cour d'une ferme. Le trail sera réalisé sans chronométrage et sans classement. Nous souhaitons par cette démarche développer avant tout l'esprit trail, le plaisir de découvrir les chemins, et le respect de la nature en toute convivialité. Surtout, n'oubliez pas vos lampes frontales (avec des piles neuves de préférence) et un sifflet . A l'arrivée, nous partagerons "bien au chaud" un ravitaillement au "format XXL"...      

Plouider012.JPG Plus beau,  plus fort !! Une sacrée réussite cette édition 2012... Un grand merci, à chaque bénévole, à la moindre personne qui a participé et qui ont tout fait pour que nous puissions venir user nos semelles sur les terres boueuses de cette belle commune. Je tire mon chapeau, bravo à tous pour l'ensemble de cette 2 ème édition ( accueil, retrait de dossards, infrastructure, course, parcours, sans oublier le superbe buffet.    
Plouider008.JPGLes participants ont commencé à arriver en fin d'après-midi à la ferme de Jean-Claude Salaün.  Plus de 80 bénévoles ont assuré l'accueil et la sécurité de l'épreuve.   
Plouider009 A 18H30 nous sommes à peu près 300 traileurs à nous lancer par petit groupe dans cette aventure nocturne de 15 kilomètres.  Avec la météo de ces dernières semaines, nous étions certains comme à St Renan la semaine dernière d'avoir un terrain très gras, par contre la pluie pour cette fois est aux abonnés absents.   Plouider010-copie-1.JPGC'est sans doute le départ que j'ai trouvé le plus émouvant, nous sommes partis tous les trois au milieu des fumigènes de couleur rouge et des torches qui embrasent les premiers mètres, la musique et toutes les lampes frontales qui se dandinent autour de moi, tout cela fait chaud au coeur. Sur les 100 premiers mètres, des sonneurs interprètent quelques morceaux et les spectateurs applaudissent les participants qui s'élancent dans un départ fractionné. Plouider011.JPGLa mascotte de l'association « un rêve, un sourire»,un bon gros nounours en peluche nous encourage également. Un départ très sage avec Ghislaine et Michel, il faut le temps de s'échauffer d'une part et d'autre part Michel doit tester son mollet. Malheureusement au bout d'une centaine de mètres Michel est obligé d'arrêter. Il est pratiquement impossible de doubler. J’ai de bonnes sensations, je suis assez content, j’appréhendais vraiment les deux premiers kilomètres. Plouider013.JPGTrès vite on passe sur un sentier et les bouchons commencent. En prenant les extérieurs, je double un nombre important de concurrents, puis je ralentis pour attendre Ghislaine. Cela s'est produit à plusieurs reprises, il fallait de temps en temps que j'accélère pour mieux lire le terrain et je n'hésitais pas à sortir du chemin pour que sans effort je ne reste pas bloqué dans le peloton.      

2012.1-0652.JPG L'ambiance est bonne, pas de bousculade, de toute façon, il n'y a pas de classement, alors on a le temps de voir venir. Il fait nuit noire, certains concurrents devant moi se trouvent englués dans une énorme mare de boue, et ça avance difficilement. On voit des files de lampes frontales qui scintillent au loin.

Plouider014.JPGLe temps était idéal, mais j'ai ressenti un peu de fraicheur due au vent sur les parties hautes.   
Question trail, il est plutôt difficile, en tout cas, à ne pas prendre à la légère. Le dénivelé ne fait peut être pas peur, mais les montées sont raides, surtout celle à mi- parcours. Je suis arrivé au ravitaillement en pleine forme, à peine entamé. J'ai pris beaucoup de plaisir dans les descentes et j'avais les fibres des quadriceps assez solides pour enchainer dans les montées.      Plouider007.JPG

L’entrée dans un  bois est en vue, on va alors avancer dans le noir complet avec nos lampes frontales comme seules amies dans un milieu qui se révèle vite hostile la nuit. En effet, les obstacles sont divers et variés dans la pénombre, à chaque seconde, la chute ou l’entorse peut survenir à cause de trous, de cailloux, de flaques de boue, de descentes incontrôlables et surtout de racines.

Plouider015.JPGQuasiment aveugle, j'ai l’impression de tourner en rond sur des monotraces où le dépassement est impossible sans aller à la faute. Le parcours est jalonné de nombreux virages  mais, fort heureusement, des signaleurs ou des lampes  éclairent les endroits critiques. Quelques bosses bien réparties vont également durcir cette partie.

Les 2  kms suivants sont assez faciles mais peu roulant, cela permet de récupérer. Ne pas chercher à éviter les flaques, c'est le meilleur moyen de glisser dans la boue.Plouider018
Nous en profitons pour parler, puis une nouvelle montée raide avant d'atteindre une route en faux plat montant. On attaque ensuite la descente ensemble.
Belle descente comme je les aime, technique, cailloux, feuilles, un régal.

La fin arrive, je sais que la ligne est proche, je suis émoustillé par cette idée, je suis aussi presque déçu que cela s’arrête bientôt. J' aimerai finalement que ça dure encore, et encore, qu'il y ait une autre bosse, une autre vallée, un autre passage boueux. J'aimerai que la nuit s’étire encore, que les étoiles brillent sur la forêt qui s’ouvre sous le faisceau de ma lampe. Les lumières de la ferme apparaissent. j’entends les clameurs des coureurs arrivés dans le hangar, la sono. Je gère mon arrivée, histoire de frimer un peu et faire bonne figure.  
Plouider017.jpgAutrement Superbe, des bénévoles aux petits soins, un trail où tout a été mis en oeuvre pour notre sécurité, le balisage avec de la rubalise, du plâtre, des pastilles réfléchissantes, de la peinture sur les cailloux et racines et surtout des bénévoles tout le long du parcours. 
Plouider020.JPG
Un buffet pantagruel nous attendait à l'arrivée, servi avec le sourire et la bonne humeur.
Je reviendrai sans aucun doute l'année prochaine, car je suis un peu curieux de connaître mes possibilités sur ce tracé.

   Plouider016  Merci aux photographes pour les superbes reportages.

                                                                          ani018-R.gifésultats:

Temps: 02h02'00"

Pas de classement.

Moyenne 8,00 km/h

soit 7'40" au kilo

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter (c'est gratuit)

 

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le liens en bas à gauche "écrire un commentaire"

Merci d'être venu passer un moment avec moi,

à la semaine prochaine pour le "Trail du Loperheton"  *

Plouider004.png

        Vitesse     

Plouider003.png

        Cardio     

Plouider002.png

        Dénivelé     

 

 

 

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2012
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 14:38
Seigneurs000
Seigneurs001.png
        4ème Trail de la Vallée des Seigneurs à St Renan 

(204 ème course)

        Cette année, création d'une nouvelle distance de 25 km dans la campagne Renanaise. 

     Un parcours de 25 km en sous bois, traversées de cours d'eau sont au programme, des endroits superbes à découvrir, quelques bosses et environ 400 m de dénivelé positif. Parcours roulant par endroit, assez technique sur d'autres qui peut devenir vite boueux et humide en fonction des conditions météorologiques 
  Seigneurs013.jpg Seigneurs018.jpg  
     
Tout  d'abord je commence par la bonne nouvelle : je l'ai fini sans casse !!! Maintenant je vais être honnête avec vous en donnant mon temps : 2h50... Là évidemment tout de suite cela vous donne une idée du cauchemar que j'ai vécu.    
Pour commencer, c'était mal parti avec la tempête et les pluies diluviennes des jours derniers, le terrain ne pouvait pas être roulant et facile. 
Mais bon ; départ comme qui rigole et c'est bien là le problème... Je suis parti avec le sentiment de courir tranquille, j'ai fait 25 bornes dimanche dernier, aujourd'hui cool, de plus avec ce temps je suis un peu moins motivé que la semaine dernière.
Seigneur022.JPGPour continuer, les premiers trop pressés d'en finir ont pris la mauvaise direction, et nous on a suivi. Résultat 2,5 km en plus, comme s'il n'y en avait pas assez.   
 Un tour du lac (pas prévu) et nous partons dans la campagne. Le rythme est rapide, il y a beaucoup de monde devant moi et cette allure rend simplement impossible tout dépassement. Bon ce n'est un secret pour personne, cette course ne sera pas facile, une succession de montées et descentes glissantes, des chemins boueux, racines et cailloux un tas de pièges a éviter, voilà ce qui nous attend... Il va me falloir attendre presque 6 km pour pouvoir enfin courir à mon rythme. Bon d'un certain côté cela a l'avantage de me préserver alors que j'aurai sûrement eu tendance à aller trop vite. 

Seigneurs007La pluie est maintenant au rendez vous, aujourd'hui pas de risque de déshydratation. J'ai un peu l'impression désagréable de ne faire que grimper et encore je marche, quelques fois à quatre pattes... Là pas le choix, tout le monde marche ou presque et les dépassements sont tout simplement impossibles sans prendre des risques énormes.

Sur les côtés des chemins il y a des tonnes de feuilles qui couvrent les racines et les cailloux. Courir là dessus et c'est le risque de tomber ou de se tordre la cheville, je veux terminer sans casse.

Seigneurs015.JPGSeigneurs017.JPGCe "Ice Trail " que je trouvais drôle au départ est devenu un cauchemar,  impossible de  courir dans cette boue. A force de me focaliser sur elle, j’ai bien souvent clamé à voix haute : "M....."
Je marche même si cela ne se fait pas, mais je ne peux pas courir ! Heureusement que j’avais pris ce trail pour une bonne séance  d'entraînement. Je suis allé super cool avec toute cette gadoue en revenant à l’objectif initial qui était de faire travailler les quadriceps sur un circuit vallonné assez long. J’avais du mal à soulever mes chaussures couvertes de terre.  Pas facile d’avoir envie de courir en ayant le sourire avec cette tourbe qui colle aux chaussures !
 Bon tant pis je ne vais pas battre des records aujourd'hui et je vais profiter de la balade en levant un peu les yeux et franchement cela vaut le coup. Vers le 10ème kilomètre, un joli chemin propre et  les sensations redeviennent plutôt bonnes, je continue serein mon petit bonhomme de chemin pestant contre la météo et oui en plus il se remet à pleuvoir.

 Seigneurs008.JPG

J'avais vaguement entendu parler d'une rivière mais je pensais qu'elle aurait été évitée vu les mauvaises conditions météo. Que nenni !!! Elle est là et bien là, à se demander si l'organisation  n'a pas ouvert un barrage plus haut pour entretenir le courant. J'hésite quelques secondes, et puis je comprends vite qu'il n'y a pas le choix. Alors je fonce et patauge en cœur avec tous mes copains.
Seigneurs009.JPGJe vais quand même me payer le luxe de doubler plusieurs participants dans une partie non boueuse et très agréable, mais je dois m’incliner devant un jeune contre qui je ne faisais pas le poids, il ne voulait vraiment pas être doublé. Bon d'accord cela ne va pas durer mais je me suis fait plaisir sur ces quelques kilomètres.
Seigneurs020.JPGPendant ces 40 minutes, j’avais retrouvé le sourire dans des descentes qui étaient plus propres. Plus sérieusement pendant cette partie, j’ai analysé naturellement le terrain et j’ai anticipé les obstacles, je savais où j’allais mettre les pieds, l'entraînement et les trails à répétitions ça paye.    Seigneurs006.JPGPuis retour de la gadoue et çà recommence à me gaver, marre de cette boue qui me retenait dans mon élan. Maintenant avec la boue, j’avais du mal à soulever mes chaussures. Le sol glissait et mes pieds en ont marre, je suis tout simplement démoralisé.
    Seigneurs016Les descentes ne sont plus faciles à gérer. Bref les kms s'enchaînent et je me fais rattraper par un groupe de Ploudal. Alors soit ils sont des adeptes du négative split, soit je ralentis... Comme je refuse de regarder mon chrono, je ne me situe pas vraiment dans le temps.  Content, de sortir d'une zone avec quelques passages très très gras, sans chuter, évidemment j'ai parlé trop vite, dans un virage, je pars en dérapage, sans tomber mais je vais embrasser un chêne qui me laisse quelques traces au sommet du crâne.

Et toujours ces côtes, et toujours ces descentes, et toujours cette gadoue.
Ça y est ! 20ème kilomètre la route est belle et la forme est de nouveau là, je ne dors plus, j'accélère et je prends de temps en temps mon pouls, je suis rarement au dessus de 150.

Seigneurs010Il reste 2 km et  je dois bien reconnaître que finalement ce bain de boue improvisé est bénéfique pour les jambes.

Un kilomètre, je remets une petite couche bien décidé à finir rapidement cette course.      

Seigneurs011Rien n’est simple quand on court sur un trail, mais c’est un soulagement de franchir la ligne d’arrivée parce que  le seul objectif c'est de finir.
    Pourquoi courir dans la boue sachant que c'est dangereux et que tu laisses énormément d'énergie ?
Certainement en mal de sensations fortes, par masochisme ou pour des raisons qui sont difficilement explicables j'aime ces courses d’un autre genre, je serai presque tenté de dire : des courses de dingue !
Seigneurs021.JPGCadeau du finisher une superbe paire de manchette 
    ani018-R.gifésultats officiels :Seigneurs005

Temps: 02h50'59"

137 ème sur 181.

 7 ème V2h sur 14.

Moyenne 9,00 km/h

   soit 6'50" au kilo

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter (c'est gratuit)

 

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le liens en bas à gauche "écrire un commentaire"

Merci d'être venu passer un moment avec moi,

à la semaine prochaine  pour le "Plouider Noz Trail"

Seigneurs004.png

Vitesse
Seigneurs003.png
 

Seigneurs002.png

Dénivelé
Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2012
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 12:00
 
Lanhouarneau000
Lanhouarneau001.jpg
 
Une légère brume qui se dissipe rapidement pour ensuite laisser place à un soleil radieux. La température est un peu fraîche mais idéale pour courir 4°. J'ai les doigts qui piquent. .
Lanhouarneau002.JPGBriefing d'avant course sur la ligne d'arrivée. Lanhouarneau003.JPG
Le départ est lancé à 09h00 derrière la salle de sport, avec en prime un tour du terrain de foot. 
On part sur un train disons modéré, car la route est longue. A noter que nous ne nous sommes pas échauffés. Je suis au milieu des 120 courageux qui ont décidé de faire les 25 bornes. La première côte arrive vite et ne permet le passage que d'un seul coureur.
Lanhouarneau005
 Ensuite se succèdent des sentiers glissants, nécessitant la recherche constante d’un équilibre et d’une motricité,  pour zigzaguer entre les flaques de boue ou éviter d'embrasser des arbres dans la descente.
Lanhouarneau009.JPG
J'ai tout simplement été bluffé par ce parcours surprenant à plus d'un titre et j'ai pu réaliser à quel point c'est intéressant de courir sur des terres inconnues. J'ai découvert des passages somptueux dans de nombreux petits bois aux splendides couleurs automnales.
Lanhouarneau019.JPG
Les chemins empruntés sont magnifiques, nous passons en bordure de rivières, au sommet d'une côte avec une vue imprenable sur la vallée, c'est parfait, les kilomètres défilent.
On arrive au premier ravitaillement, je n' éprouve pas le besoin de respirer.  
Lanhouarneau020Dans la vallée, il reste encore du givre par endroits avec des passages assez techniques, des petits singles en dévers qui te cassent bien les malléoles. J'ai droit à  ma 1ère sortie de piste et "paf" me voilà à quatre pattes. En traversant une portion goudronnée, un jalonneur m'indique que des coureurs sont à une portée de fusil quelques secondes devant, les sensations étant particulièrement bonnes je décide d' accélérer et à jouer le coup vu ce qu'il reste à couvrir (5 km). Je retrouve les 3 compagnons qui m'avaient laissé derrière, voilà quelques kilomètres. Je suis sur un bon rythme mais le doute m'habite.
Lanhouarneau021.JPGCe que je redoutais arriva, nous avons enchaîné des portions plus roulantes, le changement de rythme laisse des traces. J'accuse le coup et commence à paniquer. J'ai déjà vécu cette situation, avec un gros coup de barre au 20,21ème.   Je m'encourage, j'avale un gel et je bois. Je sais que cela va durer un bon kilomètre. Je patiente  et ça revient, je recommence à aller mieux, j' accélère même.
Lanhouarneau023.JPGAprès cette  petite fringale, ma remontée spectaculaire ne sera pas une  illusion; dans une descente, je rattrape un groupe du 15 km,  je décide de mettre encore un peu de Gaz..pour les doubler.
 Lanhouarneau022.JPGJe les laisse pratiquement sur place, mais après la descente il faut remonter puis traverser un nouveau champ de mais coupé, je coince un peu, c'est dur, j' y ai laissé des plumes d'avoir fait le guignol dans la descente. Je prends le temps de me refaire une santé en marchant une centaine de mètres, et je cours à nouveau, même très bien d'ailleurs, je double une dizaine d'autres coureurs.
Je traverse ensuite une route, il reste environ 2 kilomètres, je suis décidé à terminer même dans le dur. La douleur est présente mais je m'habitue, c'est exactement ce que j'étais venu chercher.
Lorsque finalement je rejoins notre point de départ, j' étais tout simplement repus et comblé.   Lanhouarneau018.JPG
    Un ou deux abrutis (et je pèse mes mots) ont encore jetés des tubes de gel, Messieurs les abrutis, va falloir arrêter vos conneries !!          
Félicitation pour l'organisation de ce premier trail. Beau parcours très bien jalonné avec un ravitaillement d'arrivée excellent. Félicitation à tous les 70 bénévoles et plus particulièrement aux crêpières et aux photographes.
                                                                       ani018-R.gifésultats  
Temps : 2h27’16"
                81 ème sur 111      
6 ème V2h sur 11
Moyenne 10,20 km/h
soit 5'50" au kilo 


Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter (c'est gratuit)

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le liens en bas à gauche "écrire un commentaire"

Merci d'être venu passer un moment avec moi

et à la semaine prochaine pour

le Trail de la Vallée des Moulins à Lanhouarneau
  Lanhouarneau004.png

VITESSE
Lanhouarneau006.png
    CARDIO 
Lanhouarneau007.png
    DENIVELE 
 
Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2012
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 15:37

TNT000

 TNT001.png

 

TNT 2012. Départ vers 18h30 au Fort du Dellec à Plouzané.

Lampe frontale et sifflet obligatoire.   Auto suffissance.

Bonne humeur et convivialité de rigueur.

Nouveauté cette année :   Auto classement !  

Trail de 15,3 km en nocturne entre terre et mer. Départ 4 par 4 toutes les 15 secondes. 500 participants. Les recommandations d'usage nous sont rappelées, respect de la nature, et solidarité.

TNT002.JPG

Pour moi départ prudent, ça glisse, le terrain  gras mêlé aux feuilles mortes humides me font avancer par petites foulées. 

Au bout de 1 km je me retrouve avec un coureur qui est parti devant moi, on se trouve sur le chemin des douaniers et on entend la mer sans la voir, sauf quand les nuages veulent bien laisser passer un rayon de lune, celà donne une impression bizarre.TNT009.JPG Au km 2 on quitte le bord de mer pour s'enfoncer dans la campagne avec quelques belles montées, la course continue au milieu des genêts sur une partie mono trace, mais surtout je me rends à l’évidence que nous allons avoir 15 km de terrain difficile, très très boueux. De mon côté les jambes sont vraiment bien et j’en suis le premier surpris. Je décide de mettre un coup d’accélérateur puis progressivement je lâche le groupe et je me retrouve seul au bout de 4 km. Me voila seul dans la nuit avec des bruits étranges autour de moi,  et toujours cette boue qui colle aux chaussures, mais je suis bien donc je continue dans le même rythme, je me retourne j’aperçois 2 lampes frontales à 100m seulement.

TNT003.JPGLe parcours reste difficile et il faut éviter dans la nuit noire les multiples pièges. En plus maintenant il pleut, et les gouttes forment avec le faisceau blanc de ma lampe un rideau qui rend encore plus difficile la perception des obstacles. Une vision difficile comme si il n'y avait plus de relief. Pas beaucoup de monde pour nous encourager, mais vu la météo qu'il fait je comprends que les spectateurs restent bien au sec et au chaud chez eux.  Voilà ce que voit le spectateur lors de mon passage, il fallait savoir que je portais le numéro "102". Je continue mon chemin seul, mais je me pose des question sur le retour des 2 frontales derrière moi, j'ai peur de craquer un moment ou un autre, mais pour le moment rien, je reste à mon allure. Arrive le 10ème km, j’entre dans un bois avec plein de petites lucioles accrochées aux arbres pour me montrer la direction à prendre, j'entends des bruits bizarres,  ensuite se succèdent des mono-traces mais aussi de la bonne boue glissante, du coup je me retrouve pour la première fois au sol. Je repars et petit à petit je remonte les concurrents devant, je ne les vois pas encore mais j'entends leurs voix de mieux en mieux. Puis il faut remonter un long chemin entre de grands arbres, et je débouche dans un endroit éclairé par des réverbères. J'aperçois Sylvie et Serge, qui sont cette fois bénévoles et jalonneurs, une petite pensée pour eux qui sont dans le froid et sous la pluie.TNT006.JPG

Serge a le temps de me prendre en photo au passage. J’accélère un peu sur la partie plate en bitume à travers le technopôle, cette partie permet tout de même de bien récupérer avant d’attaquer la seconde partie du parcours dans la vallée de Sainte-Anne du Portzic.
TNT011.JPG

J’arrive au bord d’une rivière, je suis trempé, la pluie redouble et là, il faut  se jeter à l'eau et remonter la rivière sur 20 mètres,  me voila avec de l’eau jusqu’aux genoux. Je continue, les jambes sont lourdes, les chaussures trempées, j’arrive cette fois-ci devant une partie très boueuse. Ensuite je traverse un petit ruisseau avec moins d’eau que tout à l'heure, puis c'est une section assez technique agrémentée de plusieurs petites montées assez raides sur terrain gras et descentes pas toujours très évidentes.

TNT005.JPGPuis arrive l’escalier, 90 marches, raide qui donne accès au sentier côtier. En haut, j'ai mal aux jambes et je suis essoufflé, le cardio affiche 175, j’arrive à bien repartir sur le sentier côtier.

Les jambes commencent vraiment à dire STOP, je pense qu'il reste encore 1km donc je m’accroche car j'entends au loin la musique du fort du Dellec et de temps en temps j'aperçois des lumières. 

Ouf enfin me voilà sur la route du fort, on m’encourage il reste 500 m, et je franchis enfin la ligne.    

Je suis ravi de mon état de forme et de mon temps. 01h 37mn 15 s 

Une bonne soupe chaude, une tranche de pain, et un morceau de camembert pour moi, vin chaud ,claquos pour d'autres. 

TNT004.JPGVoilà le technoz trail 2012 est bien terminé pour moi, 342 coureurs sont arrivés au Fort du Dellec sur les 470 partis.

Conclusion:

 Des sensations toujours très bizarres, du plaisir mélangé à de l'effort intense avec un soupçon d'appréhension et de peur.

Tous les ingrédients d’un bon trail de nuit étaient au rendez-vous. 

Merci à tous les bénévoles qui font vivre ce super trail.

 

 

 

 

               ani018-R.gifésultats

Temps : 1h37’15" 

Pas de Classement      

Moyenne 09,50 km/h

soit 6'20" au kilo

 

   
Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter (c'est gratuit)

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le liens en bas à gauche "écrire un commentaire"

Merci d'être venu passer un moment avec moi

et à la semaine prochaine pour

le Trail de la Vallée des Moulins à Lanhouarneau
    TNT007.pngVitesse
TNT008.pngCardio
    TNT010.png
    Dénivelé
 

 

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2012
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 12:35
trail-de-pleyjpg
    Pleyben006.png   
8 ème édition du trail de Pleyben

(200ème course) 

Ma troisième participation au Trail de Pleyben.
Une semaine après le marathon du Mans, je ne voulais pas manquer le trail de Pleyben.....
Éric me proposait pourtant de faire un autre trail .....
J'aurais mieux fait d'accepter car cette année, j'ai été très déçu (et je ne suis pas le seul).
Ma 200 ème course sur le Blog, ça devait être la fête. 
Tout avait bien commencé. Nous sommes arrivés une heure avant le départ. 
Toutes les  conditions étaient pourtant réunies pour passer une bonne matinée.
Une température idéale au départ, une légère gelée qui tapisse le sol d'une fine couche de blanc et que nos foulées font délicatement craquer. Un soleil levant dont nous sentions la légère chaleur, et surtout, toutes ces couleurs, allant du vert au jaune en passant par l'orange, le rouge, le brun, le noir, l'ocre, le blanc, sur fond de ciel bleu.
09h30 le départ est donné, et la première petite rivière à franchir.
  DSC00375

 "Voilà le seul souvenir du trail 2012"

Je me souviens que dans le compte rendu de l'année dernière, je mentionnais la phrase "Merci, merci à vous tous bénévoles sans qui rien ne serait envisageable !"

Pour ma troisième participation à cette épreuve je mentionnerai la phrase "Merci, merci à nous tous les Traileurs sans qui rien ne serait envisageable !"

Précisons les choses directement pour dire que le terme "organiser un trail" pour moi désigne tout simplement de faire que le coureur soit heureux et garde un bon souvenir de sa venue, en deux mots en avoir plein les yeux et les jambes). Et quand il s'agit d'une épreuve que j'ai déjà faite, organiser veut aussi dire faire mieux  ou aussi bien que la dernière fois!  Autant le dire de suite, ce ne fut pas le cas !
Et bien, je n'aurai jamais pensé dire un jour ce qui va suivre...

L'argent dirige le monde, c'est bien connu et l'argent dirige maintenant le trail, c'est évident ! 
Alors s'il est évident qu'il y a des choses positives, comme la découverte de nouveaux  parcours toujours plus beaux les uns que les autres, je reste persuadé que certaines courses restent un business...
Faut il laisser organiser un "trail" pour faire uniquement de l'argent ? 
Ce mot "TRAIL" est devenu vendeur, commercial et de plus en plus d'associations  veulent leur trail car c'est dans la mouvance actuelle.
Histoire d'être clair et précis, je n'en veux à personne mais ne devrait-on pas limiter l'organisation d'une course (Trail, nature ou route) par des gens qui pratiquent ou par des clubs qui connaissent les besoins du coureur. Ici, il s'agissait d'une très belle course, mais le coté " convivialité trail "  a disparu. 
J'ai assisté à l'arrivée des derniers concurrents du Trail dans l'anonymat le plus complet. Dommage 
Une course a besoin de coureurs et les associations X ou Y n'ont pas l'air de sans rendre compte. 
Pour conclure :
Un trail aux couleurs automnales, des paysages sublimes, un parcours ludique avec quelques passages techniques, et un  manque d'ambiance. Ca aurait pu être du pur bonheur ! 
 Aucune  photo 2012 sur le blog de Pleyben cette année, je suis donc dans l'impossibilité de vous montrer la course.
                                                                       ani018-R.gifésultats
Temps : 2h18’12"
    75 ème sur 85    
6ème V2h sur 8
Moyenne 9,55 km/h
soit 6'17" au kilo    
         Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter (c'est gratuit)

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le liens en bas à gauche "écrire un commentaire"

Merci d'être venu passer un moment avec moi

et à la prochaine pour le "Technoz Trail"

à Plouzané 

Trail-de-Pleyben-28-10-2012--Vitesse---Duree.png

Vitesse     

Trail-de-Pleyben-28-10-2012--Frequence-cardiaque---Duree.png

Cardio

Trail de Pleyben 28-10-2012, Altitude - Durée

 Dénivelé

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2012
commenter cet article
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 20:13

Stpol-MorlaixMorlaix001Le 40 ème Semi Marathon: Saint Pol - Morlaix
                                            (199 ème course)

Samedi : La Cavalcade
CIMG0810.JPGSamedi vers 16h, au village exposants à l'espace Roudour, je vais récupérer avec Christiane mon dossard, qui cette année m'a été offert par le Président de Saint Pol-Morlaix. Puis un petit tour des stands, il n'y a rien de particulier, je retrouve Eric et toute sa famille, il me présente Monique qui est venue courir le Semi ainsi que son mari et sa fille venus l'encourager.
P1140001.JPGDirection ensuite le centre de Morlaix pour la Cavalcade.

C'est la nouveauté cette année. La veille de la course, tout le monde est invité à une cavalcade à pied ou en courant à travers la ville.

CIMG0789Le rendez-vous est donné à la tombée de la nuit  Place Puyo avec Eric et Monique pour faire cette petite promenade "Morlaix By Night". C’est dans un petit froid vif que nous avons goûté aux joies de la déambulation nocturne. Pour cette première cavalcade, un parcours très agréable à travers les venelles, le premier étage du viaduc, et le centre ville puis un CIMG0805retour dans la cour de la Manufacture pour un rafraîchissement. Cerise sur le gâteau à 22 h 15, un feu d’artifice sera tiré depuis le parvis de l’Hôtel de ville, pour clore cette soirée festive et vivifiante.

P1140011.JPG 

  Dimanche après midi : La Course 

2012.1-4421.JPG Me voilà sur la ligne de départ, nous nous souhaitons bonne course et  je jette un rapide coup d'oeil sur le meneur des 01h40. 
Le départ a été retardé de 30 minutes, l'attente est longue, de plus il ne fait pas chaud à rester sur place.  
 Enfin le coup de pistolet, je trouve que le départ est toujours trop rapide, je m'échauffe tranquillou pendant  5 min, et me retrouve à une centaine de mètres du meneur, pas grave. Je profite du beau paysage qui défile donc doucement sous mes yeux .
2012.1-4437.JPG

Avec notre allure j'étais capable de parler sans difficulté, ce qui me fait estimer que ma fréquence cardiaque n'était pas montée au delà de 80%. 

Petit à petit, je commence à me sentir de plus en plus à l'aise, et notre groupe rattrape de nombreux concurrents, je ne reste pas derrière, afin de ne pas casser mon rythme, je monte donc sur les bas côtés afin de pouvoir doubler. Un premier stop au 5 ème kilomètre pour un ravito de 30s environ, et je bois mon gobelet tranquillement,  je repars doucement sur quelques mètres et j’essaye de reprendre mon allure. Cela me convient bien puisque je ne perds pas grand chose sur le meneur  et  je peux me reprendre physiquement ensuite pour revenir à sa hauteur. Je me sens super bien, je me dis que je pourrai presque accélérer, mais je tente de calmer mes ardeurs, je n'ai pas envie de caler dans la cote. Je passe le 10ème km en 47'09, et c'est reparti après la petite pause ravitaillement. 2012.1-4484.JPGJe n'aime pas trop la montée de Penzé, mais bon, je serre les dents. Arrivé en haut je desserre la mâchoire et ma dent sur pivot tombe. J'ai perdu 2 à 3 minutes, le temps de la ramasser et de la ranger dans une de mes poches. Le meneur d'allure des 01h40, lui a disparu.
Arrive le 15ème, puis le 16ème, et....un ptit coup de mou. Je vois bien que les secondes s'accumulent un peu, mais l'objectif de 1h45 est encore là. Je repère des "cibles" à dépasser, c'est idiot, mais ça me fait avancer.

    P1140018Une fois arrivé sur les quais le long de la rivière, je reprends un bon rythme, bien régulier. Un petit groupe de 5-6 personnes est là devant. Je fais un petit effort pour revenir vers eux et ce sera une bonne idée car ils tournent en 4’50 du km environ. Les 17e, 18e,19e et 20e km se passent respectivement en 4’49’’,4’45’’, 4’48’’, 4’31’’… ça va c’est régulier . La FC reste toujours bien maîtrisée, 165 en moyenne sur chaque km, je suis presque surpris, car je ne pensais pas rester si bas avec cette allure. Je me sens super bien.

P1000685Cette longue ligne droite le long de la rivière fait mal aux pattes, même si elle n'a rien de méchant.
IMGP0094.JPGEncore 1 km, je suis dans le dur, mais rien lâcher, rien lâcher. L'arrivée se fait au centre de Morlaix au pied du Kiosque
, c'est super chouette, ça. On est encouragé, allez, allez.

2012.1-4593.JPGL'arche d'arrivée se dessine enfin  ..  Mon chrono est encore tenable ! J'arrive sur  le tapis rouge, je suis surpris par la foule, il reste 200m, et je vois le chrono là bas qui indique 1h42 et des poussières, je sprinte, c'est pour moi, ça me fait plaisir et c'est avec un immense bonheur que je franchis la ligne d'arrivée. 
C'est déjà fini, j'ai tout donné, 1h43'49 à mon chrono, ça fera 1h44'30 sans doute au chrono officiel.  

Merci à tous les bénévoles présents tout au long de cette course et aux points de ravitaillements.,

Et un grand merci à tous ces coureurs qu'il m'a été permis de rencontrer tout au long du parcours avec qui j'ai passé de bons moments. Alors que je laisse mes pulsations redescendre et mes jambes récupérer de ce surmenage dominical, je me dirige vers les hôtesses pour la remise des médailles, d'un tee shirt et enfin une serviette éponge. Une boisson chaude, du pain d'épices et je me traîne pour récupérer mes affaires. Enfin je retrouve Eric et Monique qui vient de battre son record sur semi marathon. (FELICITATION).     CIMG0812.JPG

CIMG0817.JPGARCHIVES de la course: 2009, le semi en 01h50'13" -

ARCHIVES de la course: 2010, le semi en 01h47'14" - 3 minutes de mieux  

ARCHIVES de la course: 2011, le semi en 01h43'23" - 3 minutes de mieux

La course: 2012, le semi en 01h43'49" - 26 secondes de plus

ani018-R.gifésultats officiels :

Temps: 01h43'23"

1052 ème sur 2901.

167 ème V2h sur 514.

Moyenne 12,26 km/h

soit 4'54" au kilo

 

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter (c'est gratuit)

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le liens en bas à gauche "écrire un commentaire"

Merci d'être venu passer un moment avec moi

et à la prochaine pour

le Trail de Pleyben (22km) 

Saint pol - Morlaix 04-11-2012, Vitesse - Durée

 Vitesse

    Saint-pol---Morlaix.png 

Cardio

    Saint-pol---Morlaix-04-11-2012--Altitude---Duree.png 

Dénivelé

 

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2012
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 06:50
 
 Brest-court.jpg  Brest000.png
  9ème édition de Brest Court Coté Ville/coté Mer 

(198ème course)      

 
 Nous avons été créés pour marcher et courir, c'est inné chez l'enfant, l'homme ou la femme. Si vous ne connaissez pas encore ce sport bénéfique au corps et à l'esprit, essayez et vous ne vous arrêterez plus.
 
NE PAS COURIR PEUT NUIRE GRAVEMENT A LA SANTE.
 
Si un temps propice à l'apparition des escargots était annoncée depuis le début de la semaine, c'est finalement par un grand soleil que s'est déroulée la 9 ème édition de Brest court coté ville/coté mer.
La course s'est disputée sur un parcours presque identique à celui de 2011. 
CIMG0756.JPG
Une grande classique de la course à pied que j'avais décidé d'intégrer dans la fin de mon entraînement pour le marathon du Mans. 
C'est ma 6 ème participation, je suis donc arrivé sur la ligne de départ avec un grand sourire. De plus Christiane est venue m'encourager.  
N'ayant pas prévu de faire cette course en perf mais plutôt à allure marathon (12km/h), je ne me suis pas pressé pour arriver sur la ligne de départ. Inutile de partir en première vague et gêner ceux qui étaient venus pour faire un chrono.
Brest002.jpg
Le départ est donné à 16h00. La route est sinueuse sur cette première partie du parcours, une boucle de 3 kilomètres qui nous fait passer une nouvelle fois sur la ligne de départ. Beaucoup de monde sur le coté de la route. J'entends de nombreux encouragements . Je me cale sur un rythme où je ne force absolument pas et en ayant pour objectif de ne pas dépasser une FC de 150 avant le passage des 5 kilomètres. Ça me place sur une allure d'environ 4'45" au kilo. J'arrive donc assez frais à la mi-course. Avant ça, c'est du plat en ligne droite, plutôt monotone. Encore 500 mètres et c'est le ravitaillement, on a bien eu chaud et tout le monde est heureux de pouvoir boire frais. Ça fait du bien, surtout que la course est loin d'être terminée.
Brest003.JPG
Et la course reprend de plus belle, je commence à remonter quelques coureurs qui fatiguent… Ou qui sont partis trop vite…
Et le 7ème kilomètre est là, plus que 3, les jambes sont dans un état excellent. Du coup, je craque et je me fais un "petit plaisir", j'accélère pour doubler un groupe d'une vingtaine de concurrents. 
Brest004.JPG
Je me sens bien, le rythme s' accélère encore un peu.
 Le 8 ème km arrive (je ne l'ai pas vu venir!!).  Tout va bien les sensations sont bonnes. Des petites douleurs à la cheville, mais rien de bien méchant,  je suis trop bien.
Je commence à accélérer (oui mais pas trop). Au 9 ème km les douleurs à la cheville ont disparues. Tiens, je suis euphorique, je baigne dans le bonheur total, je gère la fin de course et puis il ne reste que 1 km soit 5 petites minutes !!
Brest005.JPG
J'aperçois l'arrivée, je lâche tout, peut être un peu trop vite, mais sur les 500 derniers mètres la foule vous porte, pas la peine de ralentir faut foncer !!!!   (c'est la fin c'est normal !)
Top j'arrête ma montre :
00 h 44 mn  46 s !!!

C'est le pied je ne pensais pas faire aussi bien ! Ce qui me rend encore plus content: j'ai été régulier tout le long pas de coup de pompe, j'ai les jambes prêtes.
     Au ravitaillement, je retrouve Christiane.
 J'ai encore pris beaucoup de plaisir !! Va falloir que je recommence! C'est décidé, l'année prochaine je reviens.
2012-5712.JPG
Que dire sur ce 10  kilomètres ? Grosso modo que j'ai toujours été un peu plus vite que ce que j'avais prévu. Mes sensations étaient excellentes et j'ai manqué de discipline. C'est le principal enseignement à tirer de cette course : attention à ne pas reproduire cette erreur pour le marathon. Je crois que cela serait le meilleur moyen de tout gâcher.
Brest009.JPG
Pour cette course, tous les voyants étaient au vert. Et j'ai enfin pu apprécier le parcours à partir du 7e. Le passage dans l'arsenal et la nouvelle digue reste toujours très agréable malgré le vent.
Je suis très content de ma course et du coup mon niveau de satisfaction globale est bien évidemment haut.
 Il me reste 6 jours avant mon marathon dont une semaine allégée. Si je n'ai pas de blessure ou autre problème, cela laisse espérer des choses positives pour Le Mans
ani018-R.gifésultats

Temps :  0h44’46

      331 ème sur 842   

25ème V2h sur 91

Moyenne 13,40 km/h

soit 4'29" au kilo

 

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter (c'est gratuit)

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le liens en bas à gauche "écrire un commentaire"

Merci d'être venu passer un moment avec moi

et à la prochaine pour

le MARATHON DU MANS
Brest006

Vitesse 

 Brest007.png

Cardio 

 Brest008.png

 Dénivellé

 

 

Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2012
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 17:54
           
Plouzane.jpg 
  Plouzane001.jpg
    10 km de Plouzané Course en semi-nocturne

(196 ème course)           

  LES DIX KILOMETRES DE PLOUZANE.

Le PAC-MAC, en partenariat avec les commerçants, artisans et entreprises locales et la ville de Plouzané, organise sa course pédestre.    

Départ à 19h45 de Kerallan près du SUPER-U.

PARCOURS

Circuit rapide de 3 boucles de 3.300 km.

Christiane ainsi que mon cousin Dédé sont venus m'encourager et prendre quelques photos.         Plouzane002.jpgRemise des dossards "207" pour moi 

Je participe à cette course car elle se passe sur le terrain de jeu de mes amis Sylvie et Serge, avec qui je cours souvent.        

Mais j' avais décidé de courir un 10 km histoire d'avoir une course repère.
Dans ce sens, je visais un 10 km plat, roulant, couru dans de bonnes conditions pour que cela puisse me servir de base pour le Marathon.
J'ai couru le 10 km de Chateaulin  le 1 septembre dernier, mais les 3 boucles avaient un assez fort dénivelé.
Plouzane003.JPG
1er tour:
Nous sommes environ 350 qui nous élançons pour trois boucles  avec un sacrément bon niveau. J’ai ma cheville à surveiller et je sais que j’aurai encore une sacrée balade la semaine prochaine à Guipronvel, je pars donc tranquille.
Eric et moi nous nous dirigeons tranquillement vers la ligne de départ et nous nous plaçons  dans le fond du troupeau histoire de ne pas mourir piétinés par les coureurs hyper-rapide. Comme je papote tranquillement je ne me rends même pas compte que le départ est donné et je pars comme je peux prenant immédiatement conscience que je dois courir à une vitesse de 5 minutes au kilomètre, j'aurai dû me mettre un peu plus devant.
Au 2 ème kilomètre, le parcours se charge de me rappeler que l’érosion a certes fait son travail mais il y a encore du boulot question gommage de côtes !!! Comme les sensations sont plutôt bonnes je continue serein mon petit bonhomme de chemin sans oublier de rester à plus de 12km/h.
2 ème tour:

Plouzane004.JPG

Je continue en ralentissant la cadence mais finalement pas trop non plus. Je suis comme je peux un petit groupe du Pac  que j’entends discuter de leur ambition de temps. Juste sous les 45 mn, voilà qui m’irait bien. Ma cheville n'est  plus sensible et c’est bien. Je reste dans ce petit groupe et j'entends très souvent "Allez Dominique", ça me donne du courage, mais ce n'était pas pour moi, dans le petit groupe il y avait bien une Dominique de Plouzané, mais je l'ai su que beaucoup plus tard par Sylvie. 

3 ème tour:
Plouzane006.JPG 
Tel un papillon de nuit attiré par la lumière des réverbères, je me lance à l’assaut des quelques 3 Km restant. Je double quelques concurrents aux visages tendus, d’autres moins. 
Enfin l’arrivée. J'accélère la tête haute histoire de donner l’impression que je ne suis pas vidé et  encore en vie et je finis enfin. Je ne regarde même pas mon temps, je m’en fiche, je suis resté stable dans ma course, il ne doit pas avoir de surprise au chrono.
Je profite de ce CR pour tirer mon chapeau aux bénévoles adorables sur le parcours.
Je souhaitais quand même  battre le temps  de l'année dernière et ce fût le cas d'une bien belle manière. Bien loin de flancher sur la fin, j'avais encore de sacrées ressources pour accélérer ainsi et franchir l'arrivée au sprint. Nouveau-dossier--2-4

 Me concernant, j'ai pris du plaisir du début à la fin. Rien que pour ça, participer à cette course valait le coup ! Je me suis senti bien à cette allure de 4'30" au kilomètre. Ceci dit, aurais-je été capable de courir le double de la distance à cette allure ? .
Anecdote du jour:
Mon cousin qui avait manqué un peu les photos l'année dernière était venu cette année avec la ferme intention de faire de beaux clichés. C'était sans compter sur la batterie de l'appareil photo que était à plat. Pour les photos, il faudra attendre, on remettra ça en 2013.042.jpg

     Aujourd'hui et comme l'année dernière la récompense pour les participants saucisses, merguez, boissons et crêpes, cela change de l'éternel tee-shirt.
ani018-R.gifésultats

   

Temps : 0h44’37

            168 ème sur 315     

19ème V2h sur 38

Moyenne 13,45 km/h

soit 4'28" au kilo

 

Si vous avez aimé cet article, inscrivez-vous à la newsletter (c'est gratuit)

Vous pouvez également laisser des commentaires dans le liens en bas à gauche "écrire un commentaire"

Merci d'être venu passer un moment avec moi

et à la prochaine pour

le Trail de Guipronvel
Plouzane010.png

 Vitesse
* Plouzane011.png
Cardio
* Plouzane012.png
Dénivelé
Repost 0
Dominique DEBOEVRE Deboevre-court.over-blog.com - dans Courses 2012
commenter cet article

Mes Courses 2010,2011,2012,2013,2014,2015,2016,2017

  • : Le blog Dominique court.over-blog.com
  • Le blog Dominique court.over-blog.com
  • : Course à pied
  • Contact

Compteur

L'heure

Calendrier

Courir pour Owen

Distance parcourue en 2017 :

509 kms

Clic sur l'affichedossard pour Owen

Texte Libre

Clique